Une nouvelle génération des démocrates    «Le parti a atteint amplement ses objectifs»    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    La rupture?    Des blocages partout    «C'est criminel!»    Ramtane Lamamra : «Le séminaire a donné une vision claire de l'avenir»    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Les votes les plus curieux    Hazard de retour en Belgique?    Kjaer absent au moins 6 mois    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    L'Epic mis aux oubliettes    Le coup de maître de la Bmpj    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Hommage aux maîtres artisans disparus    Les mises en garde de Tebboune    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Benbouzid se prononce    7 décès et 185 nouveaux cas en 24 heures    Le Président palestinien aujourd'hui à Alger    Une qualification et des interrogations    L'alliance militaire entre le Maroc et Israël est "malsaine"    Une vision claire de l'avenir    «La bureaucratie est devenue un ennemi juré de la Nation»    Le CNDH appelle à la révision de la loi    L'ancien journaliste du Quotidien El-Moudjahid Rachid Semad n'est plus    Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Renouveau industriel, l'appétit grandissant de l'Algérie    Maroc : Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Plusieurs routes coupées dans certaines wilayas du pays    Du 24 au 31 mars 2022    Plaidoirie pour le tourisme saharien    Coupe arabe Fifa-2021 (Gr D/2e j): l'Algérie et l'Egypte passent en quarts    Coupe de la CAF (2e tour prélim./additionnel): JS Saoura-Heart Of Aok (Ghana) se jouera sans public    Tenue dimanche d'une réunion du Conseil des ministres    Huit délégués du médiateur de la République remerciés    Un autre procès attend Mira Moknache à Akbou    FLN-RND, la guerre de tranchées    Le Festival national de la poésie melhoun revient à Mostaganem    Cherfa exclut tout retour à ce système    Le quota de l'Algérie passera à 972 000 b/j    Les Canaris toujours en confinement à Zéralda    Une exposition sur Charles de Foucauld, avant sa prochaine canonisation à Rome    Dans une conjoncture particulière: Mahmoud Abbas demain à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le délibéré remis à la semaine prochaine
Saïd Boudour devant la cour d'appel d'Oran
Publié dans Liberté le 27 - 10 - 2021

La cour d'appel d'Oran a examiné, hier matin, le recours introduit par Saïd Boudour après sa condamnation en première instance à deux mois de prison avec sursis pour "outrage à corps constitués".
Le cyber-journaliste avait écopé de cette peine, en mars dernier, à l'issue d'un procès au cours duquel, il avait été jugé pour "outrage à corps constitués" et "diffamation", mais également pour "menaces" et "tentative de chantage" sur la personne d'un entrepreneur ; deux charges dont il avait été accusé en compagnie du lanceur d'alerte, Noureddine Tounsi.
Les deux prévenus ont été lavés des accusations liées au dossier de l'entrepreneur, mais Boudour a fait l'objet d'une condamnation avec sursis pour des publications sur les réseaux sociaux jugées outrageantes (voir Liberté du 13 mars 2021).
Les faits, rappelons-le, remontent à octobre 2019, lorsque Boudour et Tounsi ont été arrêtés à la suite d'une plainte pour menaces et chantage déposée par Klilich Cheikh, entrepreneur établi à Es-Sénia.
Déférés devant le tribunal de Fellaoucène, les deux hommes ont été remis en liberté par le juge d'instruction qui a estimé qu'ils présentent suffisamment de garanties de représentation.
Le procureur de la République, qui avait requis le placement en détention provisoire, fera appel de cette décision devant la chambre d'accusation de la cour d'Oran, qui prononcera le mandat de dépôt contre le journaliste et le placement sous contrôle judiciaire du lanceur d'alerte.
L'apparition de la pandémie de coronavirus et les mesures préventives décidées par le ministère de la Justice entraîneront le report systématique du procès.
En octobre 2020, les deux hommes seront, toutefois, jugés et condamnés par défaut à une année de prison ferme, au grand dam des avocats de la défense qui n'ont pas pu plaider en raison de l'absence des accusés : Boudour ne s'est toujours pas présenté à la justice et Tounsi n'a étrangement pas été extrait de la prison où il se trouvait depuis son interpellation un mois auparavant.
Début mars 2021, à quelques jours du procès, Saïd Boudour se présentera devant le procureur de la République près le tribunal de Fellaoucène pour l'exécution du mandat de dépôt et fera opposition à la condamnation prononcée cinq mois plus tôt.
Hier, devant la cour d'appel, le procureur de la République a requis la confirmation de la peine, tandis que Saïd Boudour et ses avocats - seule partie à avoir interjeté appel - ont plaidé la relaxe. Le verdict a été mis en délibéré pour la semaine prochaine.

S. OULD ALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.