Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire
Après dix ans d'exil forcé
Publié dans Liberté le 19 - 06 - 2021

Au lendemain du retour de l'ex-président Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire fêté dans la liesse par ses partisans, mais marqué par des tensions, la "réconciliation nationale" est à l'ordre du jour dans ce pays encore meurtri par deux décennies de violences politiques et ethniques.
Des milliers de partisans enthousiastes et survoltés de l'ancien Président l'ont acclamé tout au long du parcours d'une dizaine de kilomètres du sud au nord d'Abidjan. Ce n'était pas un raz-de-marée de millions de personnes, mais une manifestation significative de la popularité intacte de Laurent Gbagbo dans son camp. Une rencontre entre MM. Gbagbo et Ouattara qui ne sont pas parlés depuis plus de 10 ans n'est pas encore programmée, mais elle est "envisageable", selon M. Katinan Koné. Pour l'instant, l'ex-président doit "se reposer", selon lui. Les quelques mots prononcés, jeudi soir, par M. Gbagbo aux membres de la direction de son parti, ont été pour les remercier de leur soutien et les féliciter pour les "bons résultats" du FPI aux dernières élections législatives de mars.
Il a dit qu'il restait "un soldat du parti" et qu'il parlerait de sa vision de l'avenir politique plus tard. Laurent Gbagbo, au pouvoir depuis 2000, avait été arrêté en avril 2011 à Abidjan, puis transféré fin novembre de la même année à la Cour pénale internationale (CPI) pour les violences commises à la suite de la présidentielle de fin 2010. Le refus de M. Gbagbo de reconnaître sa défaite face à Alassane Ouattara, avait provoqué une crise post-électorale sanglante ayant fait 3000 morts. Depuis 2000, l'histoire de la Côte d'Ivoire a été jalonnée de violences politico-ethniques, les dernières remontant à la présidentielle d'octobre 2020 qui ont fait une centaine de morts.
Alassane Ouattara a été réélu pour un 3e mandat controversé lors d'un scrutin boycotté par l'opposition qui jugeait ce nouveau mandat anticonstitutionnel. Mais depuis plusieurs mois, le climat s'est apaisé : l'opposition a participé aux législatives de mars - dont le FPI qui boycottait tous les scrutins depuis dix ans - des exilés pro-Gbagbo sont rentrés et des opposants arrêtés au moment de la dernière présidentielle libérés.

R. I/Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.