La Sûreté nationale participe à une campagne de don de sang    Danemark: Laudrup allume l'UEFA !    Tottenham: Levy sème le doute sur un potentiel départ de Kane !    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Les textes d'application enfin ficelés    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Tensions sur fond de corruption    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Leçons d'un scrutin    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Les membres officiellement désignés    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    "Le taux de participation ne m'intéresse pas"    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    Le visa ou la harga    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    L'impératif de l'investissement pour le G7    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La presse dans tous ses états
CELEBRATION DE LA JOURNEE DU 3 MAI
Publié dans Liberté le 03 - 05 - 2021

Le chantage à la publicité, particulièrement dans ce contexte de crise économique et de conséquences de la pandémie, constitue un formidable instrument de dissuasion pour ceux qui affichent des "résistances" à rentrer dans les rangs.
Comme partout ailleurs dans le monde, l'Algérie célèbre aujourd'hui la journée internationale de la liberté de la presse. Cette célébration n'est pas forcément une journée de fête. Mais, précisément une halte pour faire le bilan d'une année et évaluer la situation de la liberté de la presse dans notre pays. A-t-elle avancé ou régressé ? Est-elle menacée ? La parole s'est-elle davantage libérée... ? Autant d'interrogations dans un contexte de grandes incertitudes sur son devenir. C'est aussi un questionnement qui se pose de lui-même tant une presse libre relève d'abord et avant tout du droit citoyen.
Dans la Déclaration universelle des droits de l'Homme, la liberté de la presse est considérée comme "l'un des principes fondamentaux des systèmes démocratiques qui repose sur la liberté d'opinion et la liberté d'expression".
Comme depuis quelques années maintenant, la célébration intervient cette année dans un contexte particulier. Si elle est un événement de consolidation dans certains pays, chez d'autres nations, la liberté de la presse demeure une quête d'un droit inaliénable. Et en Algérie, sa situation est très vulnérable.
Elle-même fragile quoi qu'en disent les tenants du pouvoir. Le classement des Etats, selon leur respect de la liberté de la presse, démontre encore une fois — au regard du dernier classement de RSF (146e) — que beaucoup reste à faire pour aspirer atteindre les normes requises qui confèrent au respect et à la considération. Même s'il est avéré que durant les périodes de troubles politiques, les dommages collatéraux sont d'abord les droits, à commencer par celui de la libre expression, il n'en demeure pas moins que l'Algérie s'est distinguée, depuis quelques années, par une régression inquiétante sur ce volet.
Au fil des ans, son classement dégringole, conséquence de pressions multiformes, dont le chantage à la publicité, la précarité sociale des journalistes, la difficulté d'accès à l'information, un cadre juridique pas suffisamment protecteur et une entreprise d'étouffement d'une presse si jeune et qui a, pourtant, payé un lourd tribut pour son existence.
Les autorités disposent d'ailleurs de suffisamment de leviers sur lesquels elles s'appuient pour maintenir presque sous perfusion une presse dont le crédit a été entamé depuis longtemps. Tout en concédant à quelque liberté de "ton", certes à la marge, elles versent parfois dans un bâillonnement, mais qui n'est pas clairement assumé.
Dans ce contexte, le chantage à la publicité, particulièrement dans ce contexte de crise économique et de conséquences de la pandémie, constitue un formidable instrument de dissuasion pour ceux qui affichent des "résistances" à rentrer dans les rangs.
Autre marqueur d'une presse en décrépitude : une "pollution médiatique", à travers la création de dizaines de titres sans lecteurs. Il y a aussi ces lois liberticides utilisées pour justifier les atteintes qu'illustrent l'emprisonnement de certains journalistes, la rétention de l'information, le blocage des accès à des sites d'informations... En parallèle, le service public est détourné pour une entreprise de propagande au service exclusif du pouvoir.
En somme, les pouvoirs publics n'ont toujours pas saisi qu'une presse libre est un rempart qui protège d'abord et avant tout l'Etat, ce bien citoyen. Un droit indissociable des autres que le mouvement populaire réclame depuis plus de deux ans. Est-il possible de construire une démocratie sans respect et promotion de la liberté de la presse ? Nul pays au monde, y compris ceux qui ont accumulé des décennies dans la pratique démocratique, n'ont réussi le pari sans une presse libre et aussi responsable.
Le 3 Mai de cette année sera célébré alors qu'un journaliste croupit à la prison de Tamanrasset pour ses écrits. Sa libération, l'arrêt des pressions et des intimidations contre les journalistes et la consécration des libertés sont la seule garantie d'une presse libre et libérée.

Mohamed MOULOUDJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.