Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Agir vite et efficacement
LA SITUATION SANITAIRE CONTINUE DE SE DEGRADER
Publié dans Liberté le 25 - 07 - 2021

Alors que le pic de la troisième vague, plus sévère, n'est pas encore atteint, le scénario de l'année passée risque de se répéter avec plus de complications. La flambée du variant Delta, dont la propagation est plus rapide, provoque une panique générale et met tout le système de santé à rude épreuve.
Au moment où le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, plaide pour une vaccination massive tout en admettant que la situation sanitaire est inquiétante, les chiffres relatifs à la pandémie de coronavirus flambent.
L'inquiétude continue de gagner les citoyens, notamment dans certaines wilayas où la contamination et les décès ne cessent d'augmenter à la suite de la saturation des services de réanimation et d'hospitalisation et au manque cruel d'oxygène médical qui ne serait pas acheminé à temps vers certaines structures.
Même si les chiffres officiels ne sont pas communiqués et relèvent presque du secret d'Etat, les échos parvenant des hôpitaux et des parents de patients sont alarmants. En effet, devant cette situation opposant vaccination massive et nécessité de recourir à un confinement tous azimuts, la situation peut déborder à tout moment.
En attendant le pic attendu et prévu par certains membres du Comité scientifique national de suivi de la pandémie pour cette semaine, le scénario de l'année passée risque de se répéter et de faire plus de contaminations et de décès si les décisions relatives au strict respect des mesures barrières et la fermeture de certains commerces et services, notamment les cafés maures, les restaurants, les salles de sport, les lieux de loisirs, n'étaient pas prises et respectées.
Certes, la flambée du variant Delta ne touche pas toutes les régions du pays, mais elle est en train de gagner chaque jour davantage de terrain, pas seulement dans les grandes villes.
Les zones rurales et les villages sont autant touchés que les zones urbaines. Alger, Oran, Sétif, Tizi Ouzou, Constantine, Béjaïa sont visiblement les wilayas où la pandémie fait beaucoup de dégâts et où les structures hospitalières sont débordées devant le flux de malades. Les médecins n'ont eu de cesse, ces derniers jours, de tirer la sonnette d'alarme devant l'avancée de la contagion.
Hier, le Pr Kamel Djenouhat, président de la Société algérienne de médecine préventive, a confirmé sur les ondes de radio Sétif que la situation est dangereuse bien qu'il n'ait pas manqué d'appeler à éviter les messages de pessimisme sur les pages des différents réseaux sociaux.
Il a, par ailleurs, indiqué que d'importantes décisions seront prises par les pouvoirs publics, tout en annonçant l'arrivée d'une cargaison d'appareils de respiration et de grandes quantités d'oxygène dans les prochaines heures.
"Les services sanitaires ne se sont pas bien préparés pour cette vague", dira le Pr Djenouhat qui a souligné qu'outre la saturation des lits de réanimation, l'on parle maintenant de saturation des lits d'hospitalisation, d'où la nécessité de revoir les capacités d'accueil à la hausse, afin d'accueillir le plus grand nombre de patients en détresse respiratoire.
Le chef de service du laboratoire central de l'EPH de Rouiba a, par ailleurs, révélé que pour le variant Delta qui touche les jeunes et les moins jeunes, l'augmentation des cas est exponentielle et le diagnostic prouve que l'atteinte des poumons peut atteindre les 50%. Le scientifique a aussi indiqué que certains citoyens qui ont reçu leurs deux doses de vaccin et pris un traitement ont été atteints et seraient même exposés à un danger de mort.
"La première dose du vaccin ne peut protéger le patient qu'à hauteur de 30%, tandis que les 70% restants de la protection n'apparaissent que 15 jours après la deuxième dose de vaccin", dira le scientifique, qui a tenu à souligner que le vaccin est nécessaire. Et de renchérir : "Si les patients avaient été vaccinés un peu plus tôt, le taux de mortalité n'aurait été que de 5%, à savoir cinq décès pour chaque 100 contaminations."
Côté prévention, tout en appelant les parents des patients à rester loin des hôpitaux car le danger est imminent et mortel, l'immunologue a souligné que l'utilisation de la bavette garde toute son efficacité à hauteur de 90%, afin d'éviter la contamination.
Il a aussi rappelé que, selon les derniers rapports, la vaccination a touché entre 3 et 4 millions de personnes, et que devant l'enregistrement de cas de Covid-19 chez des enfants (nouveau-nés âgés de 15 et 20 jours dont les poumons sont atteints à 50%), il est envisageable de recourir à la vaccination des enfants âgés de 6 ans, ainsi qu'une autre proposition pour les enfants à partir de 12 ans et un autre avis de vacciner les jeunes de moins de 18 ans.

FAOUZI SENOUSSAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.