La démonstration des Forces navales    Le procès a failli «dégénérer»    Elle m'a battu, puis m'a devancé...    La méthode Ankara    L'Algérie peaufine sa stratégie africaine    Les raisons de l'union patronale    «Nous sommes un partenaire fiable de l'Afrique»    L'ONU entame sa visite au Xinjiang    Des dizaines de colons envahissent la Mosquée Al-Aqsa    Al-Khelaïfi va annoncer de grands changements    Erik ten Hag annonce la couleur    Nouveau test    Cher pèlerinage!    Les pique-niques et les randonnées en vogue    Un réseau national tombe à Berrahal    Un long fleuve tranquille    Accueil triomphal pour Amin Zaoui    29 titres retenus par le jury    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines aux secteurs de Mahbes et El Farsya    Réunion du gouvernement: examen du projet d'extension du port de Djen-Djen    Algérie-Italie: des relations économiques en constante évolution    Incendies de forêts: un dispositif opérationnel de mobilisation générale et d'alerte maximale    Judo: le parc sportif d'Oran est en mesure d'accueillir le championnat du monde    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tizi Ouzou: ouverture du 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni    Saïda: décès du président de l'APC de Youb    Ligue 1/WAT-ESS: les Sétifiens en quête de rachat    Affaire GB Pharma: Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal condamnés à 3 ans de prison ferme    Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Agression du domaine public et forestier: Des instructions pour intensifier la lutte contre les constructions illicites    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Des mentalités à formater    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Assaghène, une coopérative pour la mémoire targuie
Gosto : les autres articles
Publié dans El Watan le 17 - 09 - 2010

L'artisanat targui trouve dans les coopératives, à l'instar d'Assaghène de Tamanrasset, de quoi perpétuer une culture millénaire.
Implantée au quartier Assorro «lamaalmine», un repère de l'âme culturelle de la ville de Tamanrasset, Assaghène s'est imposée au fil du temps grâce à la persévérance et la passion de cinq familles. Celles-ci se sont constituées en coopérative artisanale spécialisée dans la fabrication de bijoux targuis, d'outils domestiques en bois et dans les travaux de cuir. Dans des ateliers de fortune, à l'aide d'outils traditionnels, de jeunes artisans, tous issus de la même famille, s'attellent à la tâche, pour honorer des commandes de bijoux targuis. Tout en continuant son travail sur une bague d'argent, en s'efforçant de sculpter le motif exigé dans la commande, M'riouet Mohamed, 29 ans, explique les secrets de cette activité.
«Cette coopérative dont l'appellation targuie Assaghène veut dire ‘‘liens'' fait travailler plus de 40 personnes ayant hérité leur savoir-faire d'unetradition familiale. Les M'riouet, Benabdellah, Bidari, Fayçal et Dakhouche ont fédéré leurs efforts pour bâtir cette coopérative artisanale qui possède, désormais, une renommée nationale et même internationale. Nous avons participé à plusieurs expositions aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en France et au Portugal
Centre d'artisanat
Ce jeune diplômé en sport ne s'est pas retrouvé par hasard dans cet atelier, lui, dont les mains ont commencé à manipuler l'argent dès l'âge de 13 ans. Juste à côté de lui, son jeune frère, technicien en informatique, s'attelle, à son tour à donner une forme à un bout de métal en argent qu'il vient juste de tirer du charbon. «Durant mes heures perdues, je viens ici pour m'occuper», affirme ce jeune artisan qui possède, déjà, la même maîtrise de son frère. C'est aussi le cas du jeune Nassereddine Benabdellah, journaliste à la radio locale de Tamanrasset. Il n'a pas pu tourner le dos à ce métier qu'il a appris dès son jeune âge au sein de sa famille, au point d'occuper son temps libre dans cet atelier vétuste.
Nassereddine qui est aussi membre de la Chambre d'artisanat de Tamanrasset trouve l'originalité de ce travail dans l'atmosphère qui règne à l'intérieur de l'atelier. C'est dans ce cadre qu'il a plaidé pour la création d'un centre d'artisanat à Tamanrasset, avec la participation des artisans locaux, afin de transmettre ce métier aux nouvelles générations. L'oncle de Nassereddine, Benabdellah Mohamed, à la tête de la coopérative depuis vingt ans, explique qu'en plus des motifs traditionnels targuis, à l'instar de la Tirot (lettre), Dranda (le carré), Khoumaïssa ou la croix du Sud, très prisée par les touristes, les artisans tentent d'introduire des motifs importés d'autres régions, comme les motifs des bijoux kabyles, tout en les enveloppant du cachet traditionnel propre à la région. Plus de 300 artisans continuent, en dépit des maigres saisons touristiques de ces dernières années, à conserver une partie de la mémoire targuie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.