Ali Ghediri : «où est l'atteinte au moral de l'armée ?»    Abdelkader Bensalah n'est plus    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Avis contrastés sur le déroulement de la rentrée scolaire    Sauce aux fines herbes    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Le baril s'envole    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Lumière sur les zones d'ombre    Les préoccupations locales dominent    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Démarrage des soldes    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Abdelkader Bensalah n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une situation épidémiologique inquiétante à Tizi Ouzou
DES CAS TOUJOURS EN HAUSSE, UN PERSONNEL EPUISE ET DE L'OXYGÈNE AU COMPTE-GOUTTE
Publié dans Liberté le 22 - 07 - 2021

La wilaya de Tizi Ouzou a besoin de 68 000 litres d'oxygène pour faire face à la situation sanitaire que d'aucuns qualifient de "grave".
Devenues virales aussitôt partagées sur les réseaux sociaux, les images et vidéos de l'arrivée, durant ces deux derniers jours, de camions transportant de l'oxygène dans les hôpitaux de la wilaya de Tizi Ouzou n'ont pas manqué de rassurer quelque peu la population locale. Mais d'aucuns savent que la situation est tellement critique dans cette wilaya que l'approvisionnement en ce produit en surconsommation n'offre qu'un sursis de plus aux hôpitaux de la région.
Au total, les autorités ont annoncé l'arrivée d'une quantité de 17 000 litres d'oxygène dans la wilaya de Tizi Ouzou. À l'EPH d'Azazga, le manque d'oxygène, qui serait, selon diverses sources locales, à l'origine du décès de plusieurs patients, n'a pas laissé également insensibles les habitants qui, via leur comité de village, se sont lancés dans un branle-bas de combat pour acquérir ce produit en quasi-rupture de stock au profit de l'hôpital local.
Sans mesures d'urgence pour juguler cette tension sur l'oxygène, un retour à la case départ dans les hôpitaux de la wilaya n'est évidemment pas à exclure. Cela d'autant que, selon les estimations d'un membre du comité scientifique local, la wilaya de Tizi Ouzou a besoin en urgence de 68 000 litres d'oxygène pour faire face convenablement à la situation sanitaire actuelle que d'aucuns qualifient de "grave" et d'"inquiétante".
Désormais, même les autorités de la wilaya, qui n'ont pas cessé, depuis le début de la pandémie en 2020, de répéter à l'unisson que la situation est "sous contrôle", qualifient à présent la situation de "critique". "La situation épidémiologique dans la wilaya de Tizi Ouzou est critique. Les hôpitaux sont sous pression et le nombre d'hospitalisations est en nette hausse. Les décès aussi. À présent, il y a même des jeunes dans les services Covid, en réanimation qui décèdent", a affirmé le directeur de la santé de la wilaya, Mohamed Mokhtari, dans une vidéo diffusée sur la page officielle de la radio locale.
Selon des témoignages recueillis dans les hôpitaux de Tigzirt, d'Aïn El-Hammam, de Larbâa Nath Irathen, de Boghni et de Draâ El-Mizan, les services dédiés à la prise en charge des patients Covid sont tellement saturés que les nombreux nouveaux patients qui y affluent sont renvoyés chez eux en leur demandant de se confiner à domicile. "Seuls les cas vraiment graves sont désormais hospitalisés", nous a affirmé un médecin. Rien qu'au CHU de Tizi Ouzou, le nombre de patients hospitalisés pour raison de Covid dépassait les 150 lundi dernier, selon des sources internes.
À Boghni où la situation est alarmante depuis plusieurs semaines déjà, les appels se multiplient en direction de la société civile pour organiser l'entraide, la solidarité et surtout la sensibilisation nécessaire à même de freiner l'hécatombe qui ne cesse d'endeuiller la population de cette région qui, tout comme Azazga, avait déjà eu à enregistrer la semaine dernière le nombre effarant d'une dizaine de décès en 24 heures.

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.