Suspension partielle et provisoire des activités de lavage-auto à Alger à compter de samedi    Sortie du territoire : Les services de police n'appliquent plus la mesure d'autorisation depuis le 4 juin    Algérie. Des dizaines de personnes arrêtées dans le cadre d'une escalade de la répression contre les militant.e.s    Real : Florentino Perez évoque le cas Raphaël Varane    Espagne : Morata ne supporte plus cette situation    Automobile : L'octroi des premiers agréments reporté    Real - Perez : "La lettre de Zidane ? Il ne l'a pas écrite. Ce n'est pas lui"    L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    Peu de communication, beaucoup de spéculation    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    Le contrat de Lavagne sera prolongé    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les syndicats exigent des mesures urgentes
Au dernier jour de grève des travailleurs de l'éducation
Publié dans Liberté le 12 - 05 - 2021

Les quatorze syndicats autonomes réclament des mesures urgentes en attendant de revoir la politique salariale dans sa globalité.
La grève de trois jours enclenchée dimanche dernier par les travailleurs de l'éducation nationale a connu une large mobilisation et ce, malgré les mises en garde du gouvernement qui a évoqué " une exploitation de l'activité syndicale".
C'est du moins ce qui a été soutenu par les quatorze syndicats à l'origine de cette initiative de contestation. Faisant front commun dans le cadre d'une intersyndicale, ces derniers ont déploré hier "le silence de la tutelle" qui, de leur avis, "n'augure rien de bon" et annoncent "une réunion après l'Aïd pour décider des suites à donner" à leur mouvement de contestation.
Pour Sadek Dziri, SG de l'Union nationale du personnel de l'éducation et de la formation (Unpef), les choses sont claires : "Il nous faut des mesures urgentes que les pouvoirs publics doivent prendre en attendant de revoir la politique salariale."
Il poursuit : "Nous avons besoin d'un geste fort de la part des pouvoirs publics, à l'exemple d'une prime spéciale pour le secteur de l'éducation, en attendant de se pencher sur la révision du volet inhérent à la politique salariale." Zoubir Rouina, SG du Conseil des lycées d'Algérie (CLA), réclame, quant à lui, "du concret", soutenant que "le dialogue ne se sert à rien, si ce n'est qu'à nous faire perdre du temps, notamment lorsqu'il y a absence de volonté réelle d'aller vers le règlement du conflit".
Il rappelle à ce titre : "La révision du statut particulier des travailleurs de l'éducation nous a valu 55 réunions menées au bout de trois années de dur labeur pour aboutir à du néant. Le dossier pourrit aujourd'hui dans les tiroirs du ministère de l'Education nationale sans que personne daigne en tenir compte."
C'est donc encore une fois un dialogue de sourds qui s'installe entre le ministère de tutelle et les syndicats du secteur, traduisant un conflit où chaque partie campe sur ses positions. Boualem Amoura, SG du Satef, qui s'étonne "du silence du ministère de l'Education autant que du gouvernement qui préfèrent ignorer les instructions du président", persiste et signe que "le conflit est loin d'être fini". Joint par téléphone, il nous a affirmé hier que "l'intersyndicale se réunira la semaine prochaine pour décider des suites à donner à cette grève qui n'a pas dit son dernier mot".
Meziane Meriane, coordinateur du Snapest, a, de son côté, fait part de "sa crainte" de voir les syndicats autonomes exclus du dialogue : "Le Premier ministre parle de dialogue qui, nous l'espérons, ne se fera pas sans nous. Il faut qu'on arrête de diaboliser les syndicats autonomes et qu'on les traite comme un partenaire social à part entière de par leur représentativité."
Il ajoute : "Nos revendications socioprofessionnelles sont légitimes. Il faut une politique salariale basée sur une justice sociale. Il ne peut en être autrement."

Nabila SAIDOUN


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.