Le taux de chômage inférieur à celui de l'avant-pandémie    Le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors va investir 23 mds EUR dans l'électrification sur 5 ans    La Chine émet une alerte jaune aux tempêtes de neige    Everton : Les supporters demande le départ de Pereira avant même son arrivée    CAN 2021 : Le programme complet des quarts de finale    Raymond Domenech et Estelle Denis séparés après 18 ans de vie commune    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Complots et trahisons autour du football africain    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Une catastrophe environnementale et sanitaire évitée à Oran Est: L'APC d'Oran a décidé de porter plainte contre X    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    La Sadeg améliore sa desserte    Les exportations en hausse    Les Groupes parlementaires fustigent l'Anie    JSK - Royal Léopards reporté?    Messi penserait à un retour au Barça    Brèves Omnisports    Les preuves du complot    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    La rentrée reportée?    Pénurie de... soldats!    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Les APC sans majorité absolue débloquées    Lotfi Benbahmed rassure    Fermeture des espaces culturels    1ère édition en mai prochain    L'illusion d'un eldorado européen    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine dans les secteurs de Mahbès et d'El bekkari    La ministre de la Culture présente à l'ouverture de la Foire internationale du livre du Caire    Le "sommet" algéro-égyptien du Caire fait la "Une" des médias égyptiens    Bouslimani appelle la presse nationale à redoubler d'efforts pour faire avorter les projets visant l'Algérie    Accidents de la route: 10 morts et 298 blessés en une semaine en zones urbaines    Les avocats mettent fin à leur grève    14 candidats en lice pour un siège de sénateur    Le ministère des Affaires étrangères cible d'une cyberattaque    Le militant Yanis Adjlia écope de 6 mois de prison ferme    le procès de l'affaire du groupe agroalimentaire "Benamor" reporté au 2 février prochain    Témoignage d'un combattant de l'ALN en Wilaya III (Kabylie) 1956-1962    Sport et musique !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alélé, un artisan targui à Paris
Il expose ses produits à l'Atelier
Publié dans Liberté le 23 - 11 - 2021

Au gré de pérégrinations dans le 5e arrondissement de Paris, le promeneur découvre l'Atelier, situé rue Lacepède, non loin du Panthéon. C'est là qu'une artiste s'adonne à son art favori, la sculpture. Le week-end dernier, elle a mis l'Atelier à la disposition d'Alélé, arrivé du lointain Niger pour proposer des produits d'artisanat venus d'Agadez, sa ville natale. L'exposition contient des articles en métal, en cuir, mais essentiellement des bijoux en argent qu'une clientèle intéressée scrute, soupèse et essaye avant de se décider. Alélé, le port altier comme seuls les Touareg peuvent avoir, prend le temps de discuter avec les visiteurs charmés par sa tenue traditionnelle. C'est avec la même amabilité qu'il accorde cet entretien à Liberté.
Liberté : D'où vient cet artisanat ?
Alélé : Il est produit au Niger, par des Touareg d'Agadez qui sont organisés en coopérative dont je suis le fondateur et le directeur depuis 35 ans. À ce titre, j'ai beaucoup voyagé un peu partout en Afrique de l'Ouest, en Algérie et en Europe. Cet art est hérité de père en fils car il n'existe pas d'école d'apprentissage. L'utilisation des métaux, particulièrement, ne relève pas de n'importe qui. Cela revient à une caste de la société targuie : les Inadene. Ce sont eux qui fabriquaient jadis les épées et autres armes. Aujourd'hui, ils poursuivent la tradition dans le travail de l'argent et autres métaux pour la fabrication d'objets artisanaux d'apparat.
Peut-on parler d'une évolution qualitative de l'artisanat targui ?
On me dit souvent que les bijoux ne sont plus comme ceux d'avant, faits de métal un peu massif et sans esthétique. Oui, parce que les clients ne sont pas les mêmes, chaque époque possède ses clients, donc il s'est produit dans le temps une adaptation à la clientèle.
Avant, les gens de chez nous achetaient sans se déplacer, c'était une consommation locale, des Touareg qui consommaient des bijoux touareg. Même si on a gardé l'âme du bijou targui dans le style, on a adapté le même travail, les mêmes gravures à différentes clientèles qui sont africaines, européennes ou d'ailleurs. Si le mot moderne ne convient pas, je dirais que nous avons aujourd'hui un artisanat différent, adapté à son époque.
On constate plus de finesse dans l'artisanat d'aujourd'hui...
À Agadez, depuis toujours, l'artisanat est d'une finesse qu'on ne trouve nulle part ailleurs. C'est vraiment une spécialité d'Agadez qui concerne le travail du cuir, du bois, de la pierre et des métaux. Les produits d'artisanat, comme les bijoux, sont ciselés finement, avec une esthétique recherchée. Cet artisanat évolue car il y des critiques et des professionnels.
Dans l'Aïr, Agadez a toujours été le centre de l'artisanat, tous les Touareg venaient apprendre à Agadez, et l'artisanat qu'on trouve dans le monde touareg vient souvent de là. On travaille beaucoup le cuir, les métaux et le métal noble, l'argent, que l'on préfère à l'or.
Avez-vous des échanges avec d'autres pays ?
Nous les Touareg, on est chez nous à Agadez, à Tamanrasset et dans d'autres villes. On a de la famille et des amis dans différents pays. Dans notre tête, les frontières sont théoriques. J'ai fait des foires, comme l'Assihar de Tamanrasset où l'on a tenu des ateliers d'artisanat, on a assuré des formations à des gens sur place ou à ceux d'Agadez qui sont à Djanet ou à Tamanrasset. Mes cousins et des collègues de notre coopérative artisanale ont exposé à la Foire internationale d'Alger où nous avons souvent un stand. On participe aussi au Salon international de l'artisanat du Burkina Faso, à Dakar au Sénégal ainsi qu'à quelques foires où sont exposés des produits de l'artisanat targui.
L'artisanat est-il une activité rentable ?
Oui, car Il y a partout une demande d'artisanat ethnique et culturel.
C'est pour cela qu'on doit s'adapter aux différentes clientèles et ne pas hésiter à participer aux foires et à voyager pour faire connaître nos produits. Là, par exemple, je me trouve en France où je profite de l'hospitalité de quelques amis qui m'invitent à exposer et vendre mes produits, essentiellement des bijoux d'argent dont l'esthétique suscite l'intérêt des visiteurs.

Propos recueillis par : Ali BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.