Enseignement supérieur: Une Agence d'accréditation et d'assurance qualité    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Ligue Inter-régions - Play-off: Six tickets pour la Ligue 2 en jeu    A quand un bac réformé ?    Examens de fin d'année: Plaidoyer pour un calendrier «spécial» pour le Sud    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Sommet international à Berlin pour stabiliser la Libye    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Le Groupe de Genève organise une conférence    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Modric est éternel!    Brèves Omnisports    Les affiches des deux événements dévoilées    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Nouvelle recrudescence    La traque aux fraudeurs    151 Contrebandiers arrêtés en quelques jours    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Ce sera en Août!    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    «L'écrivain qui dort en moi»    Les explications d'Algérie Télécom    370 nouveaus cas et 10 décès en 24 heures    Redistribution des cartes    Désormais valables pour l'Algérie    Législatives: le taux de participation s'établit à 23%    L'Algérie ne ménagera aucun effort pour assurer le succès de la réconciliation en Libye    "LE SERMENT"    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    Foot: l'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    JSK-Coton Sport: le club espère 2.000 supporters, 10.000 refusés    Boukadoum prend part à la réunion du Comité sur la Palestine des pays non-alignés    Le NAHD sommé de réagir, le CRB pour atteindre le podium    Le Polisario salue les marches de solidarité en Espagne    Quel rôle et quelle place pour les indépendants ?    À Alger, l'eau au compte-goutte    À Moscou, on gagne une voiture si on se fait vacciner !    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Que cherche à prouver Haftar ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES
CONVENTION ALGERO-FRANÇAISE
Publié dans Liberté le 15 - 05 - 2021

Un an et demi après sa finalisation, la convention algéro-française portant sur les extraditions est entrée en vigueur. Elle a été publiée au Journal officiel après sa ratification par le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune.
D'emblée, la convention dit clairement qu'elle interdit l'extradition pour des motifs politiques. Le texte précise, ainsi, que l'extradition est refusée si "l'infraction pour laquelle elle a été demandée est considérée par la partie requise comme une infraction politique ou connexe à une infraction politique". Seul bémol à cette "interdiction", le texte permet l'extradition des personnes qui seraient coupables d'avoir attenté "à la vie, à l'intégrité physique d'un chef d'Etat ou des membres de sa famille".
Peuvent également être extradées les personnes ayant commis des "infractions, notamment celles à caractère terroriste, à l'égard desquelles les parties ont l'obligation, en vertu d'un accord multilatéral, d'extrader la personne réclamée ou de porter l'affaire devant leurs autorités compétentes pour qu'elles décident de la procédure à suivre", indique la convention.
C'est probablement cet alinéa qui peut être exploité par les autorités algériennes pour demander l'extradition de certains activistes politiques ou youtubeurs établis en France. Certains d'entre eux ont récemment été déclarés comme "recherchés" pour des faits liés à des organisations terroristes.
Pour l'heure, ces youtubeurs n'ont pas reçu de convocations de la part des autorités françaises. Mais on ne sait pas quelle sera l'attitude de la justice de ce pays devant des ressortissants qui disposent, pour certains d'entre eux, de l'asile politique.
En revanche, l'extradition des "nationaux" ne peut pas se faire si un des Etats signataires n'extrade pas ses ressortissants. Si la partie requise n'extrade pas son ressortissant, elle devra, à la demande de la partie requérante, "soumettre l'affaire aux autorités compétentes afin que des poursuites judiciaires puissent être exercées s'il y a lieu.
Dans ce cas, la partie requérante lui adressera par voie diplomatique une demande de poursuite accompagnée des dossiers et documents y afférents et instruments relatifs à l'infraction en sa possession", précise le document.
En plus de ces critères politiques, la convention prévoit que l'extradition est également refusée si "la partie requise a de sérieux motifs de croire que la demande d'extradition a été présentée en vue de poursuivre ou de punir la personne réclamée en raison de sa race, de son sexe, de sa nationalité ou de ses opinions politiques ou que la situation de cette personne risque d'être aggravée pour l'une de ces raisons".
L'extradition est également refusée " si la personne réclamée a définitivement été jugée par les autorités compétentes de la partie requise pour les faits à raison desquels l'extradition est demandée, si l'action publique est prescrite selon la législation de l'une des parties à la date de réception de la demande d'extradition par la partie requise lorsque l'extradition est demandée aux fins de poursuite et si la peine est prescrite selon la législation de l'une des parties à la date de réception de la demande d'extradition par la partie requise lorsque l'extradition est demandée aux fins d'exécution d'une peine".
Visiblement, cette convention n'a pas connu beaucoup de modifications depuis sa ratification en janvier 2019. C'était avant le début des manifestations.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.