Une nouvelle génération des démocrates    «Le parti a atteint amplement ses objectifs»    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    La rupture?    Des blocages partout    «C'est criminel!»    Ramtane Lamamra : «Le séminaire a donné une vision claire de l'avenir»    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Les votes les plus curieux    Hazard de retour en Belgique?    Kjaer absent au moins 6 mois    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    L'Epic mis aux oubliettes    Le coup de maître de la Bmpj    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Hommage aux maîtres artisans disparus    Les mises en garde de Tebboune    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Benbouzid se prononce    7 décès et 185 nouveaux cas en 24 heures    Le Président palestinien aujourd'hui à Alger    Une qualification et des interrogations    L'alliance militaire entre le Maroc et Israël est "malsaine"    Une vision claire de l'avenir    «La bureaucratie est devenue un ennemi juré de la Nation»    Le CNDH appelle à la révision de la loi    L'ancien journaliste du Quotidien El-Moudjahid Rachid Semad n'est plus    Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Renouveau industriel, l'appétit grandissant de l'Algérie    Maroc : Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Plusieurs routes coupées dans certaines wilayas du pays    Du 24 au 31 mars 2022    Plaidoirie pour le tourisme saharien    Coupe arabe Fifa-2021 (Gr D/2e j): l'Algérie et l'Egypte passent en quarts    Coupe de la CAF (2e tour prélim./additionnel): JS Saoura-Heart Of Aok (Ghana) se jouera sans public    Tenue dimanche d'une réunion du Conseil des ministres    Huit délégués du médiateur de la République remerciés    Un autre procès attend Mira Moknache à Akbou    FLN-RND, la guerre de tranchées    Le Festival national de la poésie melhoun revient à Mostaganem    Cherfa exclut tout retour à ce système    Le quota de l'Algérie passera à 972 000 b/j    Les Canaris toujours en confinement à Zéralda    Une exposition sur Charles de Foucauld, avant sa prochaine canonisation à Rome    Dans une conjoncture particulière: Mahmoud Abbas demain à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le transport aérien s'ouvre aux capitaux privés
Plusieurs dossiers d'investissement sont à l'étude
Publié dans Liberté le 27 - 10 - 2021

Le ministre des Transports a affirmé que son département a reçu un nombre " important de demandes d'investissement dans le domaine du transport aérien de voyageurs et de fret".
Le gouvernement semble bien décidé à mettre fin à la fermeture du secteur du transport aérien au privé. Il vient ainsi d'examiner plusieurs dossiers d'investissement qui lui ont été soumis par des opérateurs privés.
Dans un exposé sur le secteur qu'il a présenté, lundi dernier, devant la commission des transports et des télécommunications de l'APN, le ministre des Transports, Aïssa Bekkaï, a, en effet, affirmé que son département a reçu un nombre "important de demandes d'investissement dans le domaine du transport aérien de voyageurs et de fret".
Il y a quelques semaines, le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, a évoqué, pour la première fois, la réouverture de l'aérien au privé, en indiquant que les demandes d'investissement formulées par des opérateurs privés, dont le nombre est "en hausse" sont "à l'étude".
Appelant les opérateurs privés à investir dans le secteur du transport aérien, Aïmene Benabderrahmane, a souligné que le pays a besoin "davantage d'aéroports, d'opérateurs et de compagnies aériennes pour couvrir tous les besoins nationaux en matière de transport aérien".
Il a, également, mis en lumière les "insuffisances" liées à la couverture du pays quant au transport aérien surtout dans certaines régions à l'instar des Hauts-Plateaux et du Grand Sud, "ce qui justifie le besoin du capital privé". Mais avant de procéder à une réouverture commerciale de l'aérien, il y a nécessité de modifier la législation qui le sous-tend.
Ce à quoi s'attelle déjà le gouvernement, selon Aïssa Bekkaï. Ce dernier a souligné que "le secteur tend à parachever la réforme du cadre législatif et réglementaire régissant les activités de transport aérien", relevant ainsi que son département travaille à "l'élaboration de textes réglementaires et à la concrétisation du principe de réouverture de ce secteur à l'investissement privé, au double plan national et international". Le ministre a également souligné qu'il sera procédé "à l'installation d'une agence nationale de l'aviation civile".
L'agence assumera le rôle d'autorité de régulation du secteur de transport aérien. Ainsi, l'Etat s'effacera, laissant place à cet organisme. Pour autant, il ne se retirera pas du transport aérien commercial. L'Etat y est toujours présent à travers Air Algérie et Tassili Airlines.
Celle-ci, sœur jumelle d'Air Algérie, est une filiale de la compagnie Sonatrach, une entité d'Etat. Créée en 1998, elle assure des vols réguliers intérieurs et le transport des travailleurs vers les sites de pétrole et de gaz au Sud. Mais, depuis octobre 2011, Tassili Airlines effectue des vols internationaux réguliers.
Au cours de ces dernières années, l'idée de fusionner les deux compagnies a fait son apparition. Mais, elle ne s'est pas transformée en projet. Tassili Airlines a beaucoup moins de problèmes qu'Air Algérie.
Cette dernière continue de rencontrer des difficultés financières qui font qu'elle a du mal à prendre son envol. Les effets de la crise sanitaire sur l'entreprise se font désormais pleinement sentir.
Depuis plus de vingt ans, avec la débâcle de la compagnie privée Khalifa Airways, le secteur du transport aérien a été verrouillé. Avant sa disparition, Khalifa Airways avait confirmé son statut de concurrent direct de la compagnie nationale Air Algérie.
Aujourd'hui, l'Etat s'est rendu compte qu'il a tout intérêt à développer le marché du transport aérien et à y attirer les capitaux privés, en laissant faire le marché.

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.