PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rabah Karèche sera-t-il remis en liberté ?
La chambre d'accusation examinera aujourd'hui son dossier
Publié dans Liberté le 27 - 04 - 2021

Un collectif d'avocats s'est constitué pour assurer la défense de notre journaliste et beaucoup d'autres se sont aussi proposés pour en faire partie.
L'examen du dossier de notre collègue Rabah Karèche, correspondant de Liberté à Tamanrasset, sera examiné aujourd'hui au niveau de la chambre d'accusation, près la cour de Tamanrasset. Ses avocats ont déposé une demande de remise en liberté deux jours après sa mise en détention provisoire, le 19 avril dernier, pour des accusations qu'il réfute catégoriquement.
Notre correspondant est en effet poursuivi pour "création d'un compte électronique consacré à la diffusion d'informations susceptibles de provoquer la ségrégation et la haine dans la société", alors qu'il n'a fait qu'exercer son métier d'informer et de partager des articles déjà publiés sur Liberté sur les réseaux sociaux. Rabah Karèche est aussi poursuivi pour "diffusion volontaire de fausses informations susceptibles d'attenter à l'ordre public et usage de divers moyens pour porter atteinte à la sûreté et l'unité nationales".
La convocation puis la détention de Rabah Karèche est intervenue au lendemain de la publication d'informations liées à la protestation des Touareg de la région, en dénonciation du nouveau découpage administratif et portant création de dix nouvelles wilayas.
Mais avant ces événements, notre correspondant avait fait l'objet de trois convocations successives de la police locale en moins de deux mois, ce qui ne peut être qu'un harcèlement contre notre journaliste, une des rares voix journalistiques à dépoussiérer les sujets qui fâchent dans cette wilaya du sud du pays.
Autrement dit, notre journaliste est en prison pour ses écrits qui ont toujours dérangé des notabilités locales, régulièrement dénoncées par des activistes de la région ou des citoyens au moyen de la presse ou de manifestations devant les institutions publiques locales.
Et ses comptes rendus sur l'implication des habitants de cette région dans la révolution populaire ne pouvaient, aussi, qu'ajouter de l'eau au moulin de ceux qui cherchent à le faire taire, lui qui s'est toujours placé en tant que fidèle témoin, avec éthique et déontologie, de la vie locale.
Car, au lieu de démentir ses écrits, les autorités préfèrent actionner l'appareil judiciaire, une posture dénoncée dans les colonnes de la presse par les partis politiques, les militants des droits de l'Homme et ceux qui en avaient été victimes dans le passé pour des délits qu'ils n'ont pas commis avant d'être définitivement blanchis.
En professionnel, Rabah Karèche a toujours vérifié ses sources et son sérieux n'est plus à démontrer, en témoignent l'estime et le respect dont il bénéficie auprès des habitants de Tamanrasset, dans ces lointaines "zones d'ombre". Son incarcération a provoqué une vague d'indignation, sans compter l'élan de solidarité qui se renforce chaque jour.
Car, la place d'un journaliste n'est pas en prison. Un collectif d'avocats s'est constitué pour assurer la défense de notre journaliste et beaucoup d'autres se sont aussi proposés pour en faire partie.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.