Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le livre devenu un "sans-papier"
L'Autre Algérie
Publié dans Liberté le 11 - 11 - 2021


Par : KAMEL DAOUD
ECRIVAIN
Un livre (moderne) est le contraire du manuscrit ancien. Un livre est clos, se lit à l'horizontal, on l'achète pour payer un imprimeur et un auteur, il est "signé", doté d'un index, sommaire et soumis au copyright. Un manuscrit se lit à la verticale, il est l'acte d'un copiste, il n'a pas d'auteur ni de copyright, ni de dépôt légal, il ne reconnaît pas le droit d'auteur, ni d'auteur autre que le divin ou le très ancien, et sa source est le savoir universel d'un dieu en vogue, d'une cosmogonie de l'open source. Tout est là alors sous les yeux : avec le livre, on réinventa à la fin du Moyen Âge occidental, le manuscrit, la "source", le droit d'être payé pour ses efforts intellectuels ou de création, la fiabilité, la légitimité, le lecteur libre, le sens et l'opinion, et donc, la liberté et la fin promise de la féodalité. Le droit d'auteur avait été arraché aux Dieux et aux rois. Il signa la citoyenneté et le capital.
On pensa alors que le sujet était clos, sauf que des siècles plus tard, il y eut internet. C'est-à-dire l'écran, le web, la diffusion virale et donc l'intox, la manipulation et le retour des anciens codes de l'ancien monde. En politique, avec la flambée des conservatismes et des inquisitions, en mode lecture avec la réinvention du "copisme-collisme" et de l'apocryphe. Sachant que la façon de communiquer a toujours induit la façon de faire de la politique : livres sacrés, tablettes anciennes, dazibao ou communiqué numéro 1, post Facebook ou tweet à la Trump.
Poursuivons : techniquement, l'écran d'ordinateur est le démantèlement physique du livre en papier. D'abord de la "couverture" : un écran n'en a pas. C'est une page unique, comme le manuscrit. Il n'y pas de titre, à peine une bannière ou un lien. L'écran modifie aussi la prise en main : nous voilà revenus à le lecture verticale, celle du scroll, variante numérique du manuscrit que l'on déroule en écartant les bras. Car comme le manuscrit ancien, un écran se fait défiler, verticalement.
Mais le démantèlement va encore plus loin : il détruit le concept d'auteur. À cause du copier-coller, variante moderne du copiste ancien, l'auteur véritable devient accessoire, replonge dans l'anonymat du monastère, se désagrège face à l'armée acide des copistes numériques. Le créateur n'est plus homme, mais une abstraction secondaire, un détail en bas de page. Dieu ou un inspiré.
La "source" du texte, son dépôt légal, son copyright retombent, vidés de leur sens, dans le détail, l'inutile. Et avec cette destruction, on détruit le droit d'auteur, de l'éditeur, mais aussi leur légitimité, leurs autorités éditoriales qui fondent la modernité de nos savoirs et distinguent les cultes de l'exactitude, de celui ancien de la Vérité. Le "Savoir numérique" est un savoir du "nuage", synonyme 2.0 du mot "divin", impersonnel. Car le cloud, "le nuage", est à tous, n'oublie rien, mémorise tout, nous protège par son éternité, nous inonde par sa générosité, est accessible à chacun selon le clic et la prière.
Le "savoir" numérique a, dès lors, quelque chose de commun avec l'idée du savoir universel ancien, accessible à tous, n'appartenant à personne, bien vacant et mal commun. Le livre numérique tente, tant bien que mal, sous l'effort de éditeurs, de résister à ce démantèlement, multiplie les imitations de forme et de couverture du livre ancien, il peine à s'imposer. Le côté virtuel de l'ebook, immatériel, sans papier est déjà un acte de réédition : il en devient "piratable" et retombe dans le domaine public. Ce domaine sans sommaire, sans auteur, sans index et sans matérialité que l'on peut acquérir, entreposer, collectionner, feuilleter et y humer les délicieux pourrissements des éruditions. Triomphe de la non-propriété intellectuelle, l'open source à peine distinguable du bien vacant et du butin. Citation de Jorge Luis Borges : "Ranger une bibliothèque, c'est exercer de façon silencieuse l'art de la critique." Conclusion : l'écran numérique est l'autodafé froid des livres antiques.
Finalement, malgré le risque du cliché, repenser la plus vieille métaphore de l'humanité s'impose de soi-même : le monde était un livre. Pour deux ou trois millénaire. Il est désormais un écran. De quoi reprendre et pasticher la toujours splendide formule de Saint Augustin : le monde est un écran. Celui qui n'a pas envie de vivre peut se contenter d'une seule page.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.