Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    L'intrigante histoire du consulat américain    Issine ? Connais pas !    Le Président Ghali réaffirme sa disponibilité au dialogue    Paqueta croit aux chances du Chabab    Chassé-croisé entre Chelsea et Liverpool, City qui rit et United qui pleure    Conclave d'évaluation chez Benbouzid    Plus de 79 000 produits pyrotechniques saisis en 2021    Cherchem    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Ils maîtrisent la portée des menaces !    BF : la descente aux enfers    Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: 22.000 cures de traitement du cancer du sein depuis 2020    Incertitudes sur le projet Peugeot    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    L'informel menace l'Etat    Une loi pour protéger les institutions    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    Les douanes sont-elles des passoires?    Les néo-harkis reviennent cette semaine    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Un après-midi cauchemardesque    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Vers de nouvelles hausses en 2022    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Des listes passées à la moulinette    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Patrimoine historique des luttes anticoloniales de l'Afrique: Une débâcle programmée    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Fédération des consommateurs tire la sonnette d'alarme
FLAMBEE DES PRIX DES PRODUITS ALIMENTAIRES
Publié dans Liberté le 21 - 09 - 2021

Les prix à la consommation "flambent". Les marchés "sont mal organisés", et la "spéculation" s'en est emparée. L'Etat ne remplit pas sa mission dans le contrôle et l'organisation des marchés, selon le propos du vice-président de la Fédération algérienne des consommateurs (FAC), Mohamed Abidi, qui s'exprimait lors d'une conférence-débat consacrée au pouvoir d'achat animée hier au Forum d'El Moudjahid à Alger.
M. Abidi a fait remarquer que les marchés ont tendance à se transformer en zones de "non-droit", parce que l'Etat y est "absent" ou "insuffisamment efficace", facilitant, en conséquence, la "spéculation". Et d'ajouter : "Les prix sont, certes, libres depuis longtemps. Mais ce n'est pas une raison pour se retirer complètement de la sphère commerciale."
De son point de vue, la véritable fonction économique de l'Etat doit "dépasser" le rôle de simple filet de sécurité des marchés, si le fonctionnement de ceux-ci laisse à désirer. Le vice-président de la FAC estime que notre maché "n'est pas mature" et qu'il a besoin d'être réorganisé de façon à mieux tenir compte de la "réalité économique" du pays et du "pouvoir d'achat" des consommateurs. Et de résumer : "L'envolée des prix des produits agricoles et des produits industriels résulte d'un marché insuffisamment encadré et contrôlé."
Mais comment peut-on améliorer le pouvoir d'achat des ménages dans un pays en difficulté financière ? Mohamed Abdi souligne qu'il faudrait un salaire minimum de 80 000 DA pour qu'une famille algérienne composée de cinq membres puisse vivre au-dessus du seuil de pauvreté.
Pour autant, le vice-président de la FAC ne semble pas favorable à l'idée de revoir à la hausse les salaires, jugeant qu'il faut agir sur d'autres facteurs. "Réduire la taxe à la consommation et l'IRG, établir des subventions qui soient équitables et qui bénéficient à ceux ayant véritablement besoin d'être subventionnés, déterminer des marges pour les commerçants au détail, réguler de manière efficace la distribution des légumineuses ; une fonction qui doit incomber à l'OAIC..."
Mohamed Abidi explique que "ce ne serait pas une bonne idée d'augmenter les salaires", car, poursuit-il, "si on les revalorise, cela risque de conduire encore une fois à des augmentations des prix à la consommation".
Si les salaires augmentent plus fortement que la productivité, cela ne peut mener, à long terme, qu'à de sérieux déséquilibres dans l'économie. Le salaire est, certes, un élément important d'une stratégie économique et sociale, mais il est évident qu'il faille agir sur une panoplie de mesures d'accompagnement pour soutenir le pouvoir d'achat.
Selon l'invité du Forum d'El Moudjahid, la réorganisation du commerce interne, avec tout ce que cela implique comme effort pour un marché bien structuré et bien réglementé, est la seule solution praticable et surtout durable. Interrogé sur le marché de l'automobile, le vice-président de la FAC est resté prudent, estimant qu'il y a "d'autres priorités plus urgentes et importantes à traiter".
Il relève : "Pour mettre en équilibre l'offre et la demande, nous devrions importer 2,5 millions de véhicules par an." "Le pays est-il en mesure de le faire dans la conjoncture actuelle ?", s'interroge-t-il.

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.