Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Le Conseil de sécurité exhorté à mettre un terme à l'obstination de l'Etat d'occupation marocain    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Coupe Davis (Groupe 3/Zone Afrique): l'Algérie menée au score (1-0)    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    OL : Cherki vendu dès ce mercato ?    Wijnaldum a consulté Salah avant de rejoindre l'AS Rome    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Un rival de Sadr réclame le retour du Parlement    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    La Turquie «invitée» lundi prochain aux Etats-Unis    Un plan d'urgence pour développer ces filières    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    La voix écoutée de l'Algérie    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Le barrage inexploité    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les entreprises du BTPH mises à mal
La Confédération générale du patronat tire la sonnette d'alarme
Publié dans Liberté le 01 - 07 - 2021

Le secteur du BTPH a été sérieusement mis à mal par l'impact de la pandémie de Covid-19. L'on évoque même la fermeture de milliers d'entreprises et la perte de centaines de milliers d'emplois en 2021. La récente reprise de l'activité, censée réanimer le secteur, semble, elle aussi, compromise. C'est du moins ce qui ressort des déclarations de Fethi Mokhtari, président de la Confédération générale du patronat (CGP). Lors d'une conférence de presse tenue hier au siège de la Confédération à Birkhadem (Alger), Fethi Mokhtari a indiqué qu'après le confinement et les restrictions imposées aux transports des marchandises, le secteur se voit aujourd'hui confronté à la problématique de la hausse des prix des matériaux de construction. Cette augmentation des prix qui oscille entre 100 et 200% plombe la reprise de l'activité et constitue une menace pour les entreprises qui se rapprochent de plus en plus de la faillite.
Les chantiers accuseront du retard, même ceux qui sont sous la coupe d'entreprises étrangères. Selon le président de la CGP, le secteur traverse une période très difficile. Le taux de faillite des entreprises du secteur a atteint 20%. Globalement, ces entreprises ont perdu 40% de leur masse salariale. Il a ajouté que le nombre de personnes déclarées à la sécurité sociale est de moins de 800 000 alors qu'il était à plus de 1 million avant la pandémie. Sans compter les emplois artisanaux qui gravitent autour du secteur (plombier, menuisier...). Un chiffre difficile à comptabiliser.
La conjoncture que traverse le pays a fait que de nombreux projets ne sont pas concrétisés et ne seront pas livrés à temps. Ce qui impacte négativement le Trésor public. La reprise de l'activité avec la hausse des prix enregistrée constitue, selon Fethi Mokhtari, un suicide pour les entreprises. À titre indicatif, le conférencier a souligné que le prix du fer est passé, en quatre mois, de 7 000 DA à 13 000 DA. Le coût des projets a pratiquement triplé par rapport à ce qu'il était avant la pandémie. Pour éviter la faillite de ces entreprises, le président de la CGP demande l'intervention des pouvoirs publics. Selon lui, le code des marchés publics ne protège pas les entreprises dans cette conjoncture, notamment pour le volet révision des prix. Il faut, a-t-il ajouté, une réactualisation des cahiers des charges selon les conjonctures.
La révision des prix devra se faire, explique-t-il, sur la base de l'indice des prix actuels (2021). Outre cette problématique de la hausse des prix des matériaux, Fethi Mokhtari est également revenu sur les nombreuses entraves auxquelles sont confrontées les entreprises à l'instar des retards de paiement, le non-respect des dispositions du code des marchés publics, le manque de transparence dans l'attribution des marchés et, surtout, le problème de l'interprétation des lois. Le président de la CGP a indiqué que son organisation avait saisi les pouvoirs publics pour trouver une solution à cette situation. Une correspondance a été envoyée au Premier ministre, mais est, malheureusement, restée sans suite. Fethi Mokhtari, qui attend beaucoup du prochain gouvernement, a conclu que si les choses restent en l'état, les entreprises ne pourront tenir au-delà d'une année.
Saïd Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.