Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    BF : la descente aux enfers    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Croissance factice    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    Les douanes sont-elles des passoires?    La renaissance    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    La rengaine du chantage    Une loi pour protéger les institutions    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Des listes passées à la moulinette    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Allemagne tourne la page Merkel
APRÈS LA VICTOIRE DES SOCIAUX-DEMOCRATES AUX LEGISLATIVES
Publié dans Liberté le 28 - 09 - 2021

À l'issue du précédent scrutin de 2017, il avait déjà fallu six mois aux partis pour trouver un gouvernement droite-gauche, entraînant dans l'intervalle une paralysie politique, notamment sur les questions européennes.
L'Allemagne, pôle de stabilité sous l'ère Merkel, entre dans une phase plus imprévisible à la suite des élections législatives serrées, qui pourrait la mettre aux abonnés absents sur la scène internationale pendant de longs mois. Selon les résultats provisoires annoncés hier, le centre gauche du SPD, avec son chef de file Olaf Scholz, a remporté d'une courte tête ce scrutin qui referme l'ère Angela Merkel avec 25,7% des suffrages.
Il devance les conservateurs de la CDU, parti de la chancelière, emmenés par Armin Laschet. Ces derniers accusent un score historiquement bas de 24,1%. Jamais les conservateurs n'étaient tombés sous le seuil des 30%. Il s'agit d'un cuisant revers pour le camp d'Angela Merkel, au moment où la chancelière doit prendre sa retraite politique.
Problème : les deux camps revendiquent de former le futur gouvernement et entendent, chacun de son côté, tenter de trouver une majorité au Bundestag. Olaf Scholz, également ministre des Finances et vice-chancelier sortant, a tenu à rassurer ses partenaires internationaux.
"Vous devriez savoir que l'Allemagne a toujours eu des coalitions et a toujours été stable", a déclaré le ministre des Finances, répondant à une journaliste britannique lors d'une conférence de presse. Parallèlement, il a accentué la pression sur l'union conservatrice.
La droite a "reçu le message des citoyens qu'elle ne devrait plus être au gouvernement mais dans l'opposition", a-t-il estimé, alors que les directions des différents partis susceptibles d'entrer dans une future coalition se réunissent à Berlin.
Tout reste à faire dans le pays, car en Allemagne le chef du gouvernement est désigné par les députés, une fois constituée une majorité. Cette dernière est cette fois particulièrement compliquée à constituer car elle devra probablement réunir trois partis – du jamais vu depuis les années 1950 – du fait d'un émiettement des suffrages.
À l'issue du précédent scrutin de 2017, il avait déjà fallu six mois aux partis pour trouver un gouvernement droite-gauche, entraînant dans l'intervalle une paralysie politique, notamment sur les questions européennes.
La perspective d'une longue période d'immobilisme inquiète les partenaires européens de Berlin au moment où le Vieux continent redoute une marginalisation géopolitique face aux rivalités entre Etats-Unis, Chine et Russie.
Elle préoccupe particulièrement la France, qui assurera en janvier la présidence semestrielle de l'Union européenne et compte sur son partenaire le plus important pour faire avancer ses priorités sur une Europe plus "souveraine".
La France espère avoir "vite" un chancelier allemand "fort" à ses côtés, a déclaré hier le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune. "Nous comptons bien sûr sur la continuité dans nos relations bilatérales. Nous avons intérêt à ce que cette relation se poursuive et se développe encore davantage", a déclaré de son côté le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.