Une équipe algérienne décroche la 1re place    L'armée d'occupation israélienne attaque une ville palestinienne    Nous n'adhérerons à aucun processus de paix au vu de la poursuite du terrorisme marocain et du silence onusien    Plusieurs interventions dans le Centre et l'Est du pays ces dernières 24h    Les nouvelles technologies contribueront à sa généralisation    «Réception de la majorité des structures sportives vers la fin du mois»    Les ressources du secteur industriel "permettent de se passer d'une grande partie des revenus des hydrocarbures"    La conférence unificatrice des factions palestiniennes en Algérie, une affirmation du caractère sacré de la cause palestinienne    Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Man City : Déjà un accord entre Ferran Torres et le Barça ?    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    Légère baisse de la production d'agrumes    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Les Benhamadi condamnés    En souvenir d'Omdurman    Le dossier sera traité jeudi prochain    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    Le Covid contamine les écoles    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    Belmadi 4e, Mancini sacré !    Du gluten dans votre shampooing    Le RND remporte la présidence de l'APW    Le détail qui échappe à Charfi    Tout dépendra encore des recours    A Tierra met le cap sur Annaba    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Le bras de fer continue !    Les points à retenir du Conseil des ministres    Aziza Oussedik en paisible retraite    L'interaction Tamazight et l'informatique    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"COMME UN MIROIR BRISE"
62e partie
Publié dans Liberté le 26 - 10 - 2021

Résumé : Aïcha lui reproche de ne pas avoir donné une chance à Tarek. Elle lui confie que son mari a été le premier soutien durant la maladie et ils sont encore ensemble. Chaque mari réagit différemment. Tarek semble être quelqu'un de bien. Houria est du même avis qu'elle. Toutes deux finissent par convaincre Latéfa d'appeler Tarek en leur présence. Ce dernier est surpris et heureux de l'entendre. Elle lui demande de l'accompagner au CPMC et il accepte sans hésiter...
-Je crois que je n'aurais jamais dû vous écouter !, s'exclame Latéfa. Je ne ressemble à rien. Il prendra ses jambes à son cou lorsqu'il me verra de près.
- Ecoute, il a pensé à prendre quelques jours. Tu auras la preuve cette semaine de voir s'il tient à toi ou pas, dit Aïcha. Je préfère que tu tentes le coup au lieu de vivre avec ces questions. Car dans la solitude, on ressasse les regrets et les remords.
- J'espère que je ne le regretterai pas.
- On le saura vite. N'oublie pas de me tenir au courant, lui rappelle la nouvelle amie. Sois positive. Allez, courage ! Latéfa, son regard ne s'arrêtera pas sur les dégâts de la chimio sur ton corps mais sur ta beauté intérieure.
- Tu crois que ça existe vraiment ?
- Oh que oui ! Je dois te laisser. On me demande. Prends soin de toi. À bientôt. Ciao !
Latéfa le lui promet. Elle se déconnecte tout en soupirant. Sa mère est pleine d'espoirs.
- Tu n'aurais pas pu faire meilleure connaissance. C'est une dame pleine d'expérience, qui a connu la maladie, et comme tu le vois, elle s'en est sortie. Elle côtoie les pauvres, les nécessiteux et elle leur vient en aide maintenant qu'elle est guérie. Bientôt ce sera aussi ton cas. Inchallah ya Rebbi.
- Inchallah. Tu y crois vraiment, même si tu as vu ma tante souffrir atrocement à la fin de sa vie ?
- Vos cas sont différents, dit Houria. Elle a découvert sa maladie trop tard. Ton père a tenu à ce qu'elle fasse l'intervention et les traitements. Il gardait espoir, mais dès le début, son médecin avait dit que c'était trop tard. Qu'elle repose en paix !
- Qu'elle repose en paix ! Inchallah je ne connaitrai pas son sort. Je veux encore vivre. J'avais tellement de projets. Et Tarek...
D'ailleurs, celui-ci rappelle. Houria la débarrasse de son ordinateur et l'encourage à répondre.
- Je vous laisse tranquille. Embrasse-le pour moi.
Latéfa le lui promet. Elle attend que sa mère ait quitté la chambre, pour décrocher. Tarek s'impatientait.
- Tu n'as pas retrouvé ta carte ?
- Non, je crois que mon père l'a prise. Oublie ! Je me débrouillerai avec eux.
- Ah non ! Je tiens à t'accompagner où tu veux, quand tu veux, dit-il. J'ai déjà demandé une semaine de congé. Normalement, ils me l'accorderont. Alors, quand est-ce qu'on se voit ?
Latéfa panique. En fait, elle n'a pas prévu de le voir tout de suite.
- Je ne peux pas sortir aujourd'hui.
- Mais je ne peux pas attendre un jour de plus !, lui confie-t-il. Ne dis pas non, la prie-t-il. Je meurs d'envie de te voir. Tu m'as tellement manqué. Je t'en prie, dis oui !
- Il faut que tu me donnes un peu de temps. Je ne suis pas présentable, avoue-t-elle. C'est à peine si je sors de ma chambre. Je t'en prie, une autre fois.
- Va à ta fenêtre.
- Pourquoi ?, demande-t-elle en s'y rendant. Elle rit en le voyant à la terrasse. Qu'est-ce que tu fais ici ? Qui t'a laissé entrer ?
- Je passais dans le quartier quand tu m'as appelé. Alors j'ai tenté ma chance et j'ai soudoyé le jardinier. Pour dire vrai, j'ai appelé ton père, et quand je lui ai dit que j'étais devant la porte, il m'a invité à entrer. Tu sais combien on s'apprécie. C'est un second père pour moi.
- Je le reconnais. Donne-moi quelques minutes pour me rendre présentable.
- Je ne bougerai pas d'ici. Je t'attendrai toute la vie s'il le faut.

À SUIVRE
[email protected]
VOS REACTIONS ET VOS TEMOIGNAGES
SONT LES BIENVENUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.