Serie A : Mourinho essuie sa première défaite avec l'AS Rome    Recensement de 52 sinistrés    Qualifs Mondial 2022 : Les dates pour les matchs face au Niger dévoilées    Arrêt de la publication du rapport Doing Business    Le long chemin de la transition    Paris rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie    L'ex-président Condé "demeurera en Guinée"    Plus de 10 000 migrants campent sous un pont à la frontière    Le RCD explique les raisons de son boycott    "Notre participation n'est nullement un renoncement"    Un seul mot d'ordre : la qualification !    Mahrez à la hauteur de Madjer avec 11 buts    La direction dément un départ précipité d'Aït Djoudi    PSG : Leonardo mécontent des fuites sur le contrat de Messi    2021, année blanche pour l'automobile    Une rentrée difficile pour le CEM Admane-Arezki    Des écoles équipées en énergie solaire    Appel à candidatures jusqu'au 30 septembre    Une disparition dans la discrétion    Sachez que...    FAF-BF : un communiqué, deux versions    Un essai critique sur le discours des médias français    «Les Français quittent volontairement l'Algérie, après 132 ans de vacances...»    El-Bayadh: 21 établissements scolaires raccordés aux réseaux d'électricité et de gaz    Liste des bénéficiaires des logements de la formule à points: Plus de 9.000 recours déposés par les exclus du relogement    Gdyel: 50 logements LPA 2 distribués avant la fin de l'année    Trouble-fête    Une réforme délicate    Le cul-de-sac    Tlemcen: La bataille de Sidi-Brahim revisitée    Le MSP opte pour la participation    De chauds dossiers à traiter    Premières réponses à l'ONU    Attentats à Jalalabad, au moins 2 morts et 19 blessés    Une centaine de dirigeants attendus à New York malgré la pandémie    L'Algérie condamne l'attitude irresponsable du Maroc    Réactions internationales    Des logements et des barrages    Disparition mystérieuse d'une future mariée    Les kidnappeurs d'une fillette arrêtés    Le baril demande à souffler    Les dernières heures au pouvoir    Un diplomate hors normes    164.286 nouveaux inscrits    Une stèle érigée à sa mémoire    Un enregistrement inédit de John Lennon mis aux enchères    Offrez-vous les voitures du dernier Mad Max!    Le GPRA a joué un rôle "décisif"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche
SON PROCÈS EST PROGRAMME LE 5 AOÛT PROCHAIN
Publié dans Liberté le 27 - 07 - 2021

L'espoir demeure de voir notre journaliste recouvrer sa liberté après une incarcération injuste depuis déjà 100 jours, pour des écrits d'articles parus dans Liberté.
Rabah Karèche, journaliste de Liberté incarcéré à Tamanrasset depuis déjà 100 jours pour ses écrits, comparaîtra, enfin, devant le tribunal correctionnel de Tamanrasset le 5 août prochain pour répondre des accusations d'administration d'un compte électronique consacré à la diffusion d'informations susceptibles de provoquer la ségrégation et la haine dans la société, diffusion volontaire de fausses informations susceptibles d'attenter à l'ordre public et usage de divers moyens pour porter atteinte à la sûreté et à l'unité nationales.
En clair, pour avoir rendu compte d'une manifestation populaire dénonçant le nouveau découpage territorial en avril 2021, Rabah est accusé de vouloir porter atteinte à l'unité nationale. Et pour avoir partagé ses articles sur les réseaux sociaux, il lui est reproché de provoquer la ségrégation et la haine.
Rabah Karèche a été placé sous mandat de dépôt le 19 avril dernier au lendemain de la parution de "L'Ahaggar, la bataille des territoires", un compte rendu qu'il avait signé sur une manifestation citoyenne contre le nouveau découpage administratif des territoires dans la région du Grand-Sud.
L'incarcération du journaliste, qui avait déjà été convoqué à quatre reprises par la police locale, a suscité un vaste mouvement d'indignation chez les professionnels de la presse, mais également dans la société civile.
Plusieurs sit-in et manifestations ont été organisés, en Algérie et à l'étranger, pour exiger la libération de Karèche dont le seul tort est d'avoir exercé son métier de journaliste en portant à la connaissance du public les problèmes socioéconomiques des habitants du Sud.
À l'occasion de marches à Alger, Béjaïa, Tizi Ouzou et dans d'autres régions du pays, des protestataires ont dénoncé l'arbitraire ayant frappé le journaliste et rappelé (une nouvelle fois) que "le journalisme n'est pas un crime". Ce que confirme la Constitution algérienne qui, dans son article 54, stipule que le délit de presse ne peut être sanctionné par une peine privative de liberté.
Mais les multiples appels à l'élargissement de Karèche n'ont pas eu l'écho escompté auprès de la justice et beaucoup ont vu dans cet acharnement à garder en détention un journaliste pour ses écrits la confirmation d'une volonté politique de museler la presse.
Après le refus, fin avril, de la chambre d'accusation de la cour de Tamanrasset d'accéder à la demande de liberté provisoire introduite par la défense, le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, avait estimé, dans un entretien accordé en juin à un journal français, que Rabah Karèche avait joué au "pyromane dans un sujet très sensible".
Commentaire que des juristes ont qualifié de "violation de la présomption d'innocence de Karèche" qui risque d'influer sur le cours de la justice.
Dans 10 jours, Rabah Karèche comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Tamarasset pour répondre d'accusations dont il n'est pas coupable, lui qui a juste couvert une protestation publique organisée par une population en colère. Et vu sous cet angle, Rabah Karèche devrait recouvrer la liberté le 5 août.

S. OULD ALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.