Les élections locales en novembre    Ould Kaddour extradé vers Alger    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Biden publie une carte délimitant la RASD; Nouveau revers pour le Makhzen    Abominable Delta    Enseignements tunisiens    Records et hiérarchies: Les impitoyables circonvolutions des compétitions sportives    Jeux Olympiques de Tokyo: L'Algérien Boughera El Ouafi, médaille d'or du marathon des Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928 : qui s'en souvient ?    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    L'Italie Championne olympique    Pas de demi-finale pour Kheris    Espagne - Brésil en finale    Baâdji passe à l'action    «L'Algérie ne se soumettra jamais!»    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le FFS demande la levée des contraintes    34 décès et 1.495 nouveaux cas en 24 heures    Le paiement électronique effectif    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Saïd Hilmi emporté par la pandémie    Les divas arabes à l'honneur    La scène artistique kabyle en deuil    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    «Nous sommes dans l'attente de la réponse de Sayoud»    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ultime chance de reprise
Nouvelle loi sur les hydrocarbures
Publié dans Liberté le 17 - 06 - 2021

La nouvelle loi algérienne sur les hydrocarbures doit encore prouver son efficacité pour attirer les investissements étrangers nécessaires pour relancer l'amont pétrolier et gazier en difficulté.
Elaborée et adoptée en décembre 2019, la nouvelle loi sur les hydrocarbures, censée donner un coup d'accélérateur à l'activité de l'amont pétrolier et gazier, en mal d'investissements, n'est toujours pas entrée en vigueur, faute de textes d'application. Les quatre derniers projets de décrets exécutifs liés à cette nouvelle loi ont été examinés, il y a une semaine, en réunion du gouvernement.
À l'issue de cette réunion, le gouvernement a indiqué dans un communiqué que par la promulgation de ces quatre derniers décrets exécutifs, il aura "défini tous les garde-fous et mécanismes juridiques en vue d'une activation à part entière de la loi sur les hydrocarbures". Dit autrement, cette nouvelle loi sur les hydrocarbures, qui vient succéder à celle de 2013, dont les changements qui y étaient apportés n'ont été presque d'aucune conséquence sur l'activité du secteur, est désormais fin prête pour dégripper la machine de production de pétrole et de gaz.
Dans son dernier rapport sur les investissements énergétiques dans la région Mena sur la période 2021-2025, Arab Petroleum Investments Corporation (Apicorp) a écrit que la reprise de l'activité dans le secteur du pétrole et du gaz en Algérie est tributaire de la capacité de la nouvelle loi à capter les investisseurs. "La loi algérienne sur les hydrocarbures doit encore prouver son efficacité pour attirer les IDE nécessaires à relancer l'amont pétrolier et gazier en difficulté", a écrit Apicorp dans son rapport. Ainsi, pour relancer l'activité dans le secteur des hydrocarbures, mis à mal par l'échec des quatre derniers appels d'offres internationaux et l'échec de la précédente loi, celle de 2013, à inverser la tendance, et afin de concilier contrainte budgétaire actuelle et relance de l'investissement dans le secteur de l'énergie, le gouvernement n'avait d'autre choix que d'ajuster la législation aux évolutions de l'industrie pétrolière et gazière dans le monde, voire aux spécificités du domaine minier national.
Ce pourquoi, la nouvelle loi fait sauter le verrou des hydrocarbures de schiste et de l'offshore, faute de nouvelles grandes découvertes dans les hydrocarbures conventionnels et propose de nouvelles mesures incitatives dont le but est d'encourager le développement des petits et moyens gisements.
C'est sous la contrainte, à la fois budgétaire et économique, qu'arrive cette nouvelle loi sur les hydrocarbures. Sonatrach, qui avait investi 16 milliards de dollars en effort propre entre 2000 et 2016, a dû ajourner des projets d'une valeur de 3 milliards de dollars en 2020, en raison des difficultés budgétaires que traverse le pays.
Outre l'aspect budgétaire, l'Algérie a épuisé 60% de ses réserves primaires en hydrocarbures faute de nouvelles découvertes. Le taux risque de grimper à 83% à l'horizon 2030 si l'activité amont du secteur venait à perpétuer ses contre-performances, vieilles de plusieurs années déjà.
C'est dire l'enjeu de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, dont un nouvel échec serait fatal. Le gouvernement a mis une année et demie pour élaborer les textes d'application, période durant laquelle le choc pandémique a entraîné une chute vertigineuse des cours et des pertes colossales sur les chiffres d'affaires des compagnies pétrolières et gazières.
Ce pourquoi, la reprise des investissements dans les hydrocarbures risque d'être poussive, en raison de la contrainte budgétaire, d'abord, et, ensuite, des grands changements que connaît l'industrie pétrolière et gazière mondiale, dont les majors, les banques et les Etats semblent amorcer un sérieux virage au profit des énergies nouvelles.
Pour ainsi dire, le rebond de l'activité dans l'amont pétrolier et gazier dépendrait, non seulement de la capacité de la nouvelle loi à capter les investisseurs, mais aussi de celle de Sonatrach à convaincre ses partenaires traditionnels et potentiels, plus que jamais engagés dans la diversification de leurs portefeuilles énergétiques, à prospecter en Algérie et à développer des gisements moins importants et moins rentables.
Ali Titouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.