Tenue de la 3e session du Comité de concertation politique algéro-saoudien    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Saint-Etienne : Boudebouz écarté par son entraineur ?    Conseil des ministres : le projet de la nouvelle loi relative à l'investissement adopté    Maroc: appel à une participation massive à la marche du 29 mai contre la cherté et la répression    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines au secteur de Mahbes    Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison ferme requis contre l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal    Le Conseil de la nation participe à la 33e Conférence extraordinaire de l'UIPA    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Le moudjahid Abbas M'hamed, un parcours remarquable au service du pays    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Les bases de la transition énergétique    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    La Sonelgaz se met de la partie    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Le message fort du président Tebboune    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    Pourquoi les prix ont baissé    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Durcissement du Code pénal
LE CHEF DE L'ETAT A APPORTE DES MODIFICATIONS PAR ORDONNANCE
Publié dans Liberté le 12 - 06 - 2021

Le président de la République aurait pu attendre l'élection de la nouvelle Assemblée nationale et proposer son texte, estiment Mes Assoul et Saheb.
Quelques jours avant le renouvellement de l'Assemblée populaire nationale, le chef de l'Etat a modifié, par ordonnance, le Code pénal pour y introduire, notamment, la notion de classification de "personnes" ou "entités terroristes". Des notions qui n'existaient pas auparavant.
Selon la nouvelle version du code pénal, le champ des "actes terroristes" a été élargi. Dans un nouveau paragraphe, le Code pénal définit d'acte terroriste celui d'"œuvrer" ou d'"inciter", "par quelque moyen que ce soit, à accéder au pouvoir ou à changer le système de gouvernance par des moyens non constitutionnels".
Autrement dit, "(...) toutes les personnes ou tous les partis politiques ou associations qui proposeraient d'autres voies de sorties de crise que celles du pouvoir seront considérés comme terroristes", a commenté Zoubida Assoul, avocate et présidente de l'Union pour le changement et le progrès (UCP).
"Cela veut dire qu'une thèse universitaire, donc scientifique, qui porte sur la transition politique, peut être considérée comme un acte terroriste", résume, pour sa part, le professeur de droit et avocat, Hakim Saheb. Ce dernier relève également le fait que "le texte est ambigu" et qu'il peut "ouvrir la voie à des interprétations, donc à des dérives comme les atteintes à la liberté de l'expression politique".
Dans un autre alinéa, la nouvelle version du Code pénal précise qu'une "liste nationale des personnes et entités terroristes qui commettent l'un des actes prévus à l'article 87 bis du présent code, qui sont classifiés 'personne terroriste' ou 'entité terroriste'", est constituée par "la commission de classification des personnes et entités terroristes (...)".
"Aucune personne ou entité, n'est inscrite sur la liste mentionnée au présent article, que si elle fait l'objet d'enquête préliminaire, de poursuite pénale, ou dont la culpabilité est déclarée par un jugement ou un arrêt", ajoute le texte.
Avec cet amendement, "le pouvoir ne se limitera plus à l'étouffement des voix de l'opposition mais va jusqu'à les considérer comme des terroristes si l'on se réfère aux poursuites que nous vivons depuis juin 2019 à ce jour et les condamnations contre les activistes du Hirak, les journalistes, les politiques", a réagi encore Zoubida Assoul.
La décision d'inscription sur la liste nationale est publiée au Journal officiel (...). Cette publication vaut notification des concernés, qui ont le droit de demander, leur radiation de la liste nationale, à la commission, trente jours à partir de la date de publication de la décision d'inscription.
"La commission nationale peut radier toute personne ou entité de la liste nationale, d'office ou à la demande de la personne ou de l'entité concernée, lorsque les motifs de son inscription ne sont plus justifiés", nuance le texte.
Pour Hakim Saheb, la décision de prendre cette ordonnance à quelques jours du scrutin est "grave" puisque le chef de l'Etat aurait pu "attendre l'installation de l'Assemblée pour proposer le texte, surtout que rien ne presse". Pour Zoubida Assoul, "c'est la porte grande ouverte à l'abus, l'arbitraire et au règlement de compte contre toute voix discordante".

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.