Dubaï : Le ministre Abdelkader Messahel reçoit le Prix des pionniers arabes des réseaux sociaux    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    «Le médicament anti-douleurs sera disponible dans toutes les pharmacies»    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    BLOQUANT LA CHAINE DE PRODUCTION D'EL HADJAR : Les recrutés en CTA protestent à Annaba    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    300 MISES EN DEMEURE ADRESSEES AUX BENEFICIAIRES : 23 marchés couverts non exploités à Oran    A l'écoute des fédérations    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    5 candidats pour un siège    Le communiqué déroutant de la coalition    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Remise de clefs de 100 logements sociaux sur les 300    Deux morts et deux blessés graves dans un accident de la circulation à Aïn Touta    Nouvelle orientation    «C'est un jour important pour moi»    Riche programme au menu    30 artistes entrés en lice    Un Nobel, c'est une lumière au bout du tunnel    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Cérémonie de béatification des 19 religieux: Oran fait valoir ses atouts hôteliers    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une mémoire urbaine, une géographie à unifier
LES MONTS DES KSOUR À AIN SEFRA
Publié dans Liberté le 01 - 11 - 2005

L'espace ksourien est un ensemble montagneux de l'atlas saharien occidental, dont la capitale est AIn Sefra. Il constitue une charnière entre les hautes plaines steppiques occidentales et le grand-sahara, composé d'une série de petits massifs d'une altitude moyenne de 2 000 m. Le nom des monts des ksour revient à la présence de villages fortifiés (qu'on appelle ksour, pluriel de ksar), généralement implantés sur des sommets de collines, quelques uns occupant les passages entre les montagnes, où des oueds descendant des hautes plaines steppiques septentrionales se perdent dans le sahara par oued Namous. L'espace ksourien compte plus d'une vingtaine de ksars dont la capitale est Aïn Sefra allant de la frontière algéro-marocaine (Figuig), en passant par les ksour Sfissifa, Aïn Sefra, Tiout, Moghar-Fougani, Moghrar-Tahtani (Kalaât cheikh Bouamama), Asla, Chellala-Dahrania, Chellala-Gueblia, Boussemghoun, Arba-Fougani, Arba-Tahtani, jusqu'aux abords de Djebel Amour. Les ksour sont généralement implantés sur des sites bien protégés aussi bien des agressions humaines que climatiques, et situés à proximité des sources importantes, leurs jardins s'étalent le long des oueds. Le noyau original était composé par d'une forteresse plus au moins circulaire, parfois munie de petites tours, d'un fossé tout autour du ksar et d'une entrée unique principale. tout cela montre l'aspect défensif et l'insécurité qui régnait lors de la réalisation de ces ksour. En analysant le côté socioéconomique de cet espace, il ressort avec une idée commune à cet ensemble que ces ksour obéissent à la tradition mythique de l'origine et de leur fondation, un mode de vie spécifique aux régions arides et semi-arides, basé sur une agriculture de subsistance exploitant la disponibilité des eaux d'origine souterraine. À vrai dire, ces ksour ne sont pas de simples villages agricoles, mais un mode d'utilisation fondé sur la coexistence de deux systèmes complémentaires de mode de vie ksourienne exploitant la terre à l'artisanat, échange le surplus aux populations nomades, avec du mouton et de la laine, une sorte de symbole entre deux modes de vie différents mais complémentaires vivant dans un même espace. L'ensemble des ksour a connu des transformations dans le domaine de l'habitat.
B. Henine

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.