Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Sarkozy au TPI, ça tarde    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    L'article 184 du code électoral largement contesté    Le jeu malsain de Riyad    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Défis et espoir    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Course contre la montre à Blida    Washington lâche Rabat    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"COMME UN MIROIR BRISé"
12e partie
Publié dans Liberté le 29 - 08 - 2021

Résumé : Da Ali la rassure et s'efforce d'être positif. Latéfa lui demande de ne rien dire à sa mère. À la maison, ils ont de la visite mais elle ne reste pas avec eux. Proie à un début de migraine, elle prend un calmant et s'endort. Le matin, son père la réveille tôt. Elle se prépare rapidement, espérant ne pas tomber sur le radiologue de la veille. Le professeur les a précédés à l'hôpital et c'est lui qui lui prélève des petits bouts de la masse pour les analyser. Il lui demande de reprendre ses activités le plus normalement du monde en attendant.
Da Ali l'emmène à tous ses rendez-vous. Elle fait une scintigraphie osseuse, puis deux jours après, elle refait une IRM. Il ne manque que les résultats de la biopsie pour que son dossier d'exploration médicale soit prêt. Il ne leur reste qu'à patienter quelques jours. Da Ali l'encourage à sortir lorsqu'il la voit traîner comme une âme en peine. Elle doit s'occuper pour oublier.
-Va au salon, va t'occuper un peu.
-Baba, je n'en ai pas envie. Je ne pense à rien d'autres qu'à ça.
-Il faut continuer ta vie. En attendant les résultats, il faut que tu t'occupes, insiste le vieil homme. Tu ne voudrais pas que ta mère remarque que tu ne vas pas bien. Et il y a aussi ton fiancé. Tu ne lui as pas parlé depuis trois jours.
-Il est en mission.
-Lila a essayé de te joindre plusieurs fois, dit-il. Ce n'est pas bien que tu broies du noir. Je suis sûr que nous nous faisons du souci pour rien.
-Tu vois, toi aussi, tu ne cesses pas d'y penser, remarque Latéfa. Donc, tu crois que c'est grave.
-Non, non... Je t'en prie. Sors, appelle Lila. Sors avec elle ou contacte ton fiancé. Tu as l'habitude de lui envoyer des messages toute la journée. Il va se poser des questions.
Latéfa voit son portable s'allumer et vibrer sur la table basse. Elle secoue la tête en voyant l'identifiant. C'est Tarek, il a envoyé plusieurs messages. Son silence l'inquiète. Il l'invite à déjeuner dans leur restaurant préféré à El-Mouradia. Mais elle n'a aucune envie de sortir et de manger.
-Qu'est-ce que je vais lui dire ?
-Tu ne peux pas le fuir. Et puis, je pense que nous devons en parler à la maison, même lui doit savoir, dit Da Ali. Nous ne pouvons pas en faire un secret.
-Ah non ! Je n'en ai pas la force, imagine que ce soit grave. Wesh endir ?
-Benti, Allah te met à l'épreuve, dit le père. Moi aussi, je souffre, mais nous ne devons pas abandonner, nous ferons tout. La science a eu de grandes avancées. Ils proposent toutes sortes de soins. Nous suivrons la meilleure thérapie. L'essentiel est que tu guérisses, si tu es malade... Pour l'instant, nous n'en savons rien. Alors pourquoi penser au scénario catastrophe.
-Baba, j'ai peur, imagine qu'ils disent que je dois être opérée. Qu'ils veuillent me retirer le sein... Je ne veux pas le perdre. Je n'accepte pas cette idée. Je ne me vois pas sans sein.
-Mais s'il le faut pour ta survie, regarde sur internet, y a pleins d'actrices, de chanteuses qui ont eu la maladie. Hamdoullah aujourd'hui, il y a la chirurgie esthétique. Tu auras une prothèse mammaire.
-Je vois que tu t'es bien renseigné, dit Latéfa avant de soupirer. Moi aussi, je sais tout ça. Mais je ne veux pas qu'on me touche. Tu comprends ?
-Non, je ne te comprends pas. Si tu es allée sur internet, tu dois avoir lu que c'est une maladie qui se soigne. Nous passerons un mauvais moment, mais nous nous en sortirons benti. Mat khafich, rani h'na. Enderou koulech, li lazem endirha, endirouha. Il faut tout envisager et être prêts. Il faudrait que tu acceptes ta maladie.
-Sah, je suis persuadée de l'avoir, mais je ne veux pas que l'on me touche. Je ferais autre chose ya baba. Mais pas de chimio, pas d'opération.
-Tu veux voir un herboriste ?
Latéfa hausse les épaules. Elle ne sait pas à qui confier sa vie ni quels soins suivre.
Même si elle attendait les résultats de la biopsie, elle n'était pas prête à écouter le professeur s'il parle de chirurgie. En fait, Da Ali et lui en ont parlé, et ils doivent lui donner du temps pour accepter et être prête moralement à combattre la maladie. Les résultats de la biopsie tardent un peu, mais tout le protocole de soins s'établira après leur réception.

À SUIVRE
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.