Serie A : Mourinho essuie sa première défaite avec l'AS Rome    Recensement de 52 sinistrés    Qualifs Mondial 2022 : Les dates pour les matchs face au Niger dévoilées    Arrêt de la publication du rapport Doing Business    Le long chemin de la transition    Paris rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie    L'ex-président Condé "demeurera en Guinée"    Plus de 10 000 migrants campent sous un pont à la frontière    Le RCD explique les raisons de son boycott    "Notre participation n'est nullement un renoncement"    Un seul mot d'ordre : la qualification !    Mahrez à la hauteur de Madjer avec 11 buts    La direction dément un départ précipité d'Aït Djoudi    PSG : Leonardo mécontent des fuites sur le contrat de Messi    2021, année blanche pour l'automobile    Une rentrée difficile pour le CEM Admane-Arezki    Des écoles équipées en énergie solaire    Appel à candidatures jusqu'au 30 septembre    Une disparition dans la discrétion    Sachez que...    FAF-BF : un communiqué, deux versions    Un essai critique sur le discours des médias français    «Les Français quittent volontairement l'Algérie, après 132 ans de vacances...»    El-Bayadh: 21 établissements scolaires raccordés aux réseaux d'électricité et de gaz    Liste des bénéficiaires des logements de la formule à points: Plus de 9.000 recours déposés par les exclus du relogement    Gdyel: 50 logements LPA 2 distribués avant la fin de l'année    Trouble-fête    Une réforme délicate    Le cul-de-sac    Tlemcen: La bataille de Sidi-Brahim revisitée    Le MSP opte pour la participation    De chauds dossiers à traiter    Premières réponses à l'ONU    Attentats à Jalalabad, au moins 2 morts et 19 blessés    Une centaine de dirigeants attendus à New York malgré la pandémie    L'Algérie condamne l'attitude irresponsable du Maroc    Réactions internationales    Des logements et des barrages    Disparition mystérieuse d'une future mariée    Les kidnappeurs d'une fillette arrêtés    Le baril demande à souffler    Les dernières heures au pouvoir    Un diplomate hors normes    164.286 nouveaux inscrits    Une stèle érigée à sa mémoire    Un enregistrement inédit de John Lennon mis aux enchères    Offrez-vous les voitures du dernier Mad Max!    Le GPRA a joué un rôle "décisif"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cherche oxygène désespérément
ORAN
Publié dans Liberté le 04 - 08 - 2021

Depuis deux jours, des dizaines de citoyens, munis de bouteilles d'oxygène vides, font le pied de grue devant l'unité de stockage Aurès Gaz sise dans la zone industrielle de Hassi Ameur, à une vingtaine de kilomètres au sud-est d'Oran.
"Je suis là depuis avant-hier et, comme vous le voyez, le portail est fermé et on ne sait pas si on aura de l'oxygène aujourd'hui ou demain. L'agent de sécurité reste évasif et il n'y a pas d'autre interlocuteur. C'est vraiment l'anarchie !", s'insurge un quadragénaire dont le père, contaminé par le coronavirus, est dans le besoin urgent d'une oxygénothérapie.
Assis à l'abri du soleil, tout au long du mur d'enceinte de l'unité de stockage, bouteilles d'eau à portée de main, ces hommes venus de Tlemcen, de Mostaganem, d'Aïn Témouchent, de Relizane ou de Mascara attendent impatiemment de pouvoir repartir chez eux avec le précieux produit.
"Hier, un habitant de Tlemcen qui attendait avec nous est reparti en pleurs. Un coup de téléphone lui a appris que sa mère avait succombé", continue notre interlocuteur qui n'est pas tendre avec des "autorités incompétentes" qui "ne sont pas à la hauteur de leurs responsabilités".
D'autres sources d'approvisionnement ? "Il y a bien une autre unité de stockage à 300 mètres, mais il n'y a pas d'oxygène, là-bas non plus. Il paraît qu'ils attendent des instructions du wali", jette un trentenaire, assis à côté de deux bonbonnes d'oxygène. Selon un responsable de l'unité Aurès Gaz joint par téléphone, la distribution d'oxygène est, en effet, gérée par la wilaya depuis l'installation d'une cellule de crise régionale le 28 juillet dernier.
"Nous ne pouvons plus vendre d'oxygène sans l'autorisation spéciale de la wilaya. C'est, désormais, la cellule de crise qui élabore les schémas de distribution d'oxygène à travers les 15 wilayas de l'Ouest, selon les besoins exprimés.
D'ailleurs, nous avons été destinataires d'une notification nous interdisant de vendre de l'oxygène sans l'aval de la wilaya", indique notre interlocuteur en évacuant toute forme de responsabilité de son entreprise dans la "pénurie" d'oxygène qui frappe la population : "Notre logistique est à la disposition de la wilaya. Nous attendons que les autorités fixent la quantité qui nous revient et désignent leur destination. Notre rôle est de convertir l'oxygène liquide en gaz et de l'acheminer vers les centres hospitaliers", conclut le responsable.
Quant aux particuliers qui souhaitent acquérir des bouteilles, ils devront se rendre dans les points de vente de Linde Gaz qui met en vente quotidiennement 6 000 litres répartis sur Oran et Sidi Bel-Abbès, indique la même source. Il n'est, cependant, pas impossible qu'Aurès Gaz reprenne la transformation de l'oxygène liquide en gaz pour pouvoir répondre aux besoins aussi grandissants qu'urgents de malades soignés à domicile.
Rappelons que ces dispositions interviennent au lendemain de l'installation par le ministère de l'Industrie pharmaceutique du comité de veille et de suivi de la disponibilité de l'oxygène médical et l'approvisionnement des établissements hospitaliers.
Le 28 juillet, pour rappel, une réunion avait regroupé l'Industrie pharmaceutique, les ministères de l'Intérieur et de la Santé à des représentants de cinq producteurs d'oxygène médical : Linde Gas, Calgaz, Sidal, Ryanox et Aures Gaz.
L'objectif étant de mettre en place un plan d'action pour l'approvisionnement des établissements hospitaliers en oxygène. Selon les chiffres rendus publics, l'Algérie produit actuellement 430 000 litres d'oxygène liquide, soit 400 millions de litres gazeux.
La région de l'Ouest bénéficierait, elle, d'un peu plus de 70 000 litres liquides qui doivent être distribués aux établissements hospitaliers des 15 wilayas. Une quantité qui est loin de suffire vu les protestations de colère enregistrées dans plusieurs hôpitaux.

S. OULD ALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.