La loi sur l'investissement ouvrira de nouvelles perspectives de partenariat économique entre l'Algérie et l'Egypte    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    JM / Judo : Driss Messaoud en finale, Amina Belkadi joue le bronze    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Le Président Tebboune reçoit le Premier ministre égyptien    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Migrants tués par la police marocaine : le Kenya appelle à une enquête "approfondie"    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    APN: le projet de loi sur la réserve militaire devant la Commission de la défense nationale    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'AUBAINE DU GAZ    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    M. Goudjil appelle le nouveau président du Parlement panafricain à consolider l'action parlementaire africaine commune    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Kessié en salle d'attente    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Une autre victoire pour l'Algérie    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Les contractuels maintiennent la pression    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    Alger rebat les cartes    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Facteurs défavorables    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nouveaux rassemblements de la diaspora en France
Ouverture partielle des frontières
Publié dans Liberté le 06 - 06 - 2021

Les Algériens de France ont manifesté hier pour la seconde semaine consécutive partout dans l'Hexagone pour réclamer l'ouverture intégrale des frontières et l'annulation de la quarantaine imposée aux voyageurs à leur arrivée en Algérie. Des rassemblements ont été organisés simultanément en début d'après-midi devant l'ambassade d'Algérie à Paris et plusieurs consulats, dans la région parisienne, à Lille, à Lyon, à Toulouse et à Marseille. "Pas de conditions pour l'ouverture des frontières", a notamment scandé la foule massée en face des locaux de la chancellerie, située rue de Lisbonne, à Paris.
Le rassemblement, autorisé par la préfecture de police de Paris, s'est déroulé sous la surveillance de plusieurs agents dépêchés sur les lieux pour maintenir l'ordre. "L'ambassade a fait appel à la police pour faire croire que nous sommes des gens dangereux. Nous ne réclamons pourtant qu'une chose : pouvoir retourner chez nous", a pesté une dame rencontrée sur place. Beaucoup d'autres manifestants ont laissé exploser leur colère dans un mégaphone qui passait de main en main. "Nous sommes des Algériens.
Nous voulons rentrer dans notre pays. Dans quelle langue devons-nous vous le demander ? Laissez-nous aller voir nos parents et nos proches", a exigé un jeune, sous les applaudissements de l'assistance. Un autre manifestant a déploré le spectacle affligeant offert aux passants. "Nous sommes devenus la risée du monde. Aucun autre pays ne limite la liberté de circulation de ses propres ressortissants", a-t-il observé. Dans le programme des vols annoncé par le gouvernement, trois liaisons uniquement sont autorisées entre la France et l'Algérie. La faiblesse de l'offre a entraîné d'ores et déjà l'épuisement de tous les billets d'avion pour les dessertes prévues en juin. Hier, Air Algérie a fait savoir que son site d'achat en ligne fait l'objet d'une "saturation temporaire", pour justifier sans doute l'impossibilité pour les clients de faire des réservations pour juillet, août et les mois suivants.
Nos compatriotes en France ne peuvent plus acquérir des billets en agence, car les deux points de vente de Paris et de Marseille ont été fermés lundi dernier, à la suite de bousculades. "Au téléphone, Air Algérie ne répond pas non plus. D'ailleurs, je me demande comment les premiers voyageurs arrivés en Algérie ont procédé pour acheter leur billet", s'est demandé Arezki, qui manifestait également devant l'ambassade. Pour cet Algérien, la perspective de partir en Algérie cet été est devenue une illusion. "On brandit le spectre de la Covid pour filtrer le retour des émigrés. C'est une honte", s'est indigné notre interlocuteur. Celui-ci a déploré par ailleurs le dispositif d'exemption des frais de quarantaine décidé par le Conseil des ministres au profit des étudiants et des personnes âgées à faible revenu. "Les vieux retraités déjà très malmenés doivent maintenant courir les consulats pour prouver qu'ils sont pauvres et éligibles à l'enfermement gratuit pendant cinq jours dans un hôtel", ironise Arezki. Jeudi dernier, l'ambassade d'Algérie à Paris a publié un communiqué pour informer que les ressortissants algériens concernés par la dispense des frais de confinement doivent fournir au consulat ou à l'ambassade (par mail) des justificatifs de revenus.

Samia Lokmane-Khelil


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.