7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LES STATIONS DE DESSALEMENT À LA RESCOUSSE
ADE
Publié dans Liberté le 28 - 06 - 2021

■ Le pays se tourne vers la mer, afin d'augmenter ses ressources en eau. En effet, quatre stations de dessalement d'eau de mer monoblocs, d'une capacité de 37 500 m3 par jour, entreront en service en juillet et août, alors que trois autres seront réalisées à court terme dans les communes de Corso, de Bateau cassé et d'El-Marsa avec une capacité de 150 000 m3 par jour dans l'objectif de renforcer le service public de l'eau à Alger, a indiqué, samedi dernier, le ministère des Ressources en eau dans un communiqué rendu public.
À l'ouest du pays, il est question d'un projet de séparation de la station de dessalement d'El-Magtaâ de la canalisation de "MAO". La séparation des deux sources devra permettre d'assurer l'alimentation en eau potable de la rive est d'Oran. Le projet sera livré en juillet prochain. En outre, il sera procédé à la réhabilitation de la station d'El-Magtaâ pour la production de 500 000 m3 par jour destinés à l'alimentation en eau potable des wilayas d'Oran, de Mascara et de Relizane.
Ainsi, dans l'urgence, le gouvernement a adopté des projets prioritaires quant au dessalement de l'eau de mer, car la situation sur le front hydrique le commande. Le gouvernement souligne, d'ailleurs, "l'importance" du programme de dessalement de l'eau de mer qui constitue une "option stratégique" retenue pour la "sécurisation" de l'alimentation en eau potable.
Néanmoins, dans l'urgence, les choses seront-elles faites comme il se doit ? L'Exécutif a-t-il établi un plan qui tienne compte des aspects économiques, financiers, techniques et surtout de tous les aspects de maintenance ? A-t-il tiré les leçons des expériences passées dans ce secteur où certaines unités de dessalement sont à l'arrêt, tandis que d'autres ne tournent pas à plein régime pour des raisons techniques ou autres ?
L'état des stations de dessalement d'eau de mer, notamment celles de Souk Tléta et d'El-Magtaâ, a déjà fait l'objet de discussions approfondies entre le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab, et son collègue des Ressources en eau, Mustapha Kamel Mihoubi. L'expérience passée atteste de la difficulté de concilier rentabilité économique et exigences sociales. C'est Sonatrach qui a pris sur elle la tâche de concevoir et de mettre en œuvre les projets de dessalement de l'eau de mer.
Elle achète l'eau dessalée à plus de 100 DA en moyenne le mètre cube, et elle la revend à 25 DA en moyenne à l'ADE. Le différentiel est supporté par l'Etat sous forme de subventions qu'il verse à la compagnie nationale. A priori, ce procédé ne sera pas appliqué aux nouveaux projets, d'autant plus qu'il s'agit d'unités avec des capacités de production moyennes.

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.