Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    En finir avec les «gamineries»!    Divindus chez Zeghdar    Beldjoud exige une accélération du rythme    Les professionnels du tourisme suffoquent    Les partis islamistes s'agitent    Des groupes pro-Iran saluent la «fin de la mission de combat» des Etats-Unis    Le temps que le péril passe    Osaka s'est éteinte à domicile    Benchabla battu en 8es de finale    Les Américaines passent en quarts    Le diktat des solariums a la peau dure    Un «ouf» de soulagement    Un plan d'urgence s'impose    «La famille de Barack Obama produira un film sur ma carrière...»    Henri Vernes est mort    Le livre aura son festival à Bouzeguène    Les spécialistes pointent les insuffisances    L'administration biden souhaite travailler avec l'Algérie    Un hôtel transformé en hôpital à Zéralda    Du nouveau pour l'importation des concentrateurs d'oxygène    La moudjahida Meriem Belmihoub Zerdani tire sa révérence    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    Lamamra s'entretient avec Hood sur les perspectives du règlement des crises dans la région    «Pourquoi pas un ministre-maire !»    Dekimeche s'en va, Hanniched promu    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Tebboune réitère son "niet"    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les familles de 23 harraga sans nouvelles de leurs enfants
Elles ont organisé, hier, un autre rassemblement devant la wilaya de BEjaIa
Publié dans Liberté le 22 - 06 - 2021

"Le wali a promis à notre collectif de relancer nos doléances à qui de droit", nous a appris le frère d'un des harraga partis de la plage d'Oued-Dass, le 17 décembre 2020.
Devant le silence assourdissant des autorités, les familles et proches de 23 harraga, à Béjaïa, ont, encore une fois, manifesté leur révolte, hier, en organisant un autre rassemblement devant le siège de la wilaya pour interpeller le wali, afin qu'il leur donne des informations officielles sur le sort de leurs enfants, frères ou amis. "Six mois sans nouvelles de nos enfants", lit-on sur une banderole géante accrochée par les manifestants sur le portail principal du siège de la wilaya. Une expression qui résume la longue attente par les familles des nouvelles de leurs enfants, portés disparus depuis le 17 décembre 2020, mais aussi leur détresse et leur angoisse.
"Les autorités refusent de nous donner des informations sur ce qui est arrivé à nos enfants. Nous réclamons la vérité sur leur sort. Que le wali nous dise s'ils sont en prison ; s'ils sont morts, que les autorités rapatrient leurs corps pour qu'on les enterre et ainsi faire notre deuil", nous a déclaré un membre d'une famille de harraga rencontré sur les lieux du rassemblement. Et d'ajouter : "Les autorités n'ont pas le droit de nous laisser ainsi sans nouvelles. Depuis leur disparition, nous souffrons le martyre.
C'est une épreuve insupportable pour nous." Lui succédant, le frère d'un harraga affirme : "Nous savons que les autorités ont des informations, mais elles refusent de nous dire la vérité. Nous sommes déterminés à ne pas lâcher prise jusqu'à ce qu'on nous dise la vérité." Après deux heures de rassemblement, personnne ne s'est manifesté depuis la wilaya. La colère commençait ainsi à monter d'un cran chez les manifestants.Soudain, ils ont procédé à la fermeture de l'axe routier à la circulation ; d'autres manifestants ont escaladé le portail de la wilaya pour y pénétrer. Des forces de l'ordre sont intervenues et sont parvenues à "raisonner" ces manifestants en leur proposant de recevoir leur collectif à la wilaya.
En effet, la délégation a finalement été reçue par le wali qui "a promis de réitérer nos doléances à qui de droit", a-t-on appris auprès du frère d'un harraga. Revenons à la genèse de l'histoire des 23 harraga de Béjaïa. Ces derniers sont partis de la plage d'Oued-Dass, le 17 décembre 2020. Depuis, ils sont portés disparus et leurs familles sont sans nouvelles. Leur disparition reste mystérieuse à ce jour. Toutes les familles des 23 harraga déclarent ignorer le projet de leurs enfants ou frères.
"Mon frère n'a jamais montré qu'il était candidat à la harga jusqu'à ce que nous constations son absence le lendemain et que nous apprenions comme tout le monde que, la veille, il figurait parmi les 23 harraga partis d'Oued-Dass", nous a déclaré, la gorge nouée, le frère d'un harraga. Depuis, leurs familles ont frappé à toutes les portes, dont celle du ministère des Affaires étrangères, mais sans aucune réponse.
Elles ne comprennent pas ce silence radio des autorités. "Nous réclamons seulement la vérité sur le sort de nos enfants. Nous sommes en quête de cette vérité, même si nous devons mener des actions de rue plus éclatantes que celles menées jusqu'à maintenant", déclare avec colère un autre proche d'un harraga.
Contacté par téléphone, le chef de sûreté de la wilaya de Béjaïa, Tahar Benazzoug, nous a fait savoir que ses services ont effectué tout le nécessaire afin de retrouver des traces de ces 23 jeunes portés disparus. En vain. "Nous avons même saisi Interpol et nous n'avons reçu aucune réponse pour le moment", a-t-il conclu.

L. OUBIRA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.