Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La loi électorale pas encore prête
la version finale pourtant adoptée en conseil des ministres
Publié dans Liberté le 09 - 03 - 2021

Après avoir été soumise à débat, la dernière version du code électoral a été adoptée, ce dimanche, par le Conseil des ministres.
L'adoption du projet d'ordonnance par le Conseil des ministres ne signifie pas qu'il est dans sa version finale. Le communiqué du Conseil des ministres a étrangement précisé que "le président de la République a apporté les précisions suivantes et donné les orientations". Une précision qui signifie que la commission du professeur Laraba va devoir retoucher, une nouvelle fois, le document avant sa signature par le chef de l'Etat. Ce n'est qu'une fois cette étape franchie que le texte sera applicable. Sa publication au Journal officiel poussera le chef de l'Etat à convoquer le corps électoral pour les élections législatives. Mais l'option de voir les élections locales se tenir le même jour que celle des législatives serait apparemment abandonnée.
Beaucoup d'observateurs ont relevé le caractère étrange de cette situation : lorsqu'un texte est adopté en Conseil des ministres, il est censé être définitif. Qu'est-ce qui a donc pu pousser le chef de l'Etat à donner de nouvelles orientations ? Selon le juriste et universitaire, Ahmed Betatache, cela serait lié à "des erreurs d'écriture" de la part de la commission de rédaction. L'ancien premier secrétaire national du Front des forces socialistes (FFS) rappelle qu'en dehors de cette explication, donner des instructions après l'adoption d'un texte "n'a pas de sens".
En revanche, le politologue Mohamed Hennad classe cette situation dans la case de "la communication" politique du pouvoir. "Le chef de l'Etat voudrait donner l'impression de s'intéresser à tout", a-t-il estimé. Dans le fond, la nouvelle version du code électorale a été un peu modifiée. Selon les premières indications qui ont fuité, le chef de l'Etat a accepté de faire sauter le verrou des 4%. Les partis politiques et autres postulants aux élections locales ou nationales se contenteront des parrainages des électeurs.
Le chef de l'Etat a ainsi répondu favorablement à la demande d'une bonne partie de la classe politique qui a revendiqué la suppression de cet écueil, considéré comme un stratagème visant à aider les anciens partis de l'alliance présidentielle, qui disposent déjà d'une assise et surtout d'élus au niveau local. Autre changement ; les candidats jeunes, donc âgés de moins de 35 ans, constitueront 50% des listes électorales, au même niveau que la présence féminine. La présence des diplômés sur les listes sera portée au moins au tiers. Mais ces présences ne seront pas garanties de figurer en bonne place à la sortie des urnes, puisque le système des quotas a été supprimé.
Si l'ordonnance est signée cette semaine, il est fort probable que l'élection législative anticipée ait lieu fin juin prochain. Sauf si, entre-temps, le pouvoir modifie ou, au moins, diffère sa feuille de route. Une option qui semble exclue pour l'heure. Tout comme l'idée de jumeler les deux élections, locales et législatives, qui ne semble pas avoir l'adhésion des partis politiques qui ont été reçus à la présidence de la République.
Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.