Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une bouffée d'oxygène pour les mélomanes
21e festival culturel européen
Publié dans Liberté le 29 - 06 - 2021

Pour la quatrième soirée de cette édition inscrite sous le thème "L'Algérie chante l'Europe", le public a apprécié les représentations de l'interprète de chants et de musique arabo-andalous Zakia Kara Terki et du groupe rock chaoui Iwal.
Après de longs mois de confinement, de stress et d'inquiétude, la musique est le meilleur remède pour consoler les cœurs et unifier les peuples. Car l'art et la culture peuvent "contribuer à notre bien-être, mais aussi à notre inspiration, notre stimulation intellectuelle", a déclaré John O'Rourke, ambassadeur et chef de la délégation de l'Union européenne en Algérie, lors de l'ouverture du festival européen.
Pour le diplomate, l'art et la culture "sont des vecteurs de compréhension mutuelle et de paix, mais aussi de résilience pour relever des défis". Et cela a été démontré lors de cette 21e édition du festival culturel européen qui se tient du 24 juin au 2 juillet au TNA (Théâtre national algérien). Exceptionnellement cette année, les artistes étrangers sont absents, mais cela n'a nullement empêché les organisateurs (délégation de l'UE) de réaliser cette édition inscrite sous le thème "L'Algérie chante l'Europe".
Depuis son lancement, le public a pu assister au concert du groupe mythique Raïna Raï, suivi par des musiciens et chanteurs de styles et univers différents, à l'instar d'Ahellil, de Lamia Aït Amara ou encore de l'orchestre symphonique algérien, qui ont apporté une bouffée d'oxygène aux mélomanes et curieux.
Pour la quatrième soirée (dimanche), la Hongrie et Malte étaient à l'honneur – 14 Etats membres représentés par des artistes algériens – à travers respectivement la représentation de Zakia Kara Terki et la formation Iwal. Dans une salle à moitié pleine (restriction sanitaire oblige), l'interprète de chants et de musique arabo-andalous a ouvert le bal sous les youyous de l'assistance, contente de retrouver sa diva.
Accompagnée de son orchestre, la chanteuse a proposé, une quarantaine de minutes durant, des titres tels que Ya racha el-fetten, Hanina ou encore Ya rayeh de Dahmane El-Harrachi. Les spectateurs entre applaudissements et youyous semblaient se délecter de chaque seconde offerte par Zakia Kara Terki, qui n'a pas manqué de leur offrir, entre autres, une fusion "entre les éléments traditionnels de la musique folklorique hongroise et ceux de la musique andalouse ancienne".
Une occasion pour commémorer le 140e anniversaire de la naissance du compositeur Béla Bertok, qui a séjourné et travaillé sur des chansons à Biskra en 1913. Quant à la deuxième partie de la soirée, elle a été marquée par le couple époustouflant Nesrine et Fayçal Achoura de la formation Iwal. Dans un registre complètement différent, ce duo et ses musiciens (batterie, basse, percussions...) ont offert un spectacle grandiose où se mêle du rock-folk, blues et musique chaouie.
Dans une belle robe traditionnelle chaouie, Nesrine valsait entre le chant, la narration, la danse et l'harmonica... Son énergie positive et sa voix ensorcelante ont transporté la salle dans un "voyage initiatique". Iwal a prié pour la pluie, a chanté la terre, les racines, l'enfance à travers les titres Arenjey, Hamghart, Bouzahtala ou encore Zizi.
La performance de Fayçal (chant et guitare) et sa dulcinée a secoué le public qui, faute de pouvoir danser – interdit pour des raisons sanitaires –, s'est contenté d'applaudir et de reprendre en chœur les titres du duo. Cette quatrième soirée au TNA démontre que le public est avide de ce genre de manifestations qui se font de plus en plus rares dans la capitale et les autres villes du pays !

H. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.