À quand le vrai bonheur?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les raisons du processus inflationniste    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Huit grands brûlés transférés à l'étranger    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La presse en deuil    Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Les milliards pleuvent...    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Une inauguration, puis rien !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    Halte au grignotage la nuit !    Chien de mer en sauce    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    L'offre se resserre    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Il sera inhumé aujourd'hui à El Alia: Abdelkader Bensalah n'est plus    Exonérations totale des pénalités et des majorations de retard: La CASNOS sensibilise    Bekkat Berkani: Une réforme du système de santé est nécessaire    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les gérants des salles des fêtes dans le flou
Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 08 - 06 - 2021

■ C'est un véritable cri de détresse qui a été lancé, il y a trois jours, par les gérants des salles des fêtes à Tizi Ouzou, dont les établissements sont fermés depuis maintenant quinze mois à cause de la pandémie de Covid-19.
"Nous avons espéré voir notre activité relancée dans le cadre de la décision de réouverture des commerces décidée par le gouvernement. En vain", a d'emblée regretté le président de la section salles des fêtes au niveau de l'UGCAA de Tizi Ouzou, M. Ben Boudjema, précisant que certains gérants ont même décidé de reprendre leur activité le vendredi 4 juin. "Ces gérants n'en peuvent plus.
La seule façon de sauver leur activité et de reprendre le travail", a-t-il précisé. "Ces gérants ne sont pas des hors-la-loi. Ils ont repris par nécessité", a-t-il ajouté, précisant que les gérants des salles des fêtes ont tapé à toutes les portes, sans résultat. "Nous n'avons eu aucune réponse. On vit dans l'abstrait", a-t-il déploré.
"C'est pourquoi nous avons décidé de saisir le président de la République sur notre cas. On est conscient de la situation sanitaire et que la santé publique prime sur tout, mais on ne comprend pas pourquoi la décision d'allégement qui a touché les autres secteurs tels que la restauration, les cafés, les salles de cinéma et les théâtres n'a pas touché nos établissements", a lancé M. Ben Boudjema.
"Nous avons des gérants de salles des fêtes qui sont locataires et qui font face à une situation très critique car menacés d'expulsion. Ils sont au bord de la déprime", a alerté ce même représentant, tout en indiquant que les gérants des salles des fêtes demandent, eux aussi, un allégement.
"À l'échelle nationale, il y a plus de 3 200 salles, qui offrent entre 10 000 à 15 000 emplois directs, qui sont touchées économiquement par la crise sanitaire", a-t-il encore précisé, tout en estimant que l'Etat doit apporter des solutions à cette situation qui a favorisé l'informel. "Des garages, des villas et des hôtels sont transformés illégalement en salles des fêtes", a-t-il dénoncé.
De son côté, M. Brahimi, gérant d'une salle des fêtes au chef-lieu de Tizi Ouzou, a évoqué une forme de marginalisation. "Notre activité est bloquée depuis quinze mois. C'est vraiment le chaos pour nous et nous estimons que nous sommes marginalisés", a-t-il relevé. "On ne sait pas quoi faire. Nous avons arrêté tous nos ouvriers car nous n'avons pas de quoi les payer", a encore regretté M. Brahimi.
À noter que les gérants des salles des fêtes de Tizi Ouzou viennent d'adresser une énième fois une lettre ouverte au président de la République lui demandant d'intervenir.
"Nous ne sommes pas sans ignorer que la santé publique prime sur tout, mais nous demandons un allégement, à l'instar des autres activités accueillant du public", lit-on dans la demande. "Nous sommes aussi en faillite, près de déposer le bilan et nos employés sont au chômage involontaire", ont-ils expliqué.

K. TIGHILT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.