Il sera inhumé aujourd'hui à El Alia: Abdelkader Bensalah n'est plus    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Exonérations totale des pénalités et des majorations de retard: La CASNOS sensibilise    Réunion Gouvernement-walis samedi prochain    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Bekkat Berkani: Une réforme du système de santé est nécessaire    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Annaba a trouvé la parade    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les préoccupations locales dominent    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    Lamamra s'entretient avec son homologue français    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'urgence d'une nouvelle gouvernance
DEBAT ORGANISE HIER PAR LE CNESE SUR LA GESTION DES ENTREPRISES PUBLIQUES
Publié dans Liberté le 13 - 07 - 2021

Le Conseil d'administration des entreprises publiques doit être un "pivot" et l'interventionnisme de l'Etat doit être limité, plaident les experts.
Le Conseil national économique, social et environnemental (Cnese) veut contribuer à la promotion de "la bonne gouvernance" pour restaurer les fondements du "développement des entreprises publiques économiques (EPE)". Celles-ci doivent "investir" pour déployer leur efficacité, disposer d'un assortiment de "compétences" pour accroître leur compétitivité et être "le fer de lance" dans la construction d'une économie solide. Et c'est ce à quoi "nous devons travailler".
C'est en ces termes que le président du Cnese, Reda Tir, a souligné l'impérieuse nécessité d'initier une "nouvelle gouvernance" des EPE dont l'un des objectifs serait "d'améliorer la performance" de ces entités. Reda Tir s'exprimait en marge d'un séminaire sur la "gouvernance des EPE et le rôle des conseils d'administration, conseil de surveillance et directoires" organisé hier à Alger.
Le président du Cnese a, cependant, relevé, dans une allocution prononcée à cette occasion, que l'une des conditions préalables pour atteindre ces objectifs de performance est la "correction" de certaines imperfections de la "loi" encadrant les EPE de manière générale ainsi que "les méthodes de travail" adoptées par ces entités.
Il a ajouté que la réalisation de cet objectif reste par ailleurs liée à "la consolidation d'une véritable gouvernance" et que cette dernière ne peut se construire que, brique par brique, par la mise en place "d'une réglementation appropriée", tout en s'appuyant sur "des compétences dont les entreprises ont besoin aujourd'hui pour améliorer leur performance sur le terrain".
Il a, en outre, affirmé que les conseils d'administration (CA) ont un rôle "très important à jouer dans l'élaboration des stratégies et dans l'évaluation de la performance de manière juste et appropriée".
De son côté, Yakout Akroune, professeure de droit à l'université d'Alger, spécialisée dans le droit des affaires, a, dans un long exposé sur la législation régissant les EPE, expliqué que le délit de gestion "n'est pas une faute pénale", poursuivant que l'Etat veut faire de ces entités une "locomotive pour le développement économique", mais que beaucoup de dispositions réglementaires "l'en empêchent".
Elle a appelé à "libérer" les entreprises économiques des entraves législatives qui "pèsent" encore sur elles de manière à ce qu'elles puissent fonctionner selon les "règles" de l'économie. Akroune a également évoqué le rôle que le conseil d'administration est censé assumer, expliquant que ce dernier demeure un organe "collégial" et "décisoire". Néanmoins, déplore-t-elle, il ne se réunit que "rarement pour des raisons financières, de disponibilité ou de logistique".
Le hic, dit-elle, c'est que les membres qui siègent aux conseils d'administration n'ont, souvent, "rien à voir avec les métiers de l'entreprise". Or, souligne-t-elle, des profils "professionnels et compétents doivent y siéger".
Donc, "l'Etat n'a plus qu'à choisir ses hommes pour gérer les EPE", a recommandé Arkoune qui note : "Le CA doit être le pivot de l'entreprise, il faut éviter les pièges que représentent un actionnaire passif (l'Etat) et un interventionnisme excessif bloquant l'esprit d'initiative et la prise de décision".

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.