Il sera inhumé aujourd'hui à El Alia: Abdelkader Bensalah n'est plus    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Exonérations totale des pénalités et des majorations de retard: La CASNOS sensibilise    Réunion Gouvernement-walis samedi prochain    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Bekkat Berkani: Une réforme du système de santé est nécessaire    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Annaba a trouvé la parade    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les préoccupations locales dominent    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    Lamamra s'entretient avec son homologue français    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pour un nouveau modèle de développement
INDUSTRIES DE RESEAUX
Publié dans Liberté le 07 - 07 - 2021

"Nous devons trouver un modèle qui permette aux industries de réseaux de fonctionner de manière efficiente, afin que les entreprises publiques qui les gèrent soient en mesure de financer leurs activités au moindre coût", plaide le président du Cnese.
Quel modèle pour le service public ? Quels devaient être les contours de ce modèle, en termes généraux ? Ces questions et d'autres ont été abordées à l'occasion d'un séminaire sur les "industries de réseaux" (électricité, gaz, eau, transport et télécommunication) organisé, hier à Alger, par le Cnese.
Son président, Reda Tir, a, dans une déclaration à la presse en marge de cette rencontre, expliqué que "nous devons trouver un modèle qui permette aux industries de réseaux de fonctionner de manière efficiente, afin que les entreprises publiques qui les gèrent soient en mesure de financer leurs activités au moindre coût, tout en optimisant les dépenses de l'Etat et en prenant en considération les tarifs des services publics".
Le moment est-il venu pour l'Etat de se pencher sur le problème des tarifs dans ces secteurs ? Il n'existe pas une réponse tranchée à cette question, mais ce qui est sûr, c'est que l'Etat doit repenser fondamentalement sa manière de dépenser son argent.
M. Tir estime qu'il faut trouver un "équilibre" raisonnable entre les impératifs de rentabilité et les intérêts des citoyens. Le pays va-t-il opter pour une approche libérale ? Se dirige-t-il vers un modèle décentralisé et compétitif ? Les experts présents à cette rencontre ont échangé sur ces questions. Pour Pierre Bauby, professeur spécialiste des services publics, "il existe des barrières à l'entrée qui empêchent l'arrivée de concurrents".
La culture du monopole national demeure très présente et entrave le bon fonctionnement de l'industrie de réseaux. Pierre Bauby explique que certains secteurs doivent être maintenus dans le giron de l'Etat, alors que d'autres doivent être laissés au secteur privé.
L'expert insiste, par ailleurs, sur le fait que "les entreprises publiques qui gèrent ces réseaux ont intérêt à évoluer". La Pre Halliche, membre du Cnese, a expliqué, elle, que le terme "industrie de réseaux" recouvre "toutes les activités utilisant un réseau : transport aérien, ferroviaire, urbain, télécommunications, industrie de l'eau, électricité, gaz...". Elle a également rappelé que dans tous ces domaines, les prestations de services "étaient le fait d'entités publiques".
La Pre Halliche a fourni une multitude de données sur l'évolution de ces réseaux, soulignant ainsi que "le pays compte 270 000 kilomètres de lignes électriques, que la production d'électricité va augmenter sur la prochaine décennie, que le réseau de dessalement d'eau de mer fournit 2,1 millions de mètres cubes par jour".
Elle a, en outre, rappelé qu'"Algérie Télécom a perdu le monopole sur le segment filaire, en vertu d'une nouvelle loi adoptée en 2018". Elle a, par ailleurs, expliqué que des travaux en ateliers seront organisés à la faveur de ce séminaire.

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.