Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Le gouvernement refuse de budgétiser nos postes"
sit-in des enseignants universitaires vacataires
Publié dans Liberté le 02 - 03 - 2021

Des titulaires de diplômes de magistère et de doctorat, exerçant comme enseignants à titre vacataires, ont organisé, hier, un sit-in devant la Fac centrale, pour exiger d'être fixés dans leurs postes de travail.
Ces diplômés mènent depuis plusieurs mois une lutte pour améliorer leur situation socioprofessionnelle. Le 1er février dernier, ils se sont rassemblés devant le siège du ministère de l'Enseignement supérieur à Ben Aknoun pour "demander audience au ministre, mais malheureusement, il a refusé et, plus grave encore, nous avons été réprimés et violentés par les forces de l'ordre", a regretté Hachemi Amer, titulaire d'un magistère et membre de la Coordination nationale des titulaires et étudiants en doctorat et magistère.
Et c'est pour cette raison que ses camarades et lui se sont rassemblés devant la Fac centrale pour "attirer l'attention de l'opinion publique sur ce que traverse l'élite universitaire, mais également sur la situation des universitaires, qui, malheureusement, sont en train de souffrir devant l'indifférence des autorités".
Questionné sur leurs revendications, Hachemi Amer assure qu'elles sont "justes, légitimes et légales, du fait que nous sommes titulaires des postes que nous avons obtenus par un concours national, conformément au décret exécutif 98-254". "Malheureusement, le gouvernement refuse de budgétiser nos postes, malgré le manque flagrant d'enseignants dont souffre l'université.
Nous soulevons cette contradiction : d'un côté, l'université qui manque d'enseignants et, de l'autre, une élite qui souffre de marginalisation et d'exclusion", s'offusque le membre de la Coordination nationale des titulaires et étudiants en doctorat et magistère.
À ce jour, il y aurait plus de 20 000 enseignants titulaires de magistère et de doctorat qui assurent des vacations au niveau des différents établissements universitaires du pays. Pour Hachemi Amer, "l'université est en train de nous exploiter en tant qu'enseignants vacataires. Il faut savoir que la plupart des enseignants universitaires sont vacataires, ils travaillent avec des salaires qui ne dépassent pas les 8 000 DA, alors que nous effectuons les mêmes tâches que les enseignants titulaires".
Il a ainsi lancé un appel au ministère afin "d'ouvrir un dialogue pour pouvoir trouver les mécanismes susceptibles de mettre en application leur revendication, car cette situation a trop duré", a-t-il estimé. Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, avait annoncé lors d'une séance plénière de l'APN consacrée aux questions orales, que le recrutement des titulaires de mastère et de doctorat "sera renforcé dans les plus brefs délais avec 2 800 nouveaux postes budgétaires".
Le ministre avait assuré, en outre, que la révision des conditions et règles de recrutement dans le secteur compte parmi "les priorités". Mais les vacataires attendent encore.

Imène AMOKRANE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.