Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un cadre de vie déplorable
Cité des 380 logements d'Oued Tlélat
Publié dans Liberté le 10 - 06 - 2021

Les habitants de la cité des 380 logements de Oued Tlélat, appelée Hay Houari-Boumediene, n'arrivent plus à supporter leur cadre de vie déplorable.
"Encerclée par plusieurs nouveaux immeubles de différents types, la cité est complètement asphyxiée", déplore Ahmed, 82 ans, qui bataille sur tous les fronts pour l'amélioration de la situation, notamment en tentant d'attirer l'attention des autorités locales, manifestement sans succès.
Ses efforts auprès des responsables locaux n'ont pas changé d'un iota une situation invivable et pénalisante de la cité qui menace jusqu'à la santé publique. "Nous manquons de bacs à ordures, et les odeurs nauséabondes émises par les déchets ménagers, les avaloirs et regards des eaux usées asphyxient presque les malades et les personnes âgées. Les herbes sauvages et broussailles envahissent la cité, l'absence de ralentisseurs encourage les chauffards, surtout les transporteurs clandestins qui n'hésitent pas à abuser de la vitesse. L'espace vert destiné aux enfants se trouve dans un état lamentable, les espaces publics sont squattés, et les matériaux de construction jonchent le sol et les trottoirs. Même les niches de l'eau potable sont éventrées, le stade de proximité mal entretenu...", énumère-t-il avec dépit en multipliant, malgré son âge avancé, les démarches pour changer la vie de la cité.
Cependant, l'incivisme et la passivité de certains résidents compliquent la situation et affectent le cadre de vie. "Installer du fil barbelé devant sa maison ou un poulailler sur la terrasse, c'est aussi une forme de dégradation de notre environnement", lance Ahmed, en parlant de sa cité datant des années 1990 dont l'architecture pose problème surtout avec un R+1 mal agencé. Ce cri de détresse trouvera-t-il une oreille attentive avant les grandes chaleurs étouffantes ?

NOUREDDINE BENABBOU


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.