L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La colère gronde dans l'Ahaggar
Consistance et limites territoriales des communes du Grand Sud
Publié dans Liberté le 17 - 04 - 2021

Le vent de colère souffle de nouveau sur l'Ahaggar qui s'est soulevé, hier vendredi, contre la nouvelle composition et les limites territoriales des communes relevant des wilayas nouvellement créées.
Fixée au terme du décret exécutif 21-128 publié jeudi dernier au Journal officiel, la nouvelle consistance des communes a suscité une vague d'indignation auprès des Touareg et notables de l'Ahaggar qui ont investi les rues de Tazrouk, commune située à 270 km de Tamanrasset, pour dénoncer la nouvelle carte territoriale dessinée par le gouvernement.
À en croire les protestataires, ce dernier aura concédé toutes les régions stratégiques de la wilaya de Tamanrasset à Djanet et Illizi. "L'Ahaggar s'est fait amputer de toutes les zones regorgeant de richesses naturelles, à savoir l'or, le gaz et l'eau. C'est l'avenir de nos jeunes qui est en jeu.Le gouvernement n'a pas mesuré l'impact de cette décision qui a eu l'effet d'un tsunami à Tamanrasset. Nous n'allons pas nous taire", a-t-on averti.
Le message s'adresse au Premier ministre, Abdelaziz Djerad, qui a été destinataire d'une correspondance faisant état des "difformités" constatées dans la nouvelle composition comparativement aux limites territoriales des communes fixées depuis avril 1984 en concertation avec les municipalités ayant des frontières communes, à savoir Tazrouk et Idelès dans la wilaya de Tamanrasset, Djanet et Bordj El-Haouasse dans celle de Djanet et Bordj Omar-Driss à Illizi.
Pour les notables du Hoggar, "Il ne s'agit pas d'une opération administrative anodine, mais d'une tentative de scission visant la stabilité du Grand Sud. On veut apparemment réveiller les vieux démons et pousser les Touareg à déterrer leurs haches de guerre pour recouvrer leur territoire dont les frontières ont été, faut-il le rappeler, tracées avec le sang de leurs aïeux.
C'est inadmissible ! Les hautes autorités du pays doivent intervenir pour rectifier cette bourde monumentale avant que les choses ne prennent d'autres tournures", menacent-ils, non sans dénoncer les agissements "malintentionnés" de certains présidents d'APC et "la défaillance du ministère compétent qui, à son tour, n'a pas jugé opportun de consulter les notables des régions concernées avant de signer ce décret de la discorde".
Ils ont ainsi exigé de diligenter une commission devant se charger impartialement du problème en invitant toutes les parties concernées autour d'une table afin de contenir la crise et du coup éviter les malentendus d'ordre ethnique.
L'annulation "immédiate" de la nouvelle consistance et des limites territoriales a également été exigée par les Touareg de l'Ahaggar qui semblent décidés à engager un bras de fer avec les autorités compétentes pour reconstituer la carte territoriale des communes lésées en récupérant de nouveau les localités rattachées aux communes des wilayas d'Illizi et de Djanet.
En tout, 14 localités réputées pour être le cœur battant de l'Ahaggar en raison des richesses inestimables dont elles regorgent ont été réclamées par les contestataires. Il s'agit en effet de Tiririne, Issalan, Tigharine, Takalous, Edala,Tejalastoumine, Tehenaren, Tinajoulah, Inazaoua, Tadant, Amdid, Tehe Enkalan, initialement rattachées à la commune de Tazrouk et d'Amadghour et Amguid dans la commune d'Idelès (200 km de Tamanrasset).
A l'issue de la dernière réunion avec les notables et chefs de tribu de l'Ahaggar, il a été recommandé de consulter les experts en la matière en concertation avec les spécialistes des régions concernées pour "couper l'herbe sous le pied des opportunistes".
Dans la correspondance, dont nous détenons une copie, les rédacteurs ont tenu pour responsable de cette "gabegie" le wali de Tamanrasset. "Il (le wali, ndlr) n'a pas honoré l'engagement qu'il avait pris le 14 mars 2021, ni sa promesse faite aux représentants des APC et aux notables quant à la prise en charge de ce conflit qui déchaînait déjà la Toile", s'offusque-t-on.

RABAH KARECHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.