Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Les banques appelées à augmenter le niveau des crédits destinés à l'investissement et suivre les projets financés    Foncier industriel: une gestion selon une approche purement économique    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Tribunal de Sidi M'hamed: le procès de l'ancien wali d'Ain Defla reporté à jeudi prochain    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Bougherra : "Face à l'Egypte, tout faire pour terminer premier"    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    L'APW dans l'escarcelle du FLN    Importation de véhicules : Le Président Tebboune ordonne la révision immédiate du cahier des charges    Le défi de la qualité    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Tapis rouge pour Mahmoud Abbas    Les graves accusations de Baâdji    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Le dernier vol du colibri !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Longue chaîne létale    L'UGTT réclame un «dialogue national»    Haaland peste contre l'arbitrage    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    «Soula» de Salah Issaâd en compétition    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    Le FFS fait son bilan    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Augmentation pénalisante des prix    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des partis dénoncent "le pouvoir absolu" de Saïed
CRISE POLITIQUE EN TUNISIE
Publié dans Liberté le 29 - 09 - 2021

Lundi, des organisations et des associations de la société civile ont affirmé que les mesures exceptionnelles de Kaïs Saïed ne fournissaient pas de "réelles" garanties pour la préservation de la démocratie en Tunisie.
Quatre partis de gauche ont dénoncé hier, lors d'un point de presse à Tunis, les vélléités autoritaires du président tunisien Kaïs Saïed et sa volonté d'exercer un "pouvoir absolu" en Tunisie, rejetant en bloc les dernières "mesures exceptionnelles" qu'il a prises mercredi.
"Le président a choisi la fuite en avant. (...) D'un trait de plume, il a établi un pouvoir absolu", a déploré Ghazi Chaouachi, président du Courant démocrate (Attayar, ndlr), parti qui a 21 sièges au Parlement suspendu. Selon lui, "nous vivons dans une période d'illégitimité" puisque le président Saïed a "violé la Constitution et s'est retourné contre la légitimité constitutionnelle".
En promulguant un décret présidentiel la semaine dernière, lui offrant la possibilité de légiférer librement, le président tunisien a suspendu "de facto" l'actuelle Constitution, l'accusent ses adversaires, mais aussi la société civile tunisienne.
Si le président, qui cherche à "satisfaire ses désirs", ne revient pas sur ses mesures, le pays "risque de glisser vers la violence", voire "une guerre civile", a-t-il averti. "Nous allons recourir à tous les moyens de pression et de lutte légale et pacifique pour défendre la démocratie et les acquis de la révolution" de 2011 ayant écarté le président Zine El-Abidine Ben Ali après 23 règne sans partage.
Pour sa part, Khalil Zaouïa, secrétaire général d'Ettakatol, a dénoncé ce que son parti qualifie de "pouvoir unilatéral" de Kaïs Saïed, pour expliquer son ralliement à la "Coordination pour la défense de la démocratie" en Tunisie, où des organisations et des associations de la société civile ont affirmé que les mesures exceptionnelles du président tunisien ne fournissaient pas de "réelles" garanties pour la préservation de la démocratie dans leur pays.
Ces organisations estiment que le président risque de "resserrer son emprise sur les rênes du pouvoir". Depuis le 25 juillet dernier, la Tunisie est plongée dans une grave crise politique, sans précédent, depuis l'arrivée de Kaïs Saïed au palais de Carthage, en limogeant le gouvernement de Hichem Mechichi et en suspendant l'activité de l'Assemblée nationale, dominée par les islamistes d'Ennahdha. Sa décision a, d'abord, été saluée, dans un premier temps par de nombreux tunisiens, qui étaient en colère contre la classe politique.
Mais au fil des jours, de nombreux Tunisiens ont commencé à afficher leurs inquiétudes face aux agissements de leur président.
De nombreuses manifestations ont d'ailleurs eu lieu à Tunis et dans d'autres villes tunisiennes (mais de moindre ampleur), pour exprimer leur rejet de la démarche du président, et surtout sa volonté de modifier la Constitution de 2014, qui consacre un régime parlementaire, tout en offrant au président certaines marges de manœuvre pour éviter d'éventuels blocages politiques.
Mais ce système, avec toutes ses imperfections, ne semble pas arranger l'actuel président, qui veut revenir à un régime présidentiel, ramant à contre-courant des aspirations de la révolution populaire de 2011.
Ce pourquoi, les partis de l'opposition ainsi que l'Union générale des travailleurs tunisiens alertent contre le risque d'une confrontation violente entre partisans et opposants de Saïed.

Lyès MENACER


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.