Le Barça officialise la prolongation de contrat d'Ansu Fati    Report du procès en appel de Said Djabelkhir    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Une vraie digue contre la désinformation    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    L'armée syrienne bombarde Idlib    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Les Etats-Unis envoient leur ambassadrice à l'ONU    Le procès reporté au 17 novembre    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Un lourd fardeau pour les enfants    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Ahlam Mostaghanemi et Yasmina Khadra y participent    Quatre éléments arrêtés en une semaine    Benbouzid n'écarte pas une 4e vague    3 décès et 76 nouveaux cas en 24 heures    L'Algérie tablera sur "les ressources domestiques"    L'expert Mourad Preure livre son analyse    Le FFS emboîte le pas au MSP    CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    Le FFS en colère !    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Nouveau tir d'un missile balistique    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Le Premier ministre confirme    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Astuces pour une meilleure visibilité    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'EVEIL DES CONSCIENCES
CULTURE
Publié dans Liberté le 23 - 09 - 2021


Par : AKLI TADJER
C'est par le livre que les consciences s'éveillent. Pour ma part, je leur dois tout. Ils m'ont toujours accompagné. Ils sont comme des petits amis bien plus savants que moi. Ils m'ont permis de découvrir d'autres cultures, d'autres horizons, d'autres coutumes, d'autres peuples, d'autres religions. Ils m'ont apporté les rires, les chagrins, les tourments, les larmes et mes premiers émois. Certains livres m'ont dérangé, enragé, ébranlé mes convictions, et il m'est arrivé d'admettre que je n'avais pas toujours raison. Lire m'a aussi appris, et c'est peut-être l'essentiel, qu'il ne faut pas avoir peur de se remettre en cause. La lecture met à bas nos préjugés, préjugés sous hérités de nos aînés, de notre culture, de notre histoire. Je plains ceux qui ne lisent plus parce qu'ils ont la certitude de détenir la vérité. Ne plus lire, ne plus s'instruire, c'est ne plus rien attendre de demain puisqu'ils savent tout sur tout. C'est pourtant le doute de chaque jour qui vous fait réfléchir, imaginer, avancer. Lorsque j'ouvre un roman, je sais que je vais partir à la conquête d'un univers insoupçonné, que des personnages vont me raconter leurs peines et leurs espoirs. Car on ne conçoit pas le monde selon que l'on vive à Alger ou à Tokyo. Mais par-dessus tout, un roman, c'est la vie sans les temps morts, voilà le miracle de la littérature. Ce sont tous ces livres que j'achetais d'occasion par paquet de dix qui m'ont donné le gout des mots, de leurs nuances, de leurs subtilités. Ces mots qui mis bout à bout forment des phrases puis racontent des histoires. Et c'est grâce à tous ces voyages que j'ai, moi aussi, voulu voyager dans le monde des lettres. La littérature n'est pas seulement le fait de nous enchanter en racontant une histoire, elle peut être une arme efficace pour transmettre des idées, dénoncer l'injustice faite aux femmes, moquer la bêtise humaine, lutter contre le fanatisme pour faire évoluer les mentalités. S'agissant de l'évolution de la société, je pense en particulier au plaidoyer de Victor Hugo pour l'abolition la peine de mort dans : "Le dernier jour d'un condamné." Voilà un texte puissant qui m'a marqué pour toujours.
On le voit bien, c'est par le plaisir du texte que le lecteur peut prendre conscience des problèmes de la société dans laquelle il vit et de la manière possible de les résoudre. C'est aussi par la lecture et la lutte contre l'illettrisme que l'on combat la ségrégation culturelle. Ainsi, je ne décline jamais d'invitation à me rendre dans des lycées de quartiers déclassés, c'est ce que je considère être la fonction sociale de l'écrivain. À mes confrères qui refusent ou rechignent d'aller vers ces Autres qui ont besoin d'aide et d'attention, je leur dis : vous pouvez avoir du succès, la notoriété, l'argent, si vous n'avez pas le cœur de rencontrer ces jeunes-là laissés au bord du chemin, vous ne valez rien.
Pour conclure, étant issu d'un peuple qui a subi les outrages de la colonisation et depuis son indépendance les affres d'une liberté toujours remise pour une autre fois, je sais qu'écrire c'est mettre son talent au service de ceux qui ne peuvent s'exprimer en leur donnant une voix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.