Une nouvelle nécropole exhumée à Aqua Tibilitana    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    Erratum    Le photographe Karim Bouchetata décroche la 3e place au Festival arabe du film du patrimoine    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Une voix d'outre-tombe    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    La continuité des coups d'Etat    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rabah Karèche reste en prison
La demande de mise en liberté du journaliste a été rejetée hier
Publié dans Liberté le 28 - 04 - 2021

Selon le collectif d'avocats de la défense, l'appel de la décision du juge d'instruction d'incarcérer Rabah Karèche n'a pas abouti, ce qui ouvre la voie à la prolongation de la détention du journaliste jusqu'à son procès.
Le journaliste Rabah Karèche restera en prison. La cour de Tamanrasset a confirmé, hier, l'ordonnance du juge d'instruction sur la mise sous mandat de dépôt du journaliste. Selon les avocats du journaliste, l'appel de la décision du juge d'instruction d'incarcérer Rabah Karèche n'a pas abouti, ce qui ouvre la voie à la prolongation de la détention du journaliste jusqu'à son procès.
À noter que le procès ne sera programmé qu'une fois l'instruction achevée. La décision de la chambre d'accusation a vite fait réagir des avocats, des militants et des journalistes qui ont dénoncé "une décision inexpliquée".
"Karèche n'a fait que son travail et d'une manière professionnelle", ont ajouté des avocats, pour lesquels, la confirmation du maintien du journaliste en prison "est une grave atteinte au droit". Rabah Karèche, correspondant de Liberté à Tamanrasset a été mis sous mandat de dépôt, pour rappel, le 19 avril dernier.
Officiellement, le journaliste est poursuivi pour "l'administration d'un compte électronique consacré à la diffusion d'informations susceptibles de provoquer la ségrégation et la haine dans la société", "la diffusion volontaire de fausses informations susceptibles d'attenter à l'ordre public" et "l'usage de divers moyens pour porter atteinte à la sûreté et l'unité nationales".
Des accusations le moins que l'on puisse dire, farfelues. L'incarcération de Rabah Karèche a été précédée par plusieurs interrogatoires dans les locaux de la police locale.
Ce qui prouve que Rabah Karèche est ciblé en sa qualité de journaliste. Surtout que la justice s'était mise en branle pour hâter son arrestation, au lendemain de la publication d'une couverture médiatique d'une action publique organisée par des citoyens de la région de Tamanrasset.
Ces derniers contestaient le nouveau découpage territorial décidé par les hautes autorités du pays, suite à la création des dix nouvelles wilayas. Il va sans dire que la réaction à bride abattue de la justice vise plutôt à faire taire le journaliste, d'autant plus que le ministère de l'Intérieur a émis un démenti au lendemain de la publication de l'article de Rabah Karèche sur Liberté.
L'emprisonnement du journaliste n'a pas laissé de marbre la corporation, les militants, les avocats et les citoyens. A l'unisson, ils ont dénoncé "une grave atteinte" à la liberté de la presse. Plusieurs actions de soutien et de solidarité avec le détenu ont été organisées. Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, l'épouse du journaliste a dénoncé l'incarcération de son mari, qui n'a fait pourtant que son travail.
"Rabah est un journaliste professionnel qui s'est toujours positionné du côté des citoyens", a-t-elle dit, s'interrogeant sur "les objectifs" de cette détention. Mme Karèche qui s'est installée avec son mari et ses enfants à Tamanrasset depuis plusieurs années, a évoqué "l'amour" que porte Rabah pour le Grand Sud. "Il a choisi de s'installer dans cette région parce qu'il aime cette terre", a-t-elle dit en pleurs.
Les réactions de soutien et de solidarité avec la famille Karèche suscitées par la vidéo confirment le respect dont le journaliste jouit auprès de ses concitoyens de Tamanrasset.
Par ailleurs, l'ONG Reporters sans frontières (RSF) a qualifié hier d'"incompréhensible" le maintien en détention de notre collègue Rabah Karèche. "Le maintien en détention de Rabah Karèche est incompréhensible", a déclaré le directeur du bureau Afrique du Nord de RSF, Souhaieb Khayati. "Nous appelons à la libération immédiate et à l'abandon des charges retenues à l'encontre du journaliste qui n'a fait que son travail d'information", a-t-il ajouté, selon des propos repris sur le site de RSF.

MOHAMED MOULOUDJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.