Juventus : Ronaldo n'ira pas au Sporting    Real Madrid: Zidane aurait pris sa décision    Oran: les traditionnelles photos de l'Aïd indétrônables    Délégation nationale aux risques majeurs: Promulgation d'un décret exécutif    Exactions au temps du Hirak : Affaire d'Oran, la fabrication de l'ennemi    Inondations à M'sila: la PC découvre un cadavre    Vendredi 117 : Marche empêchée et des interpellations y compris de journalistes    Mali: démission du gouvernement, Ouane reconduit    Coronavirus: 170 nouveaux cas, 134 guérisons et 5 décès    Palestine: Session publique du Conseil de sécurité dimanche    Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    CRB-EST, maintenu pour le 15 mai à 17h    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"
À L'OCCASION DE LA JOURNEE DU SAVOIR
Publié dans Liberté le 17 - 04 - 2021

Dans ce message diffusé par les médias officiels, le chef de l'état ne s'étale pas sur la situation politique du pays de façon générale.
Profitant de la célébration de la Journée du savoir qui coïncide avec le 16 avril de chaque année, le chef de l'Etat a appelé de nouveau les Algériens à voter en masse le 12 juin, à l'occasion des élections législatives. Mais dans ce message diffusé par les médias officiels, Abdelmadjid Tebboune ne s'étale pas sur la situation politique du pays de façon générale.
Dans sa missive, le chef de l'Etat a appelé la société algérienne, "dans toute sa composante", à s'exprimer, lors des échéances politiques à venir, "en toute liberté et par les voies les plus civilisées qui soient pour le choix de ses représentants, à la lumière des défis internes et externes qui interpellent tout un chacun à faire prévaloir l'intérêt de la patrie au-dessus de tout différend et de toute considération étroite".
Il se dit confiant que "les enfants de l'Algérie iront de l'avant pour la pose de ce jalon important dans l'édification d'une Algérie nouvelle et leur détermination ne saurait être entamée par les duperies de ceux qui se sont enlisés dans les méandres de la déstabilisation et de la division".
Le chef de l'Etat fait ainsi allusion à ceux qui sont régulièrement accusés de complot. Il vise probablement certains activistes et youtubeurs établis à l'étranger, accusés d'alimenter les divisions. Ces derniers sont sous le coup de mandats d'arrêts internationaux.
Pour Abdelmadjid Tebboune, "le processus démocratique est le choix de l'Algérie libre et souveraine". Ce choix d'aller vers des élections législatives figure "parmi les objectifs liés à l'intérêt suprême du pays que nous œuvrons à réaliser par la conjugaison des efforts des institutions de l'Etat, de la classe politique et des acteurs de la société civile".
Devenu le moyen le plus usité ces derniers temps pour s'adresser aux Algériens, cette lettre s'inscrit en droite ligne des dernières interventions publiques du chef de l'Etat.
Adressée la veille d'un nouveau vendredi de mobilisation populaire, elle confirme l'attachement du pouvoir à sa "feuille de route" tracée en 2019 ; tenir les élections législatives de juin 2021 quel que soit le taux de participation. "Le taux de participation importe peu", avait répété récemment le chef de l'Etat. "Quel que soit le taux de participation aux élections, nous exigeons qu'elles soient intègres, transparentes et fassent ressortir celui qui mérite la confiance du peuple", a-t-il soutenu dans une interview.
Pour l'heure, à l'exception de Jil Jadid et d'autres formations créées récemment, l'ensemble des partis de la mouvance démocratique a appelé au boycott des élections législatives. Des appels qui s'ajoutent à ceux des figures du Hirak populaire. Mais le pouvoir ne veut pas donner une connotation politique à ce boycott.
"Les partis ont le droit de boycotter", a tout simplement indiqué le porte-parole du gouvernement. Seuls les partis qui ont servi sous le règne de Bouteflika, à l'image du FLN, du RND et du TAJ, dont le mouvement populaire réclamait la disqualification, les associations satellites dont certaines ont été mises sur orbite récemment et les partis islamistes ont annoncé leur volonté de participer au scrutin.
À deux mois du scrutin, aucun engouement n'est encore perceptible, en dehors des rares rencontres organisées par certains leaders de partis engagés dans la bataille et quelques émissions diffusées dans les médias
publics.
Alors que les préparatifs vont bon train du côté officiel, en face, le mouvement citoyen continue de mobiliser pour rejeter ce scrutin, malgré quelques aléas dont le mois de Ramadhan, la cherté de la vie, les pénuries et les entraves à l'exercice des libertés.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.