Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Le Président Tebboune s'entretient par téléphone avec son homologue égyptien    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Chelsea : Une touche en Allemagne pour Marcos Alonso    Ligue 1 (Match avancé/ 21e journée): le MCO domine la JSK (0-1)    Man United : Solskjaer se félicite de la prolongation de Cavani    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Maturité et montée en gamme    Fertoul pense que «ce sera difficile, mais pas impossible»    La Juve en péril, Pirlo, Ronaldo et Agnelli sur un fil    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Un dispositif sécuritaire mis en place par la Gendarmerie nationale    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    «Le Real et le Barça, hala» !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    Les solutions miracles des constructeurs automobiles    Porsche signe un bon début d'année    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Abdelkrim Benyaïche nommé recteur à l'université de Béjaïa    Quels députés pour quelle APN ?    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Cité Guehdour Tahar à Guelma : Rush sur le stade de proximité    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Agence foncière: Plus de 3.000 actes délivrés et plusieurs vieux sites régularisés    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Des enseignants universitaires véreux    Israël et l'ONU au banc des condamnés    «Au secours M. le président!»    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ils ont réussi à marcher
À Tizi Ouzou,
Publié dans Liberté le 14 - 04 - 2021

Contrairement aux semaines précédentes où les marches du mardi des étudiants ont été empêchées par la police, la marche d'hier à Tizi Ouzou s'est déroulée normalement et sans heurts avec les forces de sécurité.
En effet, aucun dispositif particulier des forces anti-émeute n'a été déployé sur place pour, éventuellement, empêcher cette marche des étudiants, appuyés par la société civile, qui s'est ébranlée, vers 11h, de l'entrée de l'université vers la place de l'Olivier, située à l'autre bout de la ville des Genêts.
Durant tout leur parcours, allant de l'université, en passant par la rue Lamali-Ahmed et l'avenue Abane-Ramdane, les manifestants ont repris les slogans habituels du Hirak, dont le rejet des élections, et aussi demandé la libération des détenus du mouvement populaire, encore en prison notamment, en cette période de jeûne où la chaleur familiale est importante.
"Talkou u ladna i ssoumou m'3ana" (libérez nos enfants pour qu'ils jeûnent avec nous), ont scandé les manifestants qui ont aussi appelé à l'instauration d'un Etat civil.
"Tahia el-Djazayer, dawla madania, machi asskaria", ont-il encore scandé. "Contrairement aux semaines passées où nous avons fait face à une armada de policiers, cette nouvelle marche du mardi n'a pas été empêchée", a affirmé un manifestant. "Comme vous pouvez le constater, nous avons marché dans le calme et sans heurts. C'est ce que nous avons souhaité et prôné depuis la reprise de ces marches car nous avons juste voulu exprimer nos droits", a relevé un étudiant.
À noter que les manifestants qui ont pu atteindre leur objectif, en marchant vers la place de l'Olivier, ont, par la suite, refait le même parcours dans le sens inverse, en marchant jusqu'à l'entrée de l'université avant de se disperser dans le calme.

K. TIGHILT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.