Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA
Elle a réuni des comédiennes d'Algérie et d'Espagne
Publié dans Liberté le 02 - 03 - 2021

À l'occasion de la Journée internationale des droits de la femme, le Théâtre national algérien abritera le 8 mars à partir de 15h une lecture scénique des Filles de Bernarda.
Cet événement, organisé par le TNA et l'ambassade d'Espagne à Alger, en collaboration avec l'Institut Cervantès d'Alger, est un projet théâtral réalisé à partir de "l'œuvre de Federico García Lorca La Maison de Bernarda Alba, et ce, entre le mois de décembre 2020 et février 2021. Au total, dix sessions ont eu lieu en ligne", est-il mentionné dans le communiqué de presse.
Réalisé sous la direction d'Ana Fernández Valbuena, professeure d'art dramatique à la Royale Ecole supérieure d'art dramatique (Resad) et docteure en philologie, ce projet a réuni trois comédiennes algériennes et cinq autres espagnoles.
Selon la présentation, cette initiative a pour but de : mettre en contact les façons d'analyser les textes dramatiques pour leur mise en scène dans les pays respectifs ; développer le dialogue intergénérationnel en rassemblant dans le projet des actrices d'âges différents ; réfléchir de façon conjointe sur les thèmes que propose le texte de Lorca, appliqués aux différents contextes nationaux et aux différentes générations ; donner au dialogue une dimension européenne en incluant parmi les actrices hispanistes des actrices d'origine latino-américaine qui vivent en France et des actrices françaises établies en Espagne ; fournir un processus d'écriture dramatique simple de la part des actrices, à partir de témoignages partagés autour des thèmes du texte et, enfin, encourager l'écoute et le métissage en intégrant à la lecture et à l'écriture divers accents et trois langues (l'espagnol du drame original, l'arabe algérien (derdja) et le français, qui sera la langue véhiculaire du travail dramatique).
Concernant ces dix sessions en ligne ayant réuni ces comédiennes d'Algérie et d'Espagne, il est expliqué que cet espace virtuel a permis de "mettre en dialogue notre temps d'isolement avec l'enfermement séculier de plusieurs femmes des deux cultures dans leur propre foyer, parfois, leur tombe". Ainsi, les participantes ont "analysé" des fragments du texte de Federico Lorca et ont discuté sur "des situations analogues à celles que le texte raconte dans l'histoire de nos pays respectifs".
Les filles de Bernarda Alba "se rebellent contre l'imposition de vivre à l'écart du monde, cachées par les hommes, et payent pour cela le prix fort". À cet effet, sur l'interrogation : quelles sont les attitudes similaires à celles dénoncées par Lorca et qui sont toujours en vigueur aujourd'hui ? ces actrices ont proposé des textes "simples de leur propre création, développés tout au long de l'atelier", et à partir de cela elles ont composé "un tableau final de voix féminines d'aujourd'hui, assemblées, que Lorca a conçu pour une œuvre qu'il a intitulée Drame de femmes dans les villes d'Espagne".

R. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.