Décès de l'ancien ministre des Affaires religieuses, Dr Saïd Chibane: le Président Tebboune présente ses condoléances    L'Opep+ décide de maintenir son plan de production décidé en octobre dernier    Algérie-Jordanie: nécessité d'élargir la coopération bilatérale à d'autres secteurs    Maroc: des milliers de citoyens dans la rue pour protester contre la cherté de la vie    Clôture des travaux du colloque international sur la géopolitique de l'extrémisme    La 47e conférence de l'Eucoco se tiendra l'année prochaine à Saragosse, en Espagne    Djaafar Abdelli, nouveau DG de la CNR    Le Roi Abdallah II de Jordanie achève sa visite d'Etat en Algérie (Vidéo)    Démantèlement d'une organisation de trafic de drogue opérant entre le Maroc et l'Espagne    3e Conférence des ministres arabes de l'enseignement technique et professionnel du 24 au 26 décembre à Alger    Cancer de la gorge: entre cinq et six nouveaux cas enregistrés par semaine à l'EHUO    Cyclisme/Tour international du Nil (3e étape): l'Algérien Abderrahmane Kessir vainqueur    Khenchela : les combats d'Aouchaaoua, une des grandes batailles de la wilaya-1    Le Roi Abdallah II de Jordanie se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale    "Non-Aligned, Scenes of the Labudovic's Reels", un film documentaire sur le parcours du cameraman serbe Steven Labudovic    Pêche: Salaouatchi inspecte l'opération de levée des restes d'une péniche au port d'El-Djamila à Alger    Ligue 1 Mobilis : un coup d'épée en tête du classement, la JSK renverse Paradou    Constantine : les cadres du sport appelés à faire du CHAN 2023 une réussite    Concert euphorique de Hamidou à Alger    Mostaganem: La CNAS sensibilise les employeurs    Maladie de Parkinson: La plupart des patients tardent à consulter un médecin    Courage politique    Commerce: Le code-barres obligatoire dès mars prochain    Quatre personnes sauvées de l'asphyxie    Sétif: La statue de Aïn Fouara de nouveau vandalisée    Ces «anonymes» modernes que nous sommes !    Le FFS : un parti qui se confond avec la patrie    Le tribunal de Dar El Beïda prend une autre dimension!    Le défi du transport intermodal    «On a ouvert un nouveau livre»    Un Palestinien tombe en martyr    15 ans de prison ferme pour le principal accusé    Le grand souk!    L'appel de Moualfi aux industriels    L'épopée spatiale algérienne    Une famille nombreuse? Ça se gâte.    Défi royal pour le Sénégal    Les flops du Mondial    Un exploit pour rien    Une ville qui rayonne de splendeur    Berceau rural au patrimoine de l'humanité    Place aux compétitions!    Terrorisme: Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison    Une circulaire qui fait jaser en France    FAF - D'importantes décisions prises par le Bureau fédéral    Ligue 1- Mise à jour du championnat: Quatre affiches explosives au programme    L'ancien ministre Baraki condamné à 10 ans de prison    Quel avenir pour l'Europe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alélé, un artisan targui à Paris
Il expose ses produits à l'Atelier
Publié dans Liberté le 23 - 11 - 2021

Au gré de pérégrinations dans le 5e arrondissement de Paris, le promeneur découvre l'Atelier, situé rue Lacepède, non loin du Panthéon. C'est là qu'une artiste s'adonne à son art favori, la sculpture. Le week-end dernier, elle a mis l'Atelier à la disposition d'Alélé, arrivé du lointain Niger pour proposer des produits d'artisanat venus d'Agadez, sa ville natale. L'exposition contient des articles en métal, en cuir, mais essentiellement des bijoux en argent qu'une clientèle intéressée scrute, soupèse et essaye avant de se décider. Alélé, le port altier comme seuls les Touareg peuvent avoir, prend le temps de discuter avec les visiteurs charmés par sa tenue traditionnelle. C'est avec la même amabilité qu'il accorde cet entretien à Liberté.
Liberté : D'où vient cet artisanat ?
Alélé : Il est produit au Niger, par des Touareg d'Agadez qui sont organisés en coopérative dont je suis le fondateur et le directeur depuis 35 ans. À ce titre, j'ai beaucoup voyagé un peu partout en Afrique de l'Ouest, en Algérie et en Europe. Cet art est hérité de père en fils car il n'existe pas d'école d'apprentissage. L'utilisation des métaux, particulièrement, ne relève pas de n'importe qui. Cela revient à une caste de la société targuie : les Inadene. Ce sont eux qui fabriquaient jadis les épées et autres armes. Aujourd'hui, ils poursuivent la tradition dans le travail de l'argent et autres métaux pour la fabrication d'objets artisanaux d'apparat.
Peut-on parler d'une évolution qualitative de l'artisanat targui ?
On me dit souvent que les bijoux ne sont plus comme ceux d'avant, faits de métal un peu massif et sans esthétique. Oui, parce que les clients ne sont pas les mêmes, chaque époque possède ses clients, donc il s'est produit dans le temps une adaptation à la clientèle.
Avant, les gens de chez nous achetaient sans se déplacer, c'était une consommation locale, des Touareg qui consommaient des bijoux touareg. Même si on a gardé l'âme du bijou targui dans le style, on a adapté le même travail, les mêmes gravures à différentes clientèles qui sont africaines, européennes ou d'ailleurs. Si le mot moderne ne convient pas, je dirais que nous avons aujourd'hui un artisanat différent, adapté à son époque.
On constate plus de finesse dans l'artisanat d'aujourd'hui...
À Agadez, depuis toujours, l'artisanat est d'une finesse qu'on ne trouve nulle part ailleurs. C'est vraiment une spécialité d'Agadez qui concerne le travail du cuir, du bois, de la pierre et des métaux. Les produits d'artisanat, comme les bijoux, sont ciselés finement, avec une esthétique recherchée. Cet artisanat évolue car il y des critiques et des professionnels.
Dans l'Aïr, Agadez a toujours été le centre de l'artisanat, tous les Touareg venaient apprendre à Agadez, et l'artisanat qu'on trouve dans le monde touareg vient souvent de là. On travaille beaucoup le cuir, les métaux et le métal noble, l'argent, que l'on préfère à l'or.
Avez-vous des échanges avec d'autres pays ?
Nous les Touareg, on est chez nous à Agadez, à Tamanrasset et dans d'autres villes. On a de la famille et des amis dans différents pays. Dans notre tête, les frontières sont théoriques. J'ai fait des foires, comme l'Assihar de Tamanrasset où l'on a tenu des ateliers d'artisanat, on a assuré des formations à des gens sur place ou à ceux d'Agadez qui sont à Djanet ou à Tamanrasset. Mes cousins et des collègues de notre coopérative artisanale ont exposé à la Foire internationale d'Alger où nous avons souvent un stand. On participe aussi au Salon international de l'artisanat du Burkina Faso, à Dakar au Sénégal ainsi qu'à quelques foires où sont exposés des produits de l'artisanat targui.
L'artisanat est-il une activité rentable ?
Oui, car Il y a partout une demande d'artisanat ethnique et culturel.
C'est pour cela qu'on doit s'adapter aux différentes clientèles et ne pas hésiter à participer aux foires et à voyager pour faire connaître nos produits. Là, par exemple, je me trouve en France où je profite de l'hospitalité de quelques amis qui m'invitent à exposer et vendre mes produits, essentiellement des bijoux d'argent dont l'esthétique suscite l'intérêt des visiteurs.

Propos recueillis par : Ali BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.