Moins de sièges pour le FLN    L'usage de la langue anglaise renforcé    Le retrait des forces étrangères au rang des priorités    «L'autodétermination, du seul ressort du peuple sahraoui»    Les rencontres délocalisées à la salle Harcha    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Medaouar devant l'intransigeance de la CAF et le «cas JSK» !    Les grands aménagements urbains seront-ils menés à terme ?    Le candidat de Sétif avait une puce miniature implantée dans l'oreille    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Dépôt de 26 demandes pour l'exercice de l'activité de concessionnaires de véhicules neufs    Le MCA atomise le PAC    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    "À nous la finale !"    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    Arrestation de 75 hommes armés    Téhéran dit avoir empêché un sabotage    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'urgence de faciliter l'acte d'investir    48 recours recevables ayant donné lieu à la rectification des sièges dans nombre de circonscriptions électorales    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Brèves Omnisports    Les affiches des deux événements dévoilées    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Tous les chemins mènent à Oran    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Vers une agence d'accréditation et d'assurance-qualité ?    Désormais valables pour l'Algérie    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Opep prévoit un léger rebond de la demande
Marché pétrolier
Publié dans Liberté le 16 - 01 - 2021

Après une chute de la demande mondiale de brut de 9,8 millions de barils par jour l'an dernier en raison de la pandémie et du ralentissement, voire de la quasi-mise à l'arrêt de certaines activités, comme le transport aérien, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) table désormais sur un rebond de 5,9 millions de barils par jour en 2021.
La demande mondiale de pétrole devrait atteindre 95,91 millions de barils par jour, prévoit l'organisation dans son rapport mensuel publié avant-hier. Dans la région de l'OCDE, la consommation de pétrole devrait augmenter de 2,6 millions de barils par jour pour atteindre une demande totale de 44,8 millions de barils par jour. Hors OCDE, la demande de pétrole devrait augmenter de 3,3 millions de barils par jour pour atteindre 51,2 millions de barils par jour.
La croissance de la demande devrait être tirée par la Chine, l'Inde et d'autres pays d'Asie. Un solide rebond des activités économiques devrait soutenir la demande de combustibles industriels. La demande de matières premières pétrochimiques devrait également soutenir la croissance de la demande l'année en cours indique l'Opep.
"Les marchés peuvent s'attendre à ce que la politique monétaire commence à se resserrer plus tôt qu'anticipé, ce qui aurait un effet potentiellement négatif sur l'économie mondiale et les marchés pétroliers", met, toutefois, en garde l'Organisation. Selon le rapport, la production des membres de l'Opep a progressé en décembre dernier, une nouvelle fois tirée par la Libye.
Selon des sources secondaires, la production totale de pétrole brut de l'Opep a atteint 25,36 millions de barils par jour en décembre 2020, en hausse de 278 000 barils par rapport au moins de novembre de la même année.
Le rapport indique que la production de pétrole brut a augmenté principalement en Libye, en Irak et aux Emirats arabes unis, tandis que la production a diminué principalement au Nigeria, au Congo et en Angola.
La production de pétrole brut de la Libye en décembre est passée à 1,224 million de barils par jour, soit une hausse de 136 000 barils par jour, selon des sources secondaires.
Après être tombée à 84 000 barils par jour en août 2020, la production de pétrole de la Libye a augmenté progressivement pour passer à 1,088 million de barils par jour en novembre 2020 et atteindre 1,224 million de barils par jour en décembre dernier.
La Libye fait partie des pays de l'Opep exemptés de quotas de production, au moment où les membres de l'organisation et leurs alliés au sein de l'Opep+, notamment la Russie, limitent volontairement leur production pour soutenir les cours du pétrole.
Lors de leur réunion début janvier, les partenaires pétroliers s'étaient entendus pour autoriser la Russie et le Kazakhstan à légèrement augmenter leur production d'or noir au cours du premier trimestre. Mais l'Arabie saoudite, prudente face à la propagation de Covid-19, a choisi de s'imposer une coupe significative.
La production de l'Arabie saoudite est restée quasi stable le mois dernier à 8,964 millions de barils par jour, affichant une baisse de 2 000 barils par jour. Mais sur la base de la communication directe, la production de l'Arabie saoudite a augmenté de 8 000 barils par jour, pour atteindre 8,980 millions de barils par jour.
L'Algérie aurait produit 855 millions de barils par jour en décembre dernier, contre 857 000 barils par jour en octobre et novembre 2020, soit une baisse de 2 000 barils par jour, selon des sources secondaires. Le prix moyen du Sahara Blend, brut de référence algérienne, a enregistré une hausse de 17,4%, soit une augmentation de 7,40 dollars le baril entre novembre et décembre de la même année.
Le prix moyen du Sahara Blend est passé de 42,59 dollars le baril en novembre de l'année dernière à 49,99 dollars le baril en décembre de la même année. Sur l'année 2020, le prix du Sahara Blend est estimé à 42,12 dollars le baril contre 64,49 dollars le baril en 2019.

Meziane RABHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.