Tottenham: Levy sème le doute sur un potentiel départ de Kane !    Danemark: Laudrup allume l'UEFA !    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    Tensions sur fond de corruption    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Les textes d'application enfin ficelés    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    Tizi Ouzou : 99% des électeurs ont boudé le scrutin    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    Les membres officiellement désignés    Reprise aujourd'hui des RDV pour le visa espagnol    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    L'impératif de l'investissement pour le G7    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Trois Algériens arrêtés    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    La pratique et la compétition politiques s'améliorent    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le commerce avec la Chine ne connaît pas de crise
Ses exportations vers l'Algérie ont totalisé 76,06 milliards de dollars depuis 2010
Publié dans Liberté le 08 - 04 - 2021

Les importations de la Chine depuis l'Algérie, constituées essentiellement d'hydrocarbures, se sont chiffrées à seulement 14,793 milliards de dollars depuis 2010.
La Chine accapare désormais plus de 18% des importations algériennes, suivie de la France (9,72%), l'Allemagne (6,89%), l'Italie (6,25%) et l'Espagne (5,70%). Même le choc pandémique qui a frappé de plein fouet les échanges commerciaux mondiaux n'a pas réussi à enrayer le mouvement haussier des exportations chinoises vers l'Algérie. Leur part dans la structure globale des importations algériennes est ainsi passée de 17% en 2020 à 18% à l'issue des deux premiers mois de 2021, lit-on dans la dernière note de conjoncture de l'administration douanière.
Bien que les importations de biens originaires de la Chine aient connu un repli de 25,44% durant les onze premiers mois de 2020 – une tendance générale qui a caractérisé l'ensemble des échanges de l'Algérie avec ses partenaires –, la Chine demeurait le principal fournisseur de l'Algérie avec, au tableau, une valeur de près de 6 milliards de dollars d'importations. La Chine s'impose depuis 2013 sur le point culminant de la pyramide des principaux fournisseurs de l'Algérie avec une moyenne annuelle de 8 milliards de dollars d'exportations vers l'Algérie.
Cependant, la balance commerciale de l'Algérie avec la Chine était restée structurellement déficitaire, puisque l'Algérie n'exporte rien, ou presque, à destination de l'Empire du Milieu, exception faite de quelques livraisons sporadiques d'hydrocarbures. Depuis 2010, les exportations de la Chine à destination de l'Algérie ont totalisé 76,06 milliards de dollars, alors que ses importations depuis l'Algérie, constituées essentiellement d'hydrocarbures, se sont chiffrées à seulement 14,793 milliards de dollars. Le déficit commercial de l'Algérie avec la Chine caracole ainsi à plus de 61 milliards de dollars depuis 2010. Alors que les fondamentaux du commerce extérieur de l'Algérie restaient baissiers en 2020 avec, au tableau, un déficit de l'ordre de 9,86 milliards de dollars durant les onze premiers mois de l'année – contre un déficit de 6,11 milliards de dollars en 2019 –, un important repli des exportations (-34,82%) et une baisse de 18,25% des importations, ses achats depuis la Chine ne faiblissaient point ces dernières années, exception faite du précédent exercice, caractérisé par un impact considérable de la pandémie sur les échanges mondiaux.
En 2019, les exportations de la Chine vers l'Algérie n'ont baissé que de 2,6%, contre une chute de 10,78% des exportations de la France vers l'Algérie, alors que les importions algériennes depuis l'Italie, l'Espagne et l'Allemagne ont connu un net repli respectivement de -7,18%, -17,21% et de
-10,97%. Depuis la mi-2015, date de l'apparition des premières mesures de contingentement des importations, présentées comme une solution à même de rééquilibrer la balance commerciale et, partant, la balance des paiements, dont le déficit se creusait continuellement sous l'effet du choc pétrolier de la mi-2014, les importations depuis la zone euro se sont fortement repliées, alors que les achats depuis la Chine et, plus globalement, depuis la zone dollar, continuaient de progresser à vive allure. Preuve en est, qu'à l'issue de l'année 2015, les importations depuis la France, l'Italie, l'Espagne et l'Allemagne ont chuté respectivement de
-14,44, -4,26, -21,79 et de -11,07, alors que les exportions de la Chine vers l'Algérie n'ont baissé que de -0,23%.
La même tendance a été constatée en 2016, date durant laquelle de nouvelles restrictions administratives et bancaires aux importations étaient mises en place. Le contraste est pour le moins saisissant dans l'évolution des échanges avec les principaux partenaires, dans un contexte de forte tension sur le budget, sur fond de vaines tentatives de réduire le déficit de la balance des paiements au moyen de mesures d'encadrement du commerce extérieur.
Ali Titouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.