Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un chemin très escarpé
Réforme du régime de retraite
Publié dans Liberté le 15 - 04 - 2021

Le chemin menant vers une réforme du régime de retraire s'avère très escarpé, tant il est vrai que cette refonte repose sur deux piliers nécessitant une volonté politique sans faille. Il s'agit, d'abord, d'instaurer un système juste et équitable abolissant, au passage, les régimes spéciaux dont bénéficient les hauts cadres de l'Etat. Il est question, ensuite, de chercher à améliorer les recettes de la Caisse des retraites en ratissant large sur les terrains de l'économie informelle et des défauts et/ou fausses déclarations des cotisations.
Quoi qu'il en soit, le besoin de réforme n'a jamais semblé aussi pressant. La survie de la Caisse et des milliers de retraites en dépend. Or, face à une économie informelle qui gagne en ampleur, l'Exécutif semble vouloir y aller avec le dos de la cuillère. En témoignent les récents propos du ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, qui dit compter sur l'adhésion volontaire des travailleurs et les employeurs exerçant dans l'informel aux mesures de formalisation que l'Etat devrait annoncer dans les semaines à venir.
La migration vers un régime de retraite juste et équitable exige une sérieuse réflexion sur les milliers de cotisations sociales qui échappent à la Cnas et à la CNR du fait de l'informel. En plus de ces centaines de milliers de cotisations qui échappent à la fois aux organismes de protection sociale qu'au fisc, le défaut de cotisations et les fausses déclarations ont pris une proportion inquiétante dans un contexte socioéconomique fortement dégradé.
En effet, le déficit de la CNR tient aussi bien au rapport de dépendance (nombre d'actifs pour un retraité), qui est le pilier d'un système des retraites basé sur la répartition, qu'à une insuffisance dans les recouvrements des cotisations. Pour mesurer l'ampleur de ce phénomène, à savoir le défaut de cotisation, il n'y a qu'appliquer le nombre de salariés et fonctionnaires déclarés, ainsi que le montant théorique des cotisations que leur employeur devrait verser à la Cnas à la valeur des cotisations effectives reçues par la CNR.
Le gap est saisissant ! "Pour ma part, je considère le travail au noir comme un phénomène dangereux à tous les niveaux. Il faudrait être plus créatif pour imposer aux entreprises un respect plus prononcé de la législation du travail. Et vu des marchés publics qui continuent à jouer un rôle moteur dans l'économie nationale, pourquoi ne pas imposer aux entreprises une sorte de label délivré par un organisme de rating social sur leur degré de respect de la législation sociale et qui les rendrait éligible à la commande publique par exemple ?", suggère Mahrez Aït Belkacem, consultant et membre du Care, contacté par Liberté. Face à ces fléaux, force est de constater qu'il y a manifestement absence de stratégie chez le gouvernement.

A. Titouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.