Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Du blé et des scandales
27 000 tonnes de céréales importées refoulées du port d'Oran
Publié dans Liberté le 17 - 06 - 2021

Un nouveau scandale lié à l'importation de blé éclate. L'affaire remonte au 8 juin dernier, lorsque les services portuaires d'Oran découvrent deux animaux morts dans une cargaison de céréales. Le ministre de l'Agriculture a fait savoir, hier, que l'OAIC a engagé les procédures pour le remboursement et le dédommagement de l'Office.
Les cadavres de deux animaux ont été découverts dans une cargaison de céréales importées de France, arrivée au port d'Oran le 8 juin dernier. Dans une conférence de presse animée hier, le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Abdelhamid Hemdani, a assuré que le fournisseur a été blacklisté et que des procédures judiciaires allaient être engagées. "Il y aura très certainement des poursuites contre lui pour exiger un remboursement de cette marchandise jugée irrecevable", a-t-il notamment déclaré sans donner plus de détails sur l'identité ou la nationalité dudit fournisseur.
À ce propos, il a fait savoir que l'OAIC a déjà engagé avec des experts les procédures pour le remboursement et le dédommagement de l'Office, soulignant que les fournisseurs sont tenus de respecter les normes phytosanitaires et la qualité du produit exigées dans le cahier des charges. M. Hemdani est revenu sur les faits de cette affaire qui date du 8 juin dernier lorsqu'un bateau de céréales a accosté au port d'Oran avec une cargaison de 27 000 tonnes de blé tendre destinées à la consommation humaine. Après les analyses phytosanitaires d'usage sur des échantillons de blé, un premier chargement de 600 tonnes a été acheminé vers la Coopératives de céréales et de légumes secs (CCLS) de la wilaya de Saïda.
Le déchargement de la marchandise a révélé la présence du cadavre d'un animal en état de décomposition, ce qui a entraîné l'interruption immédiate de l'opération de débardage par l'OAIC et la destruction de la quantité de blé.
Deux jours plus tard, la découverte d'une seconde dépouille d'animal dans une autre cargaison au port d'Oran a conduit à la mise sous scellés de l'ensemble de la marchandise avant son refoulement vers le pays d'origine.
Cette sombre affaire, qui n'a pas encore révélé tous ses dessous, n'est pas sans rappeler le retentissant scandale des 30 000 tonnes de blé tendre avarié importé de Lituanie qui avait coûté notamment sa place au directeur général de l'Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) de l'époque.
Après le déchargement du navire suisse au port d'Alger, les contrôleurs de l'OAIC avaient découvert qu'une partie des grains était colorée, ce qui a jeté la suspicion sur la qualité du blé. Suspicion qui se muera en certitude lorsqu'après analyse d'échantillons, des laboratoires confirmeront que les céréales comportaient des résidus de pesticides qui les rendaient impropres à la consommation.
Une "tromperie sur la marchandise" — comme elle a été qualifiée — qui a été examinée en Conseil des ministres et entraîné un audit au sein de l'organisme interprofessionnel. Avec cet autre scandale de cadavres d'animaux, il apparaît que rien n'est encore réglé à l'OAIC, seul organisme habilité à importer des céréales, et que des investigations fouillées doivent être menées pour révéler au grand jour les causes de ces défaillances qui peuvent mettre en danger la santé publique.
S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.