153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nordine Aït Hamouda en liberté provisoire
Deux mois après sa mise sous mandat de dépôt
Publié dans Liberté le 30 - 08 - 2021

Il a été placé sous mandat de dépôt, le 27 juin dernier, par le juge d'instruction près le tribunal de Sidi M'hamed, pour les propos sur l'Emir Abdelkader, Messali et l'ancien président Boumediène lors d'un entretien sur la chaîne El Hayet TV.
Nordine Aït Hamouda a quitté, hier, la prison d'El-Harrach. Après deux mois d'incarcération, le fils du Colonel Amirouche retrouve enfin la liberté.
Aït Hamouda est désormais en liberté provisoire comme décidé, hier, par la chambre d'accusation près la cour d'Alger en attendant son procès qui sera programmé ultérieurement. Selon le collectif de défense, c'est le détenu qui a introduit un appel de la décision de son maintien en prison, décidé par le juge d'instruction du tribunal Sidi M'hamed le 27 juin dernier.
La première demande de remise en liberté introduite par ses avocats à la fin du mois dernier a été, pour rappel, rejetée avant que la chambre d'accusation ne décide d'annuler la mise sous mandat de dépôt prononcée par le juge d'instruction. Pour rappel, l'ancien député du RCD est poursuivi pour "atteinte aux symboles de l'Etat et de la Révolution", "atteinte à un ancien président de la République", "atteinte à l'unité nationale" et "incitation à la haine et à la discrimination raciale".
Nordine Aït Hamouda a été arrêté à l'issue d'une conférence qu'il avait animée au Café littéraire de Tichy, dans la wilaya de Béjaïa. Avant cette rencontre, le fils du colonel Amirouche avait été interviewé par la chaîne de télévision privée El Hayet TV, où il avait évoqué quelques aspects historiques de certaines personnalités nationales. Connu pour son franc-parler, Aït Hamouda n'y est pas allé de main morte pour qualifier de "traîtres" l'Emir Abdelkader, Messali Hadj et Houari Boumediène, entre autres.
Les déclarations d'Aït Hamouda n'ont pas laissé de marbre à la fois les hautes autorités du pays et la blogosphère nationale qui en avait fait un sujet de polémique durant plusieurs semaines. Le tollé provoqué par les déclarations d'Aït Hamouda a mobilisé la famille de l'Emir, le ministère des Moudjahidine et plusieurs citoyens qui ont déposé plainte contre l'ancien député. À noter que seule une partie de l'entretien a été diffusée par la chaîne de télévision El Hayet. Même la chaîne de télévision a vu ses programmes suspendus pendant une semaine et son agrément retiré durant cette même période.
Dans un communiqué rendu public à cette occasion, le Parti des travailleurs (PT) s'est félicité de cette libération et appelle "en ces moments difficiles que traverse notre pays à la libération de tous les détenus politiques et d'opinion". "Notre peuple, qui est meurtri simultanément et consécutivement par la tragédie de la Covid-19 et des incendies, a besoin qu'il revienne à un climat de sérénité pour soigner les blessures et les plaies profondes qu'elles ont laissées et reconstruire ce qu'elles ont détruit", lit-on dans le communiqué du secrétariat du bureau politique du PT.
Le parti de Louisa Hanoune considère que cette libération "doit annoncer et amorcer en urgence un processus d'apaisement qui doit commencer par la libération de tous les détenus politiques et d'opinion (...)". À noter également que la libération de Nordine Aït Hamouda a été saluée par plusieurs militants politiques et des citoyens. À sa sortie de prison, Aït Hamouda a été accueilli par des membres de sa famille, des avocats et des adhérents de la Fondation du colonel Amirouche.

Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.