L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande
Marché pétrolier
Publié dans Liberté le 13 - 06 - 2021

La reprise de la croissance mondiale, et donc de la demande pétrolière, devrait s'accélérer au 2e semestre de cette année, note l'Opep dans son dernier rapport mensuel.
Le prix moyen du Sahara Blend, pétrole de référence algérienne, a augmenté de 3,80 dollars en glissement mensuel en mai 2021, soit une hausse de 5,9% par rapport au mois d'avril de la même année. Il est passé de 64,01 dollars en avril passé à 66,81 dollars en mai dernier. C'est ce que relève l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) dans son dernier rapport mensuel publié jeudi. Le Sahara Blend est le 4e brut le plus cher des 13 bruts de l'Opep, après Zafiro de la Guinée équatoriale, l'Angolais Girassol et Rabi Light (Gabon).
Sur les cinq premiers mois de l'année en cours, le prix moyen du Sahara Blend a atteint 63,14 dollars le baril contre 40,31 dollars le baril l'année dernière. La loi de finances complémentaire 2021, publiée au Journal officiel n°44, a retenu un prix fiscal du baril de pétrole autour de 40 dollars et une moyenne de 45 dollars pour le prix du marché. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole a confirmé sa prévision d'une forte reprise de la demande de brut au second semestre, soutenue notamment par les Etats-Unis et la Chine, même si des incertitudes liées à la pandémie de Covid-19 demeurent.
"La reprise de la croissance économique mondiale, et donc de la demande pétrolière, devrait s'accélérer au deuxième semestre", note l'Opep dans son rapport mensuel. L'organisation confirme ses prévisions pour cette année d'un rebond de 6 millions de barils par jour de la demande mondiale, qui devrait ainsi atteindre 96,58 millions de barils par jour. Ce rebond fait suite à une chute encore plus importante de 9,3 millions de barils par jour de la demande en 2020, en raison de la pandémie de Covid-19 qui a freiné l'activité et quasiment mis à l'arrêt le transport aérien mondial. Tout comme la croissance économique, la demande pétrolière devrait s'accélérer au cours de l'année, prédit ainsi l'Opep.
Elle prévoit une demande de 94,1 millions de barils par jour au premier semestre, puis de 99 millions de barils par jour au second, avec une progression des mobilités, et donc de la consommation d'essence ou de diesel. Cet optimisme conforte l'Opep qui avait restreint avec ses alliées au sein de l'Opep+ sa production pour soutenir les cours pendant la crise, mais est désormais décidée à desserrer le robinet. Les pays de l'Opep ont ainsi au total augmenté leur production de 390 000 barils par jour en mai sur un mois, pour atteindre 25,463 millions de barils par jour, selon des sources secondaires (indirectes) citées dans le rapport. La production de pétrole brut a augmenté principalement en Arabie saoudite, au Venezuela, en Iran, au Kuwait, aux Emirats arabes unis et en Libye, tandis que la production a diminué principalement au Nigeria et en Angola.
La production de l'Arabie saoudite était évaluée à 8,466 millions de barils par jour en mai dernier contre 8,121 millions de barils par jour en avril passé. Selon les statistiques basées sur la communication directe, la production saoudienne a progressé de 410 000 barils par jour. La production de pétrole en Algérie a augmenté de 12 000 barils par jour passant de 871 000 barils par jour en avril à 882 000 en mai, selon les sources secondaires citées dans le rapport. Mais sur la base de la communication directe, l'Algérie a pompé 891 000 barils par jour le mois dernier, contre 867 000 barils par jour en avril, soit une hausse de 24 000 barils par jour.
Les membres de l'Opep+ avaient décidé au début du mois de se conformer à leur politique d'augmentation progressive de la production de pétrole d'ici à juillet. Cette stratégie consiste en un retour par palier entre mai et juillet d'un total de près de 1,2 million de barils par jour supplémentaires, auquel s'ajoute le volume d'un million de barils qui avait été retiré volontairement par Riyad au début de l'année.
Meziane Rabhi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.