Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Barça-Atlético : Les compositions probables    Tirage au sort lundi au Caire    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    "PAS DE MUSELIÈRE"    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fort taux de suivi de la grève, selon le Cnapeste
éducation Nationale
Publié dans Liberté le 14 - 04 - 2021

La grève à laquelle a appelé le Conseil national du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (Cnapeste) a enregistré hier, à son deuxième et dernier jour, un taux de participation de 71%, a déclaré à Liberté le porte-parole de ce syndicat, Messaoud Boudiba.
Malgré les menaces de ponction sur les salaires, les adhérents du Cnapeste ont suivi le mot d'ordre de grève, la première de cette ampleur cette année, et qui marque la fin de la trêve sociale observée dans le secteur de l'éducation nationale, après deux ans de calme relatif à cause de la situation politique (Hirak) et de la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus.
"De nombreux enseignants ont rejoint le mouvement de grève après les menaces de certains directeurs d'établissement de procéder à des ponctions sur les salaires des grévistes", a expliqué M. Boudiba, notant que plusieurs wilayas ont vu le taux de suivi de la grève augmenter au deuxième jour de la contestation. Il en est ainsi de la wilaya d'El-Tarf, qui a rejoint hier le mouvement de grève et qui a connu un taux de suivi surtout au niveau du primaire, selon la même source.
Les wilayas de Médéa (CEM et Lycées), Tiaret, Saïda et Adrar ont aussi connu un taux important de suivi de ce débrayage, qui intervient à quelques semaines seulement de la fin de l'année scolaire, dont le déroulement a fortement été perturbé par la crise sanitaire.
Et à la veille des examens trimestriels et de fin d'année, cette grève vient rompre deux ans de patience des syndicats de l'éducation, à leur tête le Cnapeste, sorti de son silence pour dénoncer une situation socioprofessionnelle "catastrophique" des enseignants, en raison de la cherté de la vie, qui a entraîné une terrible érosion du pouvoir d'achat de la classe moyenne.
La révolte du Cnapeste n'est pas concentrée seulement sur l'aspect financier, qui agite d'ailleurs d'autres sydicats de la Fonction publique. Le Cnapeste dénonce aussi l'entrave à l'exercice syndical et dénonce le manque de volonté du ministère de tutelle à venir à bout de tous les problèmes et difficultés que vit le secteur de l'éducation depuis des années.
Exigeant des réformes profondes et sur la durée, le Cnapeste est sorti bredouille lors de la dernière rencontre que ses représentants ont eue le 7 avril avec des responsables du ministère de tutelle.
Sur les dix points contenus dans la plateforme de revendication, aucun n'a pu être satisfait, selon le Cnapeste, même si le lendemain une instruction du ministre, Mohamed Ouadjaout, avait été envoyée aux directeurs de l'éducation leur demandant de ne plus recourir à la justice dans les conflits lié à l'action syndicale des enseignants.
Faute de progrès, le Cnapeste ne compte pas se taire et d'ici la fin de l'année, ce syndicat pourrait encore mener d'autres actions de protestation. Mais en attendant, affirme Messaoud Boudiba, il évaluera d'abord cette première grève et écoutera sa base pour décider du plan d'action à venir.

Lyès MENACER


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.