Bouira : Deux manifestants placés sous mandat de dépôt    L'Agence nationale du sang célèbre la Journée mondiale du donneur de sang    Hand/ Championnat Excellence (messieurs) : le GS Pétroliers déclare forfait pour les play-offs    Logements AADL: des instructions pour l'examen de la 2ème vague de recours des souscripteurs de l'AADL 2013    Enseignement professionnel: création d'un centre de formation dans les énergies renouvelables à Cherchell    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 242 guérisons et 8 décès    11.000 policiers mobilisés pour garantir la couverture sécuritaire des épreuves du BEM    Dossier sahraoui: le Maroc enchaine les camouflets    Coupe Billie Jean King: "On s'attend à un niveau assez élevé"    Espagne : Luis Enrique envoie un message à Eriksen    La 26e journée se jouera vendredi et samedi    L'Algérien Fethi Nourine (-73 kg) qualifié aux JO de Tokyo    El-Hamri cale au mauvais moment    Vive polémique entre Macron et Johnson    28 millions de dollars pour un vol dans l'espace avec Jeff Bezos    Des mesures spéciales au niveau des plages ?    Le record mondial de l'association Errakim de Médéa    L'Unicef et l'OIT promettent d'éliminer le travail des enfants    Sonatrach et des sociétés danoises en quête de partenariats    Choc et impact !    La saturation risque de compromettre les programmes de logements    Un déficit de 45% de la production céréalière    3 soldats tués et 4 autres blessés    CES LOIS QUI FONT LE LIT DU FEMINICIDE    Cité Kouhil Lakhdar à Constantine : Un nouvel effondrement inquiète les habitants    3400 affaires élucidées et 3799 suspects arrêtés en mai dernier    AEP à Alger : Instructions fermes pour un approvisionnement régulier    Vaccination contre la Covid à Annaba : 41% de la population ciblée touchés    La Journée nationale de l'artiste célébrée    Le ministère de la Communication retire l'accréditation à France 24    Ministère des Finances: L'économie se remet progressivement de la crise Covid-19    Tiaret - Foncier industriel : 24 hectares inexploités récupérés    DNA - Ligue 2: Les probabilités à deux journées de la fin    En attendant la proclamation des résultats: Un taux de participation de 30,20% aux législatives    Tribulations d'un raboteur d'urnes !    L'Egypte rejette les mesures unilatérales de l'Ethiopie    Moyenne du taux de participation de 30,20 %    Le FLN «rafle la mise»    La longue nuit du dépouillement    Le discours politique sans impact    «C'est un jour heureux pour l'Algérie»    Le choc post-traumatique de la barbarie israélienne    «Je deviens Ifru Nomade!»    Un livre sur les victimes des traumatismes    Premier festival sur les plantes médicinales en Algérie    Un colloque virtuel sur l'économie informelle et les inégalités de genre    Le livre sur la question kabyle disponible en Algérie    Me Abdelkrim Khaldi tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue
invités au dialogue par le ministère de l'éducation Nationale
Publié dans Liberté le 16 - 05 - 2021

Ils soupçonnent la tutelle de "vouloir gagner du temps" et disent "trancher la question" au cours de la réunion d'évaluation de la grève qui doit avoir lieu incessamment.
Le débrayage de trois jours des travailleurs de l'éducation qui a eu lieu les 9,10 et 11 mai a fortement perturbé le fonctionnement des écoles sans que le ministère de l'Education nationale agisse pour arranger la situation. Il a fini, contre toute attente, par inviter les syndicats au dialogue dans le cadre de rencontres bilatérales prévues à partir du 17 mai. Mais les syndicats voient en cette initiative "une ultime manœuvre" pour "gagner du temps".
Ils comprennent bien que la hantise du ministère est de voir les travailleurs de l'éducation, avec à leur tête les enseignants, boycotter les examens qui, hasard du calendrier, coïncideront avec les élections législatives.
La grève des travailleurs, pour rappel, a eu lieu à l'appel de quatorze syndicats réunis dans une intersyndicale de l'éducation. "Nous ne comprenons pas que le ministère puisse appeler à dialoguer, encore une fois, alors que nos revendications sont claires et méritent une réponse urgente tant la situation est difficile pour les travailleurs de l'éducation dont notamment les corps communs", s'étonne Boualem Amoura, SG du Satef surtout que l'intersyndicale exige "des mesures urgentes".
Il ajoute plus loin : "Pourquoi vouloir nous rencontrer individuellement dans le cadre de cet appel au dialogue alors que nous avons exprimé des revendications communes du moins celles qui portent sur l'amélioration du pouvoir d'achat et la retraite ?" Meziane Meriane, coordinateur du Snapest, n'en pense pas moins et nous fait part de ses craintes.
"Il y a un risque pour que ce qui s'est déjà passé avec Nouria Benghabrit, l'ancienne ministre de l'Education, se reproduise. Nous avons travaillé sur le dossier du statut particulier des travailleurs de l'éducation pendant trois années entières pour que tous nos efforts partent en fumée".
À ce propos, il a tenu à préciser que "s'il y a lieu d'aller à la rencontre des membres du ministère c'est pour leur demander où est donc passé ce fameux document qui est complètement ficelé et pour quelle raison il n'a pas été pris en considération ?" C'est d'ailleurs tout aussi valable pour Sadek Dziri de l'Unpef et Zoubir Rouina du CLA.
Ce dernier, qui a déjà eu à décliner les invitations du ministère, pense continuer sur cette voie et soutient : "Certes c'est la réunion du bureau qui tranchera, aujourd'hui ou demain, cette question mais il est clair que nous restons très sceptiques quant aux intentions de notre tutelle."
Les syndicats, semble-t-il, soupçonnent aussi la tutelle de "vouloir jouer la carte de la division" à trop focaliser sur "la révision du statut particulier" au lieu de prendre en charge le problème dans sa globalité. "Nous ne sommes pas dupes et nous ne tomberons pas dans ce piège", a asséné le responsable du CLA insistant sur le fait que "la situation est intenable" et que "l'amélioration du pouvoir d'achat s'impose plus que jamais".
Avis entièrement partagé par Sadek Dziri qui dit également "ne rien attendre de probant" des rencontres avec le ministère estimant que "la réponse à nos revendications revient aux plus hautes autorités du pays qui doivent réellement prendre au sérieux la détresse des travailleurs de l'éducation". Il reste que les syndicats plus conscients des enjeux disent "trancher la question d'aller ou non au dialogue" au cours de la réunion d'évaluation de la grève qui doit avoir lieu dans les prochains jours.

Nabila SAIDOUN


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.