Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"La future APN aggravera la crise"
LOUISA HANOUNE, SECRETAIRE GENERALE DU PT
Publié dans Liberté le 19 - 06 - 2021

"La majorité des Algériens se concentre sur d'autres priorités qui sont sociales, économiques et démocratiques", assure la SG du PT, estimant que "le rejet est une manière de punir le système".
S'exprimant à l'ouverture des travaux de la réunion des membres du bureau politique de son parti, Mme Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, n'y est pas allé de main morte pour fustiger la tenue des élections législatives, mais aussi les résultats qui en ont découlé.
Pour la patronne du PT, les résultats officiels annoncés confirment, si besoin est, que "la plupart des Algériens ont refusé ces élections" et que cette même majorité "a battu à plate couture le système".
"La future Assemblée nationale aggravera sans aucun doute la crise", du fait qu'elle est issue d'une minorité. "Ces élections aggraveront inévitablement la crise du système, fragiliseront encore un peu plus ses institutions qui sont en porte-à-faux avec la majorité", a encore asséné Louisa Hanoune, soutenant que "les dernières législatives confirment également que le système n'est ni renouvelable et encore moins réformable", compte-tenu du maintien des mêmes pratiques frauduleuses qui ont émaillé toutes les élections depuis 1997.
"La majorité des Algériens se concentre sur d'autres priorités qui sont sociales, économiques et démocratiques", a-t-elle encore dit, estimant que "le rejet est une manière de punir le système". Faisant le parallèle entre la tenue de l'élection et le mouvement populaire, Mme Hanoune a souligné que les résultats annoncés des élections "viennent en appoint au processus révolutionnaire", lequel processus "est politique et ne se résume jamais à des marches hebdomadaires".
"Le soulèvement du 22 Février a posé la lancinante question du pouvoir et de la représentation politique réelle ; ensuite, des mouvements sociaux sont venus confirmer le caractère révolutionnaire de ce même soulèvement", a-t-elle analysé, considérant que lors des dernières législatives, c'était la logique du "sauve-qui-peut".
Concernant les listes indépendantes qui ont dominé les candidatures, la SG du PT a estimé, à ce propos, que "la multiplication de ces listes, composées dans leur majorité par des militants de partis proches du pouvoir, est une menace contre le multipartisme et la démocratie politique", surtout "avec le coup de force de ce qu'ils appellent la société civile".
Selon les chiffres officiels, le taux de participation est de 18,84%, soit un rejet de 77%, en plus de 1,6 million de bulletins nuls. "À cela s'ajoute le taux de représentation de la femme au sein de la future APN qui représente moins de 9%, ce qui est le résultat du caractère misogyne et ségrégationniste du nouveau système d'élection", a encore critiqué Mme Hanoune, estimant que "ces résultats confirment, on ne peut plus clairement, que la plupart des Algériens refusent le statu quo et maintiennent leur exigence du départ du système pour que la femme puisse exercer pleinement sa souveraineté".
"C'est l'esprit révolutionnaire et l'esprit de combativité chez la majorité qui se sont exprimés", a-t-elle ajouté, soulignant que "ni les partis ni les listes indépendantes ne sont sortis vainqueurs", car "le seul gagnant, c'est la majorité qui l'a fait dans le silence.
Cette majorité a confirmé que le système est isolé et qu'il s'appuie sur une minorité fragile, sans base sociale de laquelle tout système tire sa légitimité". À propos des attaques contre les partis qui ont choisi le boycott, Mme Hanoune considère que ce sont "des attaques réactionnaires et contre-révolutionnaires".

Mohamed MOULOUDJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.