153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



92 INCULPES DEVANT LA JUSTICE
AFFAIRE DE L'ASSASSINAT DE DJAMEL BENSMAIL
Publié dans Liberté le 24 - 08 - 2021

Les individus présentés devant la justice sont poursuivis pour les chefs d'accusation d'homicide volontaire, de lynchage et d'immolation par le feu d'un cadavre, de violation de l'enceinte d'un poste de police, d'appartenance à un groupe terroriste et d'actes de vandalisme portant atteinte à la sécurité de l'Etat.
Les fourgons de police ont défilé, tout au long de la matinée d'hier, 23 août 2021, rue Abane-Ramdane, à Alger, pour présenter les 92 mis en cause dans l'assassinat du jeune Djamel Bensmaïl, devant le tribunal de Sidi M'hamed. Un dispositif sécuritaire impressionnant quadrillait les lieux depuis déjà la matinée et les représentants des chaînes TV, tenus à distance, tentaient, tant bien que mal, de capter quelques images.
La nouvelle de la présentation des 92 suspects dont trois femmes, arrêtés dans plusieurs wilayas, selon des sources judiciaires citées par l'APS, a fait aussi courir beaucoup de curieux vers le tribunal. Dans un premier temps, et en l'absence d'une source d'information officielle, des rumeurs et des chiffres contradictoires ont circulé, pendant une bonne partie de la journée, sur le nombre et les personnes présentées devant le procureur.
En milieu d'après-midi finalement, des sources judiciaires ont précisé à l'agence de presse officielle le nombre (92 mis en cause) et les chefs d'accusation retenus contre eux, à savoir "homicide volontaire, lynchage et immolation par le feu d'un cadavre, violation de l'enceinte d'un poste de police, appartenance à un groupe terroriste et actes de vandalisme portant atteinte à la sécurité de l'Etat", a précisé la même source.
Djamel Bensmaïl, 34 ans, originaire de Miliana, à 114 km au sud-ouest d'Alger, s'était rendu dans la wilaya de Tizi Ouzou pour apporter son aide suite aux incendies qui se sont déclarés dans la région le lundi 9 août et qui ont décimé plusieurs villages.
Il sera assassiné deux jours plus tard, soit le mercredi 11 août, à Larbâa Nath Irathen, par une foule hystérique qui le désignait comme "pyromane", et qui avait pu l'arracher des mains de la police, alors qu'il se trouvait dans un fourgon stationné dans l'enceinte du siège de la sûreté de daïra.
Les images du lynchage à mort du jeune Djamel ont vite circulé sur les réseaux sociaux et provoqué une onde de choc soutenue par des appels cultivant la haine et la vengeance, et qui s'est répandue à travers la Toile.
Seule l'intervention, à temps, de Noureddine, le père du défunt, a calmé les esprits et déjoué le piège de la discorde. Des personnalités et des partis politiques avisés, à l'exemple du Front des forces socialistes (FFS), ont également appelé à la retenue et à la vigilance, et à ne pas se laisser entraîner par les rumeurs.
"Nous appelons le peuple algérien à s'unir et à resserrer les rangs dans ces moments difficiles, à poursuivre cet élan de solidarité et à ne pas céder aux campagnes malveillantes qui visent à semer la peur et la discorde parmi le peuple d'une seule nation", avait écrit le FFS le lendemain de ce crime odieux. Mais les images diffusées le dimanche 15 août, lors du point de presse du directeur général de la Police judiciaire, consacré à cette affaire, allaient ajouter à l'exaspération générale.
Les témoignages filmés des individus arrêtés dans le cadre de l'enquête et les séquences montrant, entre autres, un individu égorgeant la dépouille calcinée du jeune défunt, diffusés en direct à la télévision publique, ont provoqué de nouveau les esprits et les appels à la haine raciale et au "nettoyage ethnique" qui ont repris de façon alarmante sur les réseaux sociaux.
Le Parti des travailleurs est intervenu d'ailleurs, le surlendemain, à travers un communiqué, pour dénoncer "la diffusion des scènes atroces", mettant en garde contre "l'instrumentalisation du crime" et rappelant que "seule la justice est habilitée à trancher à l'issue de l'enquête".
Il aura fallu d'ailleurs l'arrestation, à Oran et à Annaba, d'auteurs d'appels à la violence pour baisser la température. À rappeler que le Haut-Conseil de sécurité, réuni le mercredi 18 août, sous la présidence d'Abdelmadjid Tebboune, a évoqué "l'implication des mouvements terroristes, le MAK et Rachad, dans les incendies en Kabylie et l'assassinat de Djamel Bensmaïl".

M. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.