Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les habitants vivent le calvaire
Graïdia (Oran)
Publié dans Liberté le 15 - 03 - 2021

Zone d'ombre par excellence, Graïdia, village rattaché à la commune de Tafraoui, situé à une trentaine de kilomètres au sud-est d'Oran, nécessite une mise à niveau des infrastructures d'accompagnement du service public. En raison de l'absence des commodités les plus élémentaires, ses habitants vivent le calvaire.
"Ni annexe administrative, ni école, ni salle de soins, ni transport, ni infrastructures sportives et culturelles pour les jeunes... Et pourtant, j'ai rencontré la commission chargée des zones d'ombre de la wilaya d'Oran qui s'est déplacée à Graïdia, mais les promesses ne sont pas tenues après une année d'attente", déplore L. Belkacem, un habitant des 40-Logements de l'habitat rural.
Les occupants des 40-Logements réclament le gaz de ville afin d'atténuer le calvaire enduré, particulièrement pendant l'hiver. "Toutes les deux semaines, je suis obligé de porter ma bonbonne de gaz butane sur le dos et de marcher pendant deux kilomètres pour m'approvisionner.
Et c'est le cas de la plupart de mes voisins, alors que la conduite principale de gaz de ville est à quelques mètres de la cité. On nous dit que le projet de raccordement est à l'arrêt à cause d'une facture de 130 millions de centimes", peste encore Belkacem, qui indique que depuis cinq ans les habitants des 40-Logements se débrouillent comme ils peuvent pour s'alimenter en électricité.
Dans une lettre de doléances envoyée au wali d'Oran, les habitants exposent la situation qu'ils endurent et appellent à l'intervention des autorités locales. "L'APC n'a pas d'argent, selon les élus. Nous sollicitons l'aide de l'Etat dans le cadre de l'amélioration du cadre de vie des zones d'ombre de la wilaya d'Oran", indique encore notre interlocuteur.
D'autre part, le transport public et l'éclairage public sont insuffisants. "Souvent, les enfants scolarisés traversent deux kilomètres à pied pour se rendre à l'école, au collège et au lycée de Tafraoui", rage Belkacem, qui évoque aussi l'oisiveté et le chômage qui constituent le lot d'une jeunesse désorientée qui, également privée d'espaces de détente et de divertissement et même d'un stade de football, ne sait plus à quel saint se vouer.
D'autre part, l'oued de Graïdia est devenu une menace en période d'hiver, d'où la nécessité d'une prise en charge des travaux d'élargissement afin d'éviter l'irréparable.

NOUREDDINE BENABBOU


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.